Projet ValEuRT

« Vallée de l’Eure : une rivière, des territoires » (2016)

 

Projet Umr 8167 Orient & Méditerranée  –
Équipe « Antiquité classique et tardive »

♦ Porteurs du projet : Fabienne Dugast  |  François Bétard

 


Inscrit au sein de l’Umr Orient & Méditerranée (Umr 8167, Cnrs / Sorbonne Université / Paris I-Panthéon-Sorbonne / EPHE / Collège de France) et l’équipe Antiquité classique et tardive, le cadre du projet « Vallée de l’Eure : une rivière, des territoires » est large et entend se développer sur plusieurs années. Son objectif principal est d’envisager les relations hommes/milieux sur la longue durée, en privilégiant un champ géographique défini – une vallée secondaire – rarement étudié dans sa globalité, de sa source à sa confluence, et en-dehors de tout cadre « administratif » – qu’il s’agisse des civitates antiques, des diocèses médiévaux ou encore des départements modernes. Parce qu’il s’inscrit sur plusieurs entités territoriales contigües qui se sont modulées au cours du temps, de la préhistoire à nos jours, le secteur d’étude ainsi défini ouvre sur des thématiques originales. L’objectif n’est pas d’envisager une étude exhaustive de la vallée mais de comprendre les évolutions et les interactions des différents types d’occupations – aussi bien rurales qu’urbaines – sur l’ensemble du bassin, sur la longue durée et le long terme.

En fédérant les individualités scientifiques (Services régionaux de l’archéologie, services archéologiques des collectivités territoriales, Institut national de recherches archéologiques préventives [Inrap], étudiants, enseignants et chercheurs des Universités Paris-Sorbonne, Paris-Diderot et Rouen, chercheurs CNRS, bénévoles) travaillant jusqu’ici séparément dans la vallée, le projet veut proposer un cadre dynamique pour stimuler les recherches dans cette région au potentiel sous-estimé.

♦ Une équipe pluridisciplinaire

Coordonné par Fabienne Dugast, archéologue (CNRS), et Ingrid Renault, historienne, chercheur associée à l’Umr, le projet s’organise autour d’une équipe d’enseignants-chercheurs :

  • Sorbonne Université : Nathalie Ginoux, maître de conférences en protohistoire ; Raphaël Golosetti, maître de conférence en Antiquité nationale, Caroline Michel-d’Annoville, Professeur en Antiquité tardive (O&M) ; Christian Camerlynck, maître de conférences en géophysique (METIS) ;
  • Université de Rouen : Mariacristina Varano, maître de conférences en Antiquité tardive ;
  • Université Paris-Diderot : Gilles Arnaud-Fassetta, Professeur de géographie, hydro-géomorphologie et géoarchéologie ; François Bétard, maître de conférences HDR en géographie physique et géomorphologie ; Vincent Viel, maître de conférences en géographie physique et géomorphologie (Umr 8586 PRODIG) ;

associée aux acteurs de l’archéologie et de l’environnement au niveau régional :

  • SAD 28 : Service archéologique départemental de Chartres sous la direction d’Hervé Sellès ;
  • MADE : Service archéologique départemental d’Evreux sous la direction d’Antide Viand ;
  • Inrap : sous-directions de l’Eure-et-Loir, sous la direction de Thierry Massat, des Yvelines sous la direction d’Olivier Blin, et de l’Eure sous la direction de Sylvain Mazet ;
  • PNRHVC : Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse ;
  • Associations locales : Archéo27 (Bernay) ; SHADT (Dreux) ; Ass. pour la sauvegarde du canal Louis XIV (Maintenon) ;

et à des plateformes techniques :

  • atelier SITRADA, piloté par Bruno Desachy, Université Paris I-Panthéon-Sorbonne, et Julie Gravier, doctorante Paris I-Panthéon-Sorbonne ;
  • réseau ISA, piloté par Laure Saligny, géomaticienne, et Ludovic Granjon, informaticien, Maison des sciences de l’homme de Dijon ;
  • Plemo 3D, autour de Grégory Chaumet, architecte et infographiste, Sorbonne Université (plateforme mobile de numérisation et de modélisation haute technologie, dir. Dany Sandron, Centre Chastel, et Eduard Antaluca, Université de technologie de Compiègne).

ainsi qu’à des partenaires ponctuels (doctorants, post-doctorants ou professionnels de diverses institutions) en fonction des questionnements abordés.

 ♦ Champ géographique retenu

La zone d’étude se concentre sur le bassin de la vallée de l’Eure : elle comprend non seulement la vallée proprement dite, mais également les vallées affluentes et vallons secs des plateaux qui ont influé sur le développement général. Elle tient compte bien évidemment de la répartition irrégulière de l’échantillonnage archéologique à traiter. Elle dessine donc un arc assez large mais irrégulier, qu’on peut estimer de 30 à 50 km de large – en fonction de la topographie des secteurs retenus – sur 80 km de long  entre les villes de Chartres, Dreux, Évreux et Pîtres (soit 300 000 ha) et englobe les territoires de 357 communes.

Plus que simple terroir privilégié pour l’homme, la vallée de l’Eure offre de multiples aspects de phénomènes de transitions, ce d’autant plus qu’elle paraît former une « colonne vertébrale » à travers les paysages variés qu’elle emprunte, assurant une double articulation – sur le plan géologique comme sur le plan humain – dans la structuration et la qualification des territoires. Les ressources naturelles qu’elle offre, sans être négligeables, sont loin d’avoir généré des enjeux stratégiques et économiques majeurs – ou du moins sont-ils mal définis. Pour importants qu’ils aient été, les travaux de déviation des cours d’eau entrepris par Louis XIV entre Maintenon et Versailles ou par la marquise de Pompadour à Crécy-Couvé n’avaient d’objectif qu’alimenter les fontaines des villégiatures royales. Il n’en reste pas moins que, comme nombre de cours d’eau, la rivière a été un espace de navigation, reconnu à partir du XVe siècle, notamment pour le transport et la diffusion des marchandises, témoins les chemins de halage qui longent l’ensemble de son parcours [Billot 1976]. Cette pratique a dû, à cette époque, composer avec d’autres usages d’exploitation de l’eau comme ressource ou comme énergie – dont témoignent les nombreux moulins qui la jalonnent, pour la plupart abandonnés. Elle peut avoir été plus précoce sans qu’on en ait trace aujourd’hui et aura accompagné des activités transverses, développées des abords jusqu’aux plateaux environnants et aux vallées secondaires, générant des aménagements particuliers, marqueurs de la dynamique d’occupation des sols.

Plan sur parchemin, dessiné à l’encre et gouaché (49 x 31 cm env.), produit lors d’un procès opposant les marchands de Chartres au Seigneur de Villiers le Morhier, 1473 [Source Archives départementales d’Eure-et-Loir, FR AD 28 / C 69]

Le développement du bassin n’en a pas été moindre pour autant et le paysage général qu’il offre aujourd’hui en est le fruit. Sont notamment issus de ces activités multiples les quatre centres urbains importants qui le jalonnent et que sont Chartres, Dreux, Évreux et Rouen. Cette configuration n’a pas toujours été la même : elle paraît même s’être tour à tour construite, transformée et renouvelée au gré de l’évolution des communautés humaines qui ont tantôt négocié, tantôt partagé, le plus souvent divisé le territoire en différentes entités selon les époques. Plus que ces centres urbains, c’est un tissu mêlé qui se partage entre agglomérations de taille moyenne, hameaux et fermes, pâturages, bois et grandes étendues agraires.

C’est la raison pour laquelle le projet s’ouvre dans une perspective diachronique en envisageant un champ d’étude large, aussi bien dans l’espace (portion nord de la cité des Carnutes et cité des Éburovices à la période antique) que dans le temps (du Néolithique à l’époque moderne), en s’attardant et/ou en se concentrant sur les phases de transition modulant les phases d’évolution à différentes échelles. Il se veut également le plus interdisciplinaire possible en prenant en compte notamment les données « naturelles » (topographie, géologie, hydrologie, etc.). Il s’agit en somme de tenter une « opération de reconstruction historique » à regards croisés chronologiquement sur un territoire aux enjeux variés.

♦ Cadre chronologique retenu

L’arc chronologique retenu est le plus large possible pour intégrer l’évolution des paysages dans leur complexité. Il est compris entre le Paléolithique ancien – pour ce qui est de la genèse des paysages (550 000 ans à Chartres [Djema 2013]) – et l’époque moderne, voire contemporaine. Le cœur de la réflexion nécessite en effet d’observer les faits – archéologiques et environnementaux – sur la longue, voire la très longue durée. Cette échelle de temps permet de discriminer les multiples rythmes humains (économiques, sociaux, politiques et culturels) mais aussi naturels (géologiques, hydrologiques…) qui fonctionnent en interaction les uns avec les autres. Elle permet également de distinguer entre les phénomènes éphémères du temps court, les événements conjoncturels et les développements politico-économiques. Dans ce cadre, le territoire choisi permet de revisiter avec originalité la question des schémas classiques selon lesquels le « monde rural » apparaît avec la colonisation néolithique et l’« urbanisation » à la période romaine avec des épisodes « pré-urbains » à la fin de la protohistoire. Globalement favorable à une occupation humaine, le territoire, de par sa longueur sur 80 km le long de la voie d’eau, offre un panel de types d’occupation, depuis la formation d’un paysage agraire jusqu’à la fixation relative des zones habitées générée par la structure de réseaux plus complexes qui évoluent dans le temps, se composent et se décomposent selon différents paramètres. À l’échelle plus locale d’un secteur, l’arc chronologie choisi permet une analyse des différentes formes d’occupation qui se modulent dans le temps et dans l’espace, mais aussi dans leur fonction selon qu’elles se déplacent, entre le Néolithique et le Moyen Âge, du fond de vallée au versant et au plateau et/ou inversement.


♦ Partenaires financiers

             

 

 


Programmes ↵
 Membres ↵ Rapports ↵  Ressources↵
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search