Sciences participatives

Contribuez aux projets
ValEuRT & GOpSeR

 

« La science citoyenne [se] définit comme l’effort participatif et combiné
de recherche, d’analyse et d’éducation publique qui poursuit strictement,
comme principe de base, l’objectif de bien-être collectif des générations présentes
et futures d’êtres humains sur la planète et de la biosphère
. »
[Mycle Schneider, De l’expertise indépendante à la science citoyenne, mars 2002]

 

La production des connaissances scientifiques du  projet ValEuRT s’appuie pour une bonne part sur des campagnes d’acquisition de données de terrain, qu’il s’agisse de prospections pédestres ou d’apports de connaissances et de ressources pertinentes.

Mieux connues en sciences de la nature, les sciences participatives relèvent tout autant de l’archéologie : elles permettent à des acteurs non-scientifiques-professionnels – individus ou groupes – de participer et de contribuer de façon active et délibérée aux avancées en matière de connaissance et d’inventaires.

 

La conduite de ce projet et son développement dans la durée supposent de respecter 6 grands principes qui concernent aussi bien la communauté scientifique que les acteurs de la société civile – suivant la Charte des sciences et recherches participatives en France (Mission SP 2015) :
  • « garantir une approche scientifique rigoureuse et ouverte, depuis la définition des objectifs des recherches et des protocoles expérimentaux ou d’observation jusqu’à la gestion des données et la diffusion des résultats ;
  • « assurer le respect et la reconnaissance mutuels des différents acteurs, en veillant notamment à éviter toute forme d’instrumentalisation ;
  • « entretenir la motivation tout au long du projet, en adaptant les démarches et les méthodes utilisées aux particularités et attentes des différents acteurs ;
  • « s’adapter aux temporalités respectives des différents acteurs, en tenant compte de leur disponibilité respective et en veillant à assurer la pérennité des dispositifs participatifs ;
  • « assurer la gestion opportune et efficace des ressources, par la recherche de nouvelles sources de financement aussi bien que par des actions de formation permettant aux différents acteurs de collaborer au meilleur niveau ,
  • « assurer une gouvernance et une organisation adaptées, en précisant d’emblée les rôles, droits et devoirs respectifs des différents participants et en veillant à la récurrence des échanges tout au long du projet. »