ValEuRT – Objectif général

La problématique centrale du projet est de comprendre la dynamique de peuplement du territoire choisi – le bassin versant de l’Eure, de son cours d’eau principal à ses affluents jusqu’aux plateaux –, à la croisée de plusieurs milieux géographiques. La question urbaine sera abordée à travers les trois centres – de Chartres, Dreux et Évreux –, qui ont connu chacun une évolution différente, Chartres et Évreux représentant relativement tôt des places centrales qu’elles ont conservé jusqu’à nos jours, et Dreux une « alternative ». Elle y intègrera celle de la formation « ethnopaysagère » comprise dans un système non pas simplement relationnel ville/campagne, mais inter- ou rétroactif des dynamiques naturelles et sociales imbriquées, qui tiennent compte de l’utilisation, de l’appropriation et de la structuration des territoires comme un ensemble.

La notion de peuplement ne sera pas traitée sous l’angle démographique à proprement parler : s’agissant d’archéologie et de géo-archéologie, l’information en matière de peuplement est forcément déformée du fait même des données disponibles et/ou connues par rapport à une population réelle. L’approche géographique quantifiée, qui mobilise des outils d’analyse spatiale, constituera le dispositif privilégié des approches.

Un second axe de travail visera à explorer les fluctuations de la base économique de l’ensemble de ce territoire, à en comprendre les fondements et les aléas éventuels subis au cours du temps, en fonction des différents paramètres – environnementaux et humains –, étroitement imbriqués les uns aux autres.

♦ Structure modulaire du projet

Compte tenu de la masse de données qui a été accumulée depuis les années 1980 et du retard pris dans leur traitement scientifique à une autre échelle que celle du rapport d’opération, le territoire de la vallée de l’Eure représente un investissement de taille que le projet ValEuRT ne prétend aucunement absorber. Sa priorité est tout d’abord de constituer une base de données fiables et spatialisées, facile à actualiser qui permettra de produire des synthèses chronologiques et thématiques sur l’occupation du sol et la dynamique de peuplement par le biais d’un traitement cartographique et statistique. Les données seront réunies au sein d’un système de gestion de bases de données (SGBD) associé à un système d’information géographique (SIG) pour obtenir des séries continues de données quantitatives que les outils statistiques, cartographiques et de modélisation actuels permettent de traiter et de manipuler beaucoup plus aisément qu’auparavant en étant par ailleurs régulièrement remis à jour. Cette approche est la seule à même de renouveler en profondeur les appréciations purement qualitatives qui sont généralement proposées dans ce type de projet considérant l’évolution d’un large territoire.

Le cœur du projet ainsi défini est adaptable et les objectifs pourront être revus à la baisse ou à la hausse, non seulement sur le nombre de données saisies et traitées selon leur accessibilité actuelle, mais aussi sur la production des cartes et modélisations issues des analyses spatiales et statistiques. L’idée n’est pas de produire une synthèse générale sur l’évolution globale du bassin versant de l’Eure, mais d’obtenir un discours cohérent sur des évolutions locales ciblées – par leur degré de représentativité –, de manière à les insérer dans un discours comparatif, à la fois de constitution et de structuration des entités territoriales.

♦  Objectifs et approches

Compte tenu du champ géographique envisagé, le projet veut initier une synergie des ressources disciplinaires et institutionnelles en mettant en relation les objets naturels et historiques, les spécialités et les temporalités, mais aussi des approches et des outils innovants.

Dans le but de favoriser ces collaborations, le projet propose de considérer trois approches différenciées et complémentaires, conçues pour engager des interactions entre spécialistes disciplinaires et institutionnels. L’objectif est de couvrir un ensemble le plus large possible des phénomènes – qu’ils soient naturels ou anthropiques et en interactions les uns avec les autres –, liés à l’évolution d’un cadre géographique particulier, et de garantir les synergies interdisciplinaires nécessaires.

  1. Géographie et géo-archéologie de la vallée de l’Eure
    La première approche s’attachera à comprendre l’organisation interne des paysages du bassin versant de la vallée. Elle sera l’occasion de faire un état des lieux sur nos connaissances des étapes de la morphogenèse du bassin, d’évaluer la singularité des paysages au cours du temps, voire de contextualiser le patrimoine archéologique. Elle abordera également la question de la gestion de l’eau comme ressource naturelle, comme moyen de transport, comme élément frontalier, etc.
  2. Formation des cultures matérielles, structuration des territoires et lieux de culte
    La deuxième approche est historique et s’intéressera à la formation des cultures matérielles, aux choix d’exploitation des ressources, à la structuration des territoires, de la Préhistoire à l’époque moderne, voire à nos jours. Elle abordera les systèmes de gestion des territoires, en incluant les notions de marges, de circulation et d’échanges en interaction avec les cours d’eau, ou encore la construction des unités de peuplement. Elle portera également sur l’interprétation fonctionnelle des sites et sur le rôle des lieux de culte dans l’organisation et l’évolution des communautés.
  3. Impact des actions humaines sur l’évolution des paysages
    La troisième approche est plus analytique et s’intéressera aux questions d’ordre environnemental. Elle abordera l’impact des actions et des choix humains passés et présents en matière d’évolution des paysages, d’environnement et d’écologie. Elle pourra ouvrir sur la question des relations entre patrimoine culturel et gestion des risques naturels.

Ces trois volets seront complétés et fédérés grâce à la structuration d’un outil innovant commun qui permettra l’acquisition et le croisement des différentes données, quelle que soit leur forme. Le socle de cet outil sera formé par un système de gestion de bases de données (SGBD). L’objectif principal sera de pouvoir incrémenter ce SGBD à un Système d’information géographique (SIG) en vue d’initier des analyses spatiales et des modélisations ponctuelles aussi bien que d’ensemble.

♦ Objectif d’inventaire

Le projet ValEuRT s’attache, à travers l’étude des données disponibles, à mieux appréhender l’organisation et l’évolution de l’occupation spatiale autour de sites connus en fonction de leur identification et de leur datation. Il s’inscrit en ce sens dans le cadre de l’inventaire des sites archéologiques mené par les Services régionaux de l’archéologie [SRA].

À l’issue de campagnes de repérage, des prospections systématiques seront conduites sur des secteurs pressentis. Il s’agira de mener des prospections pédestres à vue pour tenter de déterminer des traces d’occupation, toutes périodes confondues, et ainsi d’établir un maillage du secteur d’étude.

Ces prospections pédestres seront menées en parallèle à des études cartographiques sur un périmètre – ad minima – de 100 km² autour de chaque site, de manière à pouvoir repérer les voies autant que les « modes » de communications dans les relations voies/habitats ou encore dans l’organisation et la spécialisation des espaces ou « territoires ». L’objectif sera de reconnaître le paysage antique et son exploitation – agricole ou autre.

♦ Études du mobilier archéologique

L’étude de la dynamique de l’occupation du sol ne peut faire l’économie d’une étude du mobilier archéologique dans un champ à la fois chrono-culturel et multi-scalaire. L’emplacement géographique du territoire choisi, au centre de la Gaule et aux contacts de territoires culturels aux influences variées, en fait en effet un lieu à la fois de passage, de transition et d’interaction qui se vérifie ici sur la longue durée.

Le projet entend focaliser sur l’étude de la poterie, indicateur privilégié non seulement des identités culturelles mais également des réseaux d’échanges et de diffusion. Il s’agira de circonscrire les espaces de productions, en localisant notamment les ateliers, et de suivre la circulation de leurs productions spécifiques. Cette étude vise à mettre en évidence des relations caractéristiques entre les différents espaces au sein de la vallée et en interaction avec les entités territoriales qu’elle réunit.

L’analyse traditionnelle – observations et identification « à l’œil nu » – pourra être complétée par une analyse au microscope optique numérique 3D. Ce type d’investigations permettra de recueillir des informations complémentaires qu’un simple examen morphologique ne saurait obtenir. Il s’agira d’observer les tessons de poterie en section avec des grossissements de 1 à 7000 x. Les résultats permettront de mieux cerner les données concernant la matrice géologique, caractéristique du banc d’argile qui demeure constant dans une sériation stratigraphique, mais également la manufacture (traces de pétrissage, décantation, dégraissant, cuisson, engobage) qui est typique de chaque culture et phase culturelle. Un inventaire des matrices géologiques et des traces de manufacture devra être établi pour définir les assemblages.

♦ Objectifs de formation

Ouvertes à un large public, les opérations de terrain envisagées autour du projet « Vallée de l’Eure » le sont prioritairement aux étudiants de 2e, 3e et 4e années d’histoire, d’histoire de l’art et d’archéologie, pour qui la participation à un stage d’archéologie de terrain est nécessaire à la validation de leur cursus universitaire et doit leur fournir un aperçu aussi bien des techniques utilisées que des manières de procéder.
Ces stages sont soumis à conventions avec les différentes universités.
L’encadrement des stagiaires est assuré par l’ensemble de l’équipe tout au long des opérations, qui pourvoie par ailleurs au suivi des cursus et des contacts avec les différentes institutions archéologiques (Inrap, Universités, Cnrs, etc.).


Vous aimerez aussi...