Rencontres Géosciences – Archéologie (Strasbourg, 17-18 juin 2019)

Th. Piau Apport d’une approche géoarchéologique
multi-scalaire

Université de Strasbourg – L’Escarpe
– 17-18 juin 2019 –

 

 

17 juin 2019 : 12h10

Th. Piau1-2, F. Bétard1, F. Dugast2, G. Arnaud-Fassetta1, V. Viel1

Dynamique géomorphologique holocène et occupation humaine dans le bassin-versant de l’Eure : apport d’une approche géoarchéologique multi-scalaire

(1 : UMR 8586 PRODIG, Université Paris Cité / 2 : UMR 8167 Orient & Méditerranée, CNRS)

 

Résumé

Localisé dans l’ouest du Bassin parisien, le bassin-versant de l’Eure présente une occupation humaine plurimillénaire. À l’interface entre plusieurs groupes culturels dès le Néolithique, il apparaît comme un espace archéologique clef et un cas d’étude privilégié pour appréhender les mécanismes d’interaction entre les sociétés du passé, leur environnement et le climat durant l’Holocène (10 000 ans BP jusqu’à l’Actuel). Paradoxalement, il s’inscrit dans une portion de territoire qui n’a fait l’objet que d’un nombre réduit d’opérations archéologiques et d’observations géomorphologiques.

Un tel contexte offre des perspectives de recherche intéressantes à la jonction de l’archéologie et de la géomorphologie, ouvrant le champ à des questionnements interconnectés :

  • de la conservation et/ou de la visibilité des vestiges dans le paysage et des processus géomorphologiques à l’origine de leur fossilisation ou de leur démantèlement ;
  • de la traçabilité des modalités d’utilisation de l’Eure et de sa navigabilité aux différentes périodes ;
  • du rôle structurant de la rivière, axe sud-nord reliant la Seine, dans l’approvisionnement et l’intégration de cet espace dans un réseau d’échanges à large échelle.

Démêler la part respective des forçages naturels et de l’influence anthropique dans les mutations paysagères des systèmes fluviaux s’avère complexe et nécessite d’adopter une démarche pluridisciplinaire (archéologie, géomorphologie, géosciences), multiscalaire (de l’échelle macro-régionale à micro-locale) et diachronique (du début de l’Holocène à l’Actuel).

La communication vise à présenter les premiers résultats obtenus sur une fenêtre d’observation témoin correspondant à la moyenne vallée de l’Eure, combinant cartographie géomorphologique, comme outil pour établir un zonage des potentialités géoarchéologiques et paléoenvironnementales au sein de la fenêtre d’étude ; prospections géophysiques (TRE et Géoradar) pour une reconstitution 2D de l’architecture du remblaiement alluvial et l’élaboration d’une stratégie d’implantation des sondages sédimentaires ; acquisition et traitement des données stratigraphiques, par carottage et analyses en laboratoire.

Les perspectives de recherche sont à la fois fondamentale, par une approche systémique et quantitative dans l’objectif d’élaborer un budget sédimentaire holocène à l’échelle des sous-bassins et de préciser le rôle d’éventuels biais taphonomiques dans la distribution des gisements archéologiques, et appliquée, par la modélisation du potentiel de préservation géoarchéologique et la valorisation du patrimoine naturel et culturel de la vallée.

 

____________________

Projet soutenu par la Région Ile-de-France
dans le cadre du Domaine d’intérêt majeur
« Matériaux anciens et patrimoniaux »
This work was supported by the Paris Ile-de-France Region
– DIM “Matériaux anciens et patrimoniaux”

____________________


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search