Table ronde 2019 – 18-19 novembre – Dreux

 

Des réseaux matériels
pour une approche de la construction des territoires

•  18 et 19 novembre 2019 – Salle René Jalle, 19 rue Pastre, Dreux (28)  •

 

 Annonce

Programme & Inscriptions

 

♦ Contexte

Le programme de recherche « Vallée de l’Eure : une rivière, des territoires », initié depuis 3 ans au sein de l’Umr Orient & Méditerranée, s’intéresse à la façon dont les communautés humaines ont construit et déconstruit leurs territoires sur le temps long et la façon dont, rétrospectivement, on appréhende ces constructions / déconstructions dont les marqueurs a posteriori sont essentiellement d’ordre matériel.

Dans ce cadre, l’étude des « réseaux » apparaît essentielle. L’approche volontairement diachronique nous amène à considérer la question de manière pluridisciplinaire en même temps qu’elle ouvre sur des réflexions d’ordre méthodologique.

♦ Organisation

La table ronde est organisée dans le cadre des programmes de l’Umr 8167 « Orient & Méditerranée» / équipe Antiquité classique et tardive. Elle est soutenue par la SHADT – Société d’histoire et d’archéologie du Drouais et du Thymerais – et son nouveau président, Michel Douard.

Elle se déroulera à Dreux, salle René Jalle (19 rue Pastre), les 12 et 13 mars 2018 de 9h30 à 16h30.

  • Comité scientifique
    Olivier BLIN – Inrap Ile-de-France / ArScAn (GAMA)
    Fabienne DUGAST – Umr Orient & Méditerranée
    Philippe FAJON – Sra-Drac Normandie / ArScAn (AE)
    Sylvain MAZET – Inrap Normandie
    Ingrid RENAULT – Umr Orient & Méditerranée

♦ Argumentaire

La table ronde vise à amorcer un ensemble de réflexions sur la manière d’aborder et appréhender les évolutions d’un territoire – ou d’un ensemble de territoires dans ses interactions avec l’environnement naturel et socio-culturel. Elle s’intéressera pour cela à ce que la notion de « réseaux » peut apporter en termes d’analyse formelle des données, qu’elles soient archéologiques, historiques, géographiques, géomorphologiques ou autres.

L’objectif est d’aborder la question sous plusieurs facettes interconnectées, en privilégiant le dialogue transchronologique et l’interdisciplinarité. Il s’agira de voir comment, à partir de l’observation, de la production et de la conservation de la donnée, définie comme élément d’un système de réseaux dans sa matérialité, s’élaborent le raisonnement et les hypothèses à travers la trace archéologique, de quelque nature qu’elle soit, couplée à la trace géo-archéologique et à la trace environnementale, et ce à quoi elles correspondent.

♦ Axes du programme

I. Trame matérielle et aménagements

A chaque période, la matérialité des aménagements diffère en raison de leur état de conservation et/ou de l’état de nos connaissances et des potentialités d’identification des lieux. On s’intéressera aux effets de leurs transformations ou de leurs résurgences, à l’origine ou consécutifs de l’évolution de l’organisation des territoires.

II. Gestion des ressources et des énergie naturelles

L’installation humaine a été le plus souvent en rapport avec la présence de ressources naturelles, qu’elles soient d’ordre alimentaire (exploitation des terres agricoles, accès à l’eau) ou plus fonctionnel (matériaux de construction, d’outillage ou autre). Elle s’est développée au cours du temps pour en assurer l’approvisionnement, la circulation et plus généralement la gestion.

III. Restitution de la trame matérielle : réseaux viaires et fluviaux

La notion de « trame » est entendue au sens large en tant que liens existant entre les éléments constitutifs des différentes communautés qui se sont succédé et/ou côtoyées au sein d’un secteur d’étude. On s’intéressera ici aux différents types de données qui nous permettent aujourd’hui de restituer les trames antérieures – traces matérielles, toponymie, phénomènes de résilience –, aux limites méthodologiques de ces types d’approche et à ce que la géo-archéologie peut apporter.

IV. Réseaux d’échanges et cultures matérielles

Les vestiges matériels, que ce soit la circulation des produits (objets manufacturés et denrées alimentaires), les manières de faire ou les similarités de styles de certains objets, permettent, de par leur cohérence intrinsèque, de reconstruire les interactions entre les acteurs d’un réseau à des échelles régionales ou inter-régionales. On s’intéressera plus avant à ce qu’ils constituent également des marqueurs de l’organisation et de l’évolution des structures économiques, sociales, politiques et religieuses sur la longue durée.

 



Citer ce billet
ValEuRT (2019, 18 novembre). Table ronde 2019 – 18-19 novembre – Dreux. Bienvenue en Vallée de l'Eure. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5qw

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search