Théophile Piau – Master 2 DYNARISK 2019

 

Théophile Piau

Master 2 « Dynamiques
des milieux et risques »

Dynamique géomorphologique holocène
et occupation humaine dans le bassin versant
de l’Eure : apport d’une approche géoarchéologique
multi-scalaire
Sous la direction de François Bétard et Fabienne Dugast

____________________

Projet soutenu par la Région Ile-de-France
dans le cadre du Domaine d’intérêt majeur
« Matériaux anciens et patrimoniaux »
This work was supported by the Paris Ile-de-France Region
– DIM “Matériaux anciens et patrimoniaux”

____________________

♦ Mémoire soutenu le 6 juin 2019
♦ Composition du jury :

  • François Bétard (McF HdR, Université de Paris, PRODIG Umr 8586)
  • Stéphane Cordier (McF HdR, Université Paris-Est Créteil, LGP Umr 8591)
  • Fabienne Dugast (IR Cnrs, Orient & Méditerranée Umr 8167)
  • Nicole Limondin-Lozouet (DR Cnrs, LGP Umr 8591)

 

Résumé

Localisé dans la partie occidentale du Bassin parisien, le bassin-versant de l’Eure présente une occupation humaine plurimillénaire. À l’interface entre plusieurs groupes culturels dès le Néolithique, la vallée de l’Eure offre un cadre de recherche pertinent pour des recherches géoarchéologiques et paléoenvironnementales. Ce travail de recherche montre l’intérêt de mettre en œuvre une approche géoarchéologique multi-scalaire combinant :

  1. cartographie géomorphologique, comme outil pour spatialiser les formes d’érosion et d’accumulation au sein de la fenêtre d’étude,
  2. prospections géophysiques (TRE) pour une reconstitution 2D de l’architecture du remblaiement alluvial et l’élaboration d’une stratégie d’implantation des sondages sédimentaires,
  3. acquisition et traitement des données stratigraphiques, par carottage et analyses sédimentologiques en laboratoire pour préciser l’environnement de transport et de dépôt des faciès sédimentaires.

L’apport des archives fluviatiles de l’Eure est également mis en avant afin de reconstituer sa trajectoire hydro-morpho-sédimentaire durant l’Holocène et mettre en lumière le poids des forçages anthropiques dans cette évolution. Les investigations de terrain conduites dans la moyenne vallée de l’Eure ont contribué à :

  1. présenter les principaux traits géomorphologiques qui caractérisent la moyenne vallée de l’Eure, nécessaires pour comprendre les grandes étapes de sa morphogenèse à différentes échelles spatio-temporelles et appréhender les éventuels biais taphonomiques dans la distribution actuelle des gisements archéologiques ;
  2. tracer des pistes exploratoires pour les recherches futures en élaborant un zonage provisoire des potentialités géoarchéologiques et paléoenvironnementales des formes d’accumulation identifiées sur le carte géomorphologique ;
  3. sélectionner des zones ateliers pour des investigations géoarchéologiques plus approfondies : le site de Bellevue (sanctuaire d’époque romaine) dans la plaine d’inondation de l’Eure (ZA 1) et le sous-bassin du Radon en rive droite (ZA 2) ;
  4. documenter la trajectoire hydro-sédimentaire d’un paléochenal de l’Eure au cours de la seconde moitié de l’Holocène et interpréter la part respective des variables de contrôle (forçages anthropiques et climatiques) dans cette évolution.

Les perspectives de recherche sont de nature à la fois fondamentale (reconstituer la trajectoire hydro-morpho-sédimentaire et paléoenvironnementale de l’Eure durant l’Holocène ; quantifier les budgets sédimentaires de deux sous-bassins versants) et appliquée (modéliser le « potentiel de préservation géoarchéologique » et valoriser le patrimoine naturel et culturel de la vallée de l’Eure).

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search