Théophile Piau – Thèse de doctorat

 

École Doctorale 382
« Économies, Espaces, Sociétés, Civilisations :
Pensée critique, politique et pratiques sociales »

Théophile Piau

Interactions Homme-climat-érosion depuis 10 000 ans dans le bassin-versant de l’Eure (Bassin de Paris, France) : apports d’une approche géoarchéologique multiscalaire

Sous la direction de François Bétard
(Maître de conférences HDR, Université de Paris, PRODIG UMR 8586)

♦ En cours – 2019-2022
♦ Comité  de pilotage :

  • Gilles Arnaud-Fasseta (Pr, Université de Paris, PRODIG UMR 8586)
  • François Bétard (MCF HdR, Université de Paris, PRODIG UMR 8586)
  • Fabienne Dugast (IR CNRS, UMR 8167 Orient & Méditerranée)
  • Eric Masson (McF, Université de Lille 1)
  • Sylvain Rassat (IR Cnrs)
  • Vincent Viel (MCF, Université de Paris, PRODIG UMR 8586)

 

♦ Enjeux autour du projet de thèse

Enjeux scientifiques et état de la question

À l’heure où la notion « d’Anthropocène »1 occupe le devant de la scène scientifique tout en étant sujette à controverse, le développement d’un projet de thèse pluridisciplinaire à la croisée d’enjeux scientifiques, environnementaux et patrimoniaux de premier plan sur les relations sociétés/milieux revêt un intérêt tout particulier. L’étude des mécanismes d’interaction entre les sociétés anciennes, leurs écosystèmes et les oscillations climatiques holocènes (10 000 ans BP à l’Actuel) s’avère fondamentale afin d’anticiper les réponses environnementales et anthropiques face aux changements globaux, notamment près des fleuves et rivières où existent des enjeux forts en matière de gestion des ressources et des risques (e.g., extraction de granulats, crues et inondations). L’intérêt des plaines fluviales ou alluviales réside également dans le fait qu’elles enregistrent avec une résolution temporelle parfois très fine (e.g., temps d’une crue) des marqueurs sédimentaires et paléoécologiques (e.g., pollens, mollusques) qui permettent de retracer l’histoire environnementale du système fluvial.

Démêler la part respective des forçages naturels et de l’action anthropique dans les mutations paysagères des systèmes fluviaux est complexe et nécessite d’adopter une démarche pluridisciplinaire (archéologie, géomorphologie, géosciences), multiscalaire (de l’échelle macrorégionale à micro-locale) et diachronique (du début de l’Holocène à l’Actuel). Les recherches géoarchéologiques et paléoenvironnementales multi-proxies (indicateurs géomorphologiques et bio-indicateurs) conduites le long de transects représentatifs (intra- et hors sites archéologiques) sur la Seine et ses principaux affluents (Marne, Oise, Yonne) ont permis de proposer un premier modèle de la trajectoire hydro-sédimentaire des organismes fluviaux du Bassin parisien face aux perturbations bio-climato-anthropiques des dix derniers millénaires (Pastre et al., 1997, 2006). Les synthèses récentes soulignent le synchronisme entre forçages anthropo-climatiques et crises détritiques (Séchi et al., 2010) mais tendent surtout à démontrer la variabilité spatio-temporelle des réponses environnementales, reflet de l’hétérogénéité de l’espace, des « effets de site » et de facteurs morphologiques d’échelle plus locale (cadre morpho-structural, système de pentes, etc.) (Lespez, 2012 ; Gonet, 2018 ; Beauchamp, 2019).

Localisé dans la partie occidentale du Bassin parisien, le bassin-versant de l’Eure offre un cadre de recherche privilégié pour appréhender les mécanismes d’interaction Homme-milieu au cours de l’Holocène à différentes échelles spatiales (macro-régionale à micro-locale) et temporelles (millénaire à annuelle). Située à l’interface entre plusieurs groupes culturels dès le Néolithique, la vallée de l’Eure présente une occupation humaine plurimillénaire et apparaît comme un espace archéologique clef. Paradoxalement, elle s’inscrit dans une portion de territoire où les données archéologiques et géomorphologiques sont anciennes, fragmentaires et disparates. Ce terrain d’étude ouvre ainsi le champ à des questionnements interconnectés à la charnière entre archéologie, géomorphologie et géosciences dans une perspective première de recherche fondamentale : reconstituer les trajectoires socio-environnementales de la vallée de l’Eure à l’échelle de l’Holocène et déterminer la part des forçages climatiques et anthropiques dans l’évolution des paysages.

Enjeux sociétaux et applicabilité des travaux

Par ailleurs, le projet doctoral s’inscrit au cœur d’enjeux socio-culturels de premier ordre. La sauvegarde du patrimoine culturel de la vallée de l’Eure, notamment archéologique, menacé de disparaître du paysage (érosion, ouverture de carrières pour l’exploitation des granulats, urbanisation croissante) et de la mémoire collective apparaît comme en enjeu de conservation
majeur, nécessaire pour garantir sa transmission aux générations futures. L’inventaire du patrimoine archéologique, dernier témoignage des interrelations Homme-milieu à l’échelle du Quaternaire, pourra contribuer à définir les futures stratégies de conservation et de valorisation de cet héritage culturel en tenant compte de l’impact des processus géomorphologiques passés et actuels. Parmi les sites à forte valeur géoscientifique et culturelle, on notera le gisement de Saint-Prest (haute terrasse de l’Eure à restes de mammifères et vestiges acheuléens) et la coupe de Chaudon (séquence de loess-paléosols et vestiges préhistoriques du Paléolithique moyen ; Dewolf, 1970 ; Borderie, 2014) qui font figure de référence pour la géologie du Quaternaire et la préhistoire de la vallée de l’Eure. D’autres sites plus confidentiels et/ou en cours d’étude méritent aussi une attention particulière et une réflexion collective en ce qui concerne leur sauvegarde. Mené en étroite collaboration avec les acteurs locaux (élus, gestionnaires, associations, habitants, etc.) et les collectivités (région, départements et leurs services dédiés : DRAC, services archéologiques), le projet de thèse veut agir comme un vecteur de diffusion des connaissances géoarchéologiques auprès de la population comme des acteurs locaux et, à travers les propositions de valorisation didactique des sites, contribuer à la mise en valeur socio-économique du territoire étudié (e.g., renouveler les circuits culturels et touristiques).

 

 

1. L’Anthropocène est une notion qui « désigne une nouvelle époque géologique caractérisée par un impact sans précédent d’une seule espèce, Homo sapiens, sur l’écosystème planétaire depuis les débuts de la Révolution industrielle » (Magny, 2019). La chronologie du terme reste sujette à débat. Certains auteurs affirment que l’Anthropocène désigne à la fois une crise de la nature, mais aussi une crise de l’homme. Cette double crise trouverait ses racines dans une interaction plurimillénaire entre nature et sociétés dès le Néolithique (Magny, 2019).


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search