Projet ValEuRT – PCR 2019

Le secteur d’étude proposé dans le cadre du projet collectif de recherche [PCR] 2019 s’inscrit au sein du bassin versant de l’Eure, dans sa portion médiane. Il se place dans la continuité des grands programmes lancés à partir des années 1990 sur l’étude des dynamiques d’organisation spatiale – d’Archéomédès [dir. Fr. Favory] à Rurland [dir. M. Reddé] en passant par des études régionales : les Bituriges [Gandini 2008], la plaine de Caen [Lespez, Germain 2013], à micro-régionales : la vallée de la Deûle [Révillon, Hannois 2003], l’Yonne Moyenne [Nouvelle 2004], etc. –, qui ne cessent de se multiplier pour développer des problématiques autour du rôle des sociétés dans les phénomènes de transmission et de changement des formes spatiales, y intégrant aussi bien des études sur la morphologie des paysages que sur la formation des groupes culturels [Barral 2003] jusqu’à la reconstitution de dynamiques socio-environnementales qu’engendrent au court du temps les interactions entre l’homme et son milieu, entre les sous-systèmes culturel et naturel [Lévêque et al. 2003]. Il s’inscrit dans le cadre du projet « Vallée de l’Eure : une rivière, des territoires » mené au sein de l’Umr Orient & Méditerranée (Umr 8167, équipe Antiquité classique et tardive).

Le territoire abordé (année probatoire 2019)
– Portion médiane de la vallée de l’Eure –

Le PCR vise une approche localisée qui privilégie les modalités et les modulations des aménagements anthropiques perçus à l’échelle de quelques ensembles paysagers, y inférant les différentes cultures matérielles qui s’y côtoient ou s’y opposent, créant a priori des territoires identitaires – à l’échelle de communautés réduites ou plus larges. L’étude de la documentation disponible, une reconnaissance de terrain et le contexte général de ce bassin secondaire ont fait émerger un espace aux aspects différenciés sur le plan environnemental, alliant points d’eau (rus, sources, etc.), zones de hauteur à replats et plaine alluviale, favorable à la diversification de l’occupation et à ses mutations, en même temps qu’il s’inscrit, à partir de l’âge du Fer, dans un environnement politique à plus large échelle, qui manifestement se construit et se déconstruit en parallèle.

Cet espace correspond à la portion médiane du bassin versant de l’Eure, précisément à cheval sur les trois départements de l’Eure, de l’Eure-et-Loir et des Yvelines, s’étendant sur un rayon d’environ 20 à 30 km de part et d’autre de l’Eure, entre respectivement la plaine de Saint-André (dans le sud de l’Eure), le Thymerais-Drouais (dans l’extrême nord de l’Eure-et-Loir) et le plateau du Mantois (dans l’ouest des Yvelines). Il s’inscrit au sein d’une vingtaine de communes – pour les principales :

  • Villegats, La Boissière, Epieds, Breuilpont, Bueil, Villiers-en-Désœuvre, La Couture-Boussey et Garennes s/ Eure dans l’Eure, pouvant possiblement s’étendre jusqu’à Ivry-la-Bataille et Ezy s/Eure ;
  • Guainville et Gilles en Eure-et-Loir – pouvant s’étendre jusqu’à la Chaussée d’Ivry et Anet ;
  • Cravent, Bréval, Illiers-le-Bois et Neauphlette dans les Yvelines.

– Chronologie retenue –

De la période néolithique au Moyen Âge, jusqu’à l’époque moderne et préindustrielle, voire contemporaine.

– Les sites archéologiques repérés dans ce secteur –

L’espace ainsi délimité est très peu connu sur le plan archéologique et historique. Les rares fouilles sont anciennes et remontent à la fin du XIXe ou au début du XXe siècle : elles concernent la commune de Bueil (habitat gallo-romain réoccupé par une nécropole mérovingienne) et celle de Caillouet-Orgeville, à l’ouest de Pacy-sur-Eure, pour l’instant hors du secteur d’étude considéré (occupation du Néolithique à l’époque gallo-romaine). Quelques découvertes fortuites complètent ce tableau (hors base Patriarche) : des fonds de cabane du Ier siècle et une nécropole plus tardive à Breuilpont en bord de l’Eure, une nécropole gallo-romaine à Garennes s/Eure, une autre mérovingienne à Merey, une autre encore à Villiers-en-Désœuvre.

Bien qu’en limite du « Grand Paris », la zone se trouve globalement épargnée par les grands travaux d’aménagement et donc peu concernée par les opérations préventives. La documentation récente reste rare : outre les découvertes du SAD-Yvelines – partie est de la zone d’étude –, pour la plupart inédites [CAG 78], et quelques interventions de la MADE (Eure) – sur la nécropole mérovingienne de Bueil reconnue dans les années 1960 –, une série de prospections aériennes, réalisées entre 1996 et 2011 par l’Association Archéo27, a pu repérer différents indices d’occupation de date indéterminée ainsi que deux temples au plan caractéristique de l’époque du Haut Empire et dressés à peu de distance l’un de l’autre – le premier en fond de vallée, l’autre sur le plateau du Mantois.

– Quelques ensembles de sites émergents –

Cette première approche a permis néanmoins de faire émerger un certain nombre d’ensembles, laissant entrevoir le potentiel archéologique de ce secteur :

  • les différents types d’enclos repérés en prospection aérienne par Archéo27 et/ou antérieurement – qui se chevauchent dans l’espace et induisent des occupations successives de formes et d’époques différentes ;
  • les sites de Bueil et de Caillouet-Orgeville – dont l’occupation longue peut permettre de décrire les dynamiques d’implantation de l’habitat, sa résilience ou non sur le temps long, l’anthropisation et le contrôle de l’espace, la gestion du milieu et son impact environnemental ;
  • les sanctuaires d’époque romaine du fond de vallée et du plateau du Mantois – situés à moins de 1 km l’un de l’autre, dont l’emprise ni l’identification ne sont connues et qui offrent un mobilier qui ne correspond pas a priori à leur appartenance « politique » – respectivement les cités carnute et éburovice ;
  • les commanderies – enclaves territoriales ponctuelles qui relèvent d’un partage de territoires n’appartenant ni au royaume de France ni à la Normandie ni à aucun diocèse – avec en parallèle l’implantation des églises et celliers monastiques de part et d’autre de l’Eure, dont la typologie témoigne de groupements humains hors des domaines politiques forts ;
  • auxquels s’ajoutent différentes anomalies topographiques – tertres, talus, fossés, étangs, glacières – témoignant de diverses modalités d’occupation toutes époques confondues.

Au-delà de l’intérêt que peut offrir en soi le secteur ainsi délimité, la quasi absence d’étude le concernant permet d’envisager de nouvelles approches sans présupposé, aussi bien sur le plan scientifique que méthodologique.

Problématique de la recherche

L’étude des dynamiques d’occupation et de la structuration d’un territoire s’appuie naturellement sur des données à caractère spatial, qu’il s’agisse en amont de l’analyse des formes du paysage ou en aval de la réalité des limites territoriales. De manière générale, ce sont ces dernières qui sont retenues comme cadre et unité de l’étude, considérant l’entité territoriale sous la forme d’une « cité » fondée, à l’image de la polis grecque, autour d’un organisme urbain – « capitale » ou « chef-lieu » – et de ses habitants, régissant ensemble un territoire de plus ou moins vaste étendue [Leveau 1993, Fichtl 2006]. La « cité » est ainsi comprise comme l’élément primordial de la structuration des sociétés et des terres qu’elles exploitaient. En réalité, l’instauration d’un tel système et de son organisation appartiennent au monde romain qui disposait, pour fonctionner, d’outils de gestion administrative et financière conduits par les instances de l’Empire sur l’ensemble de ses provinces [Tarpin 2009]. En ce sens, les civitates de la Gaule romaine relèvent avant tout d’une notion politique : entités territoriales bien identifiées au sein des provinces romaines, leurs limites, même si elles ont pu bouger au gré d’événements politiques ou militaires, étaient alors parfaitement définies.

L’un des problèmes majeurs à travailler à cette échelle est, par conséquence logique, diachronique : elle force la pertinence à calquer une organisation valide à une époque mais ne découlant pas forcément d’une organisation antérieure ni surtout d’une réalité ethnographique. On a voulu ainsi faire remonter la subdivision et l’organisation autour d’un « site central » des cités gauloises à l’époque antérieure à la « conquête » de César, identifiant les oppida à des sortes de chef-lieu reconnaissables par la présence de constructions monumentales – notamment les remparts. À l’opposé, on s’accorde depuis longtemps à calquer également les frontières des civitates gauloises sur les limites de diocèses créées entre le IIe et le Ve siècle en France, considérant que les territoires soumis à l’autorité ecclésiastique ont été les héritiers des anciennes provinces et cités de l’époque romaine. C’est oublier que l’entité politique que constitue la civitas ne se superpose pas forcément à une entité culturelle : les noms de cités ne trouvent pas toujours leur équivalent dans les groupes culturels des périodes précédant la « conquête » de César, comme en témoignerait par exemple la combinaison de différents faciès céramiques et zones d’influence chez les Éduens [Barral 2003] ou chez les Carnutes [Linger-Riquier, Troubady 2014]. Dans bien des cas du reste, la civitas paraît représenter une surface trop importante et complexe – du fait notamment des contrastes géographiques – qui ne permet pas raisonnablement d’envisager son fonctionnement dans un rapport immédiat entre chef-lieu de cité et territoire rural environnant. Il en est de même aux périodes plus récentes.

– Entre identités matérielles et structuration des territoires –

Si on connaît assez bien les grands mouvements politiques – notamment après la « conquête » de César – qui scandent l’histoire événementielle, on connaît moins ceux qui ont précédé et qui ont construit les identités matérielles et culturelles. Or, les modalités d’occupation apparaissent très diversifiées au sein du bassin versant de l’Eure, que ce soit du nord au sud ou d’est en ouest, de part et d’autre du tracé de la rivière, et font apparaître tout autant de diversités matérielles, du mobilier à l’immobilier, encore très marquées aujourd’hui.

Une étude des marqueurs pertinents des cultures archéologiques concernées manque cruellement alors qu’elle participerait fortement à nous renseigner sur les dynamiques culturelles autour de l’aménagement des cours d’eau, leur utilisation et leur navigabilité – comme voies locales de communication et d’échanges –, et plus avant sur les rapports des différentes communautés qui se sont partagées ce territoire et sur le rôle de cette vallée secondaire dans la structuration communautaire autant que politique et économique.

Les productions céramiques des Ier-IIIe siècles offrent d’ores et déjà des éléments inattendus dès lors que l’on s’intéresse plus particulièrement à la zone « frontière » que constituerait la rivière, séparant les diocèses de Chartres et d’Évreux à l’époque médiévale comme elle aurait séparé la cité des Carnutes de celle des Aulerques Éburovices entre le VIe siècle avant et le VIIe siècle de notre ère. La notion de « frontière » se montre en l’occurrence particulièrement intéressante lorsque l’on sort de la dimension politique dans la mesure où, ici, elle s’articule autour de l’Eure, sorte de colonne vertébrale reliant la Loire au sud (avec laquelle elle n’a certes pas ou plus de lien hydrographique direct) et la Seine au nord dans laquelle elle se jette, position géographique qui en fait à la fois une ligne de démarcation et un trait d’union entre les différents groupements humains. Un tel contexte met ce bassin secondaire au cœur de phénomènes complexes qui, rétrospectivement, et parce qu’il paraît répondre aux grands découpages politiques et économiques des territoires, rend également complexes – sur le plan archéologique – notre compréhension et appréhension de l’évolution de cultures matérielles aux influences multiples.

♦ Éléments en jeu et approches croisées

La plupart des approches menées sur les dynamiques d’occupation du sol et les interactions homme/milieu privilégie tout naturellement des secteurs riches en documentations archéologiques de première main et en potentiel, en s’intéressant à des « terroirs favorisés » ou considérés comme tels en raison de conditions favorables à la fois à l’installation humaine du fait de la présence de l’eau et à une bonne conservation des vestiges [Leman-Delerive 2003].

Le bassin versant de l’Eure, ouvert à l’ouest du Bassin parisien, forme aujourd’hui un petit bassin agricole moyennement peuplé, composé de plateaux faiblement ondulés et de quelques vallées encaissées, propice a priori à une telle étude. Or, en-dehors de quelques secteurs – notamment à la confluence de la Seine et de l’Eure au nord ou autour de Chartres au sud, et de quelques opérations ponctuelles –, ce bassin se distingue par une apparente absence et mauvaise conservation des vestiges archéologiques du fait de la déstabilisation morphosédimentaire qui s’intensifie dès l’époque antique (crise érosive et variations climatiques).

La vallée n’en est pas moins riche aussi bien du point de vue géomorphologique qu’historique : sur le plan paléogéographique, elle se caractérise par la diversité et l’omniprésence des formations superficielles (argiles à silex, lœss, colluvions et alluvions) dont les potentialités géoarchéologiques sont élevées ; du point de vue historique, la vallée connaît une occupation humaine plurimillénaire qui se manifeste en divisions territoriales dès la période antique, à l’interface du « Grand Ouest » et du bassin de Paris. Parce que son étude se heurte à la difficulté d’acquisition des données, elle ouvre la possibilité de constituer un véritable atelier de travail pour de nouvelles méthodes d’approche interdisciplinaires, en s’affranchissant des limites administratives et en y intégrant résolument la dimension diachronique.

– Un premier examen –

1 Ligne de paléorivage du Rupélien (RGE ALTI® 5m)

Les investigations menées depuis 2016 à partir de la documentation disponible (archives, données de fouilles anciennes, prospections aériennes, etc.) ont permis d’établir une première trame lâche des implantations humaines connues, du Néolithique à la fin du Moyen Âge. Pour enrichir ce corpus somme toute maigre, une réflexion a été menée sur les moyens à mettre en œuvre – en termes d’efficacité et de pertinence – pour mettre en évidence les réelles capacités documentaires du secteur au-delà du cadre habituel de la recherche en matière de dynamique de l’occupation du sol et de l’évolution des paysages. Si le contexte général du projet place clairement ce dernier au sein des développements actuels de la recherche en matière d’« archéologie de terroirs » et d’archéogéographie tel que défini dans le rapport de conjoncture de la section 32 « Mondes anciens et médiévaux » du Cnrs [Collectif 2004 : 657], son enjeu vise moins à la reconstitution de « l’histoire de la transformation de l’espace géographique en écoumène habité, exploité, aménagé, transmis et hérité » [Chouquer 2003] qu’à retrouver les témoins de la transformation incessante des tracés et des modelés dont ils résultent rétrospectivement. C’est poser la question inhérente à l’archéologie qui est sans cesse confrontée à des situations passées qui ont totalement changé en raison de multiples paramètres dont certains sont du reste manquant, sans que soient forcément en jeu (ni exclus) des particularismes culturels, si marqués soient-ils [Pailler et al. 2011].

2 – Tracé de la paléo-Loire-Seine à la fin du Tertiaire, souligné par le dépôt des « Sables de Lozère » [d’après Dugué 2007]

L’absence d’un véritable corpus de sites identifiés et le peu de données matérielles du secteur concerné ici – portion médiane de la vallée – amènent de fait à s’interroger sur notre capacité à repérer, sur le terrain, les témoins de ces transformations au cours du temps et impose plus qu’ailleurs de les considérer sous tous leurs aspects, qu’ils résultent de processus sédimentaires ou diagénétiques qui affectent la distribution spatiale des vestiges autant que leur intégrité [Bertran et al. 2017]. De ces phénomènes d’ordre naturel, n’est pas étranger le contexte géologique et géomorphologique régional qu’il importe de prendre en considération, notamment à travers l’analyse des archives sédimentaires de fond de vallée qui permet d’établir une continuité entre la formation des vallées fluviales caractéristiques du temps long et le fonctionnement présent des cours d’eau – tel qu’on l’a sous les yeux [Cordier, Bridgland (dir.) 2012]. L’étude des grandes étapes de la morphogenèse de la vallée – depuis la dernière transgression marine (Sables de Fontainebleau), dont on reconnaît le tracé du paléorivage souligné par un talus et des galets de silex roulés à la limite entre le Thymerais et le Drouais (> -28 Ma / Oligocène inférieur) [fig. 1, 2], jusqu’au creusement des vallées actuelles sous l’influence des processus périglaciaires et des dépôts lœssiques pendant les périodes froides et sèches (> -10 000 ans / Pléistocène) – montre les points de perturbation et les contraintes naturelles définies par le relief et la structure géologique (notamment la localisation des zones de sources au contact aquifère/aquiclude) comme par la nature et l’intensité de l’érosion. Elle permet ainsi de mieux appréhender l’interprétation du contexte sédimentaire d’enfouissement ou de piégeage – concomitant du remblaiement alluvial de fond de vallée et du colluvionnement de bas de versant depuis 10 000 ans (Holocène) – et, parallèlement, celle de la conservation des sites (et a fortiori de l’évolution de l’occupation humaine) que l’on s’accorde à considérer comme tributaire de crises érosives liées à des forçages climatiques et anthropiques qu’il reste ici à démêler [Bétard et al. à venir].

Le concept de temps doit également être pris en considération dans une perception cyclique de la dynamique des formes, liant dynamiquement la vision d’un présent au passé, de manière à pallier la discontinuité et le fractionnement de la donnée toutes périodes et disciplines confondues. Depuis les années 1990, la théorie de l’auto-organisation et le concept de résilience, introduisant le temps comme agent à part entière des organisations [Robert 2003] et le rôle des structures héritées dans les systèmes actuels comme résultant d’une remobilisation des potentiels ouverts par le passé [Aschan-Leygonie 2000], peut en effet apporter une dimension complémentaire susceptible d’aider à mieux évaluer les causes et les modalités des transformations de l’espace considéré. Dans ce cadre, l’archéologie s’intéressant prioritairement aux mouvements passés peut permettre sinon d’identifier de véritables et profondes transformations, du moins d’observer des cycles complets et en évaluer l’extension géographique [Redman, Kinsig 2003]. Elle privilégie ainsi une analyse rétrospective et peut permettre de mieux apprécier l’articulation des échelles spatio-temporelles dans la résilience des systèmes socio-spatiaux [Robert 2017].

On pourrait plus avant adopter l’analyse systémique, basée sur les relations entre éco-système, socio-système et morpho-système, voire – aux vœux de Fr. Djindjian – le domaine d’application des sciences de la complexité (systèmes non linéaires, théorie du chaos, fractales, systèmes d’apprentissage, systèmes multi-agents, etc.) qui visent à mieux circonscrire le concept d’anthroposystème défini en rapport non seulement avec les interactions, mais avec les boucles de rétroaction des dynamiques naturelles et sociales imbriquées, aux temporalités circulaires [Lévêque 2011 ; Djindjian 2014]. Sans forcément aller jusqu’à ce stade dans le cadre d’une première année probatoire, il apparaît nécessaire en tout état de cause de ne pas écarter les réflexions renouvelées sur le concept de « culture matérielle » – entendue non seulement comme témoin de la vie quotidienne et de l’histoire économique d’une société [Bourgeois et al. 2018], mais comme marqueur chronologique de l’identité des communautés qui les a produits [Barral 2003]. L’identification des sources d’approvisionnement en matières premières est aujourd’hui une thématique commune à tous les préhistoriens. L’étude de la provenance du matériel lithique liée à celle de l’accessibilité des couches riches en silex permet de replacer les sites dans un maillage territorial et de renseigner sur la mobilité des groupes humains [Fernandes, Raynal 2006 ; Fernandes 2012]. Elle doit pouvoir être élargie à tous types d’objets nécessitant de manière similaire l’extraction de matériaux – pour les plus facilement détectables, carrières de pierre ou d’argile –, pour constituer une archive de premier ordre dans l’appréhension des émergences et transformations des sociétés et leur évolution. Dans ce cadre, la prise en compte des zones de répartition du substrat sain et des types de formations superficielles est déterminante pour établir non seulement des liens avec l’implantation des sites archéologiques, mais aussi interpréter leurs modalités d’enfouissement.

♦ Démarche et méthodologie

Le projet se place ainsi volontairement dans le développement d’une approche intégrée et a fortiori pluridisciplinaire. L’équipe projet est en ce sens résolument pluridisciplinaire et pluri-institutionnelle. Elle se construit autour d’un noyau Cnrs et universitaire d’une dizaine de spécialistes (Sorbonne Université Lettres, Sciences et Ingénierie, Université Paris Cité [ex Paris-Diderot]) et est accompagnée par les acteurs de la Direction générale des Patrimoines et des Unités départementales de l’architecture et du patrimoine, de l’Inrap et des services archéologiques départementaux (SRA-DRAC, UDAP, SAD) ainsi que du PNR Haute Vallée de Chevreuse, des associations et des acteurs locaux.

Son objectif principal est de promouvoir un cadre destiné à assurer la qualité des données et leur valeur ajoutée potentielle. À l’inverse des études courantes toutefois – et dans le cadre d’une première année probatoire –, son objectif est de considérer les arguments pertinents que peuvent apporter l’archéologique et l’étude de la morphologie du territoire dans une stratégie d’acquisition et de traitement des données. Il repose sur la création de nouveaux outils d’investigation et la pluridisciplinarité avec en parallèle un cadre théorique d’évaluation.

En ce sens, il se propose :

  1. de mettre à l’épreuve une démarche prospective à l’appui d’interventions non invasives sur le terrain, en s’appuyant sur une analyse de la représentativité des données selon leurs origines – géographiques, géologiques, géomorphologiques, archéologiques, historiques, environnementales… ;
  2. de tester des méthodes non invasives sur le terrain par l’utilisation de nouveaux outils d’investigation associées à de nouvelles technologies appliquées à l’archéologie ;
  3. à terme, de faciliter les transgressions disciplinaires et ouvrir sur des thématiques de recherches en lien avec les diversités de réponses selon les domaines et techniques sollicités.

– Moyens mis en œuvre –

Les outils communément utilisés aujourd’hui de manière interdisciplinaire comme les SIG et la géomatique peuvent sans aucun doute contribuer au renouvellement de la réflexion sur ce type de questionnements, non seulement du point de vue des résultats obtenus, mais aussi et surtout de la manière de les obtenir. Par la formalisation des données, ils rendent ces dernières interopérables entre les différents groupes et facilitent les transgressions disciplinaires [Robert 2017]. Ils permettent d’effectuer la synthèse entre les différents types d’approche, associant les dimensions descriptives traditionnelles (photo-interprétation, topographie et cartographie historiques, toponymie vs système régressif…), la modélisation et les analyses quantitatives et ainsi de mettre l’accent sur des modèles dynamiques et des analyses multi-scalaires.

De manière générale, la modélisation – en tant qu’approche d’analyse visuelle à travers des représentations formalisées et épurées du réel – concerne des données acquises, traitées et stockées. Le peu de données disponibles sur notre secteur d’étude nous amène à imaginer une modélisation prospective, rarement – pour ne pas dire jamais envisagée dans le cadre d’études environnementales du passé [Verhagen et al. 2012]. En ce sens, l’objectif se rapproche des modélisations en géographie physique qui conjugue modèles systémiques – représentation de la structure d’un système pour en expliquer le fonctionnement – et modèles prédictifs – images mathématiques de ces systèmes qui permettent d’en prévoir le comportement [Brunet, Ferras, Théry 1993]. En d’autres termes, il s’agira de mettre en place un processus de mise en commun de sources pluridisciplinaires (géologiques et géomorphologiques, topographiques, archéologiques, historiques, géographiques…) de manière à pouvoir non seulement croiser les données mais aussi et surtout, en amont comme en aval, établir un protocole de scénarios prospectifs des évolutions possibles dans le passé et ainsi aider à la réflexion et à la décision sur le terrain en matière de connaissance et de conservation du patrimoine naturel et culturel. L’objectif sera à termes de permettre d’analyser les phénomènes réels et de prévoir les résultats à partir de l’application d’une ou plusieurs théories à un niveau d’approximation donné.

– Méthodes d’acquisition et d’exploitation des données –

Sur le plan technique, le projet s’appuie sur le développement d’une plateforme web regroupant les technologies de la géomatique et du web sémantique. En alliant ces deux technologies, l’objectif est de proposer un outil permettant de relier les données issues des différentes disciplines des sciences humaines et sociales (archéologie, histoire, géographie physique, géomorphologie, géographie contemporaine, science de l’environnement…), de les traiter à la fois dans l’espace et le temps et de les valoriser sur le web.

Cette plateforme se veut être un système modulaire. Elle s’appuiera sur le développement d’une interface WebSIG collaborative à partir de l’outil GEO-Recif (POSTGRE) acquis et hébergé sur les serveurs d’Huma-Num et géré dans le cadre du programme ArchéoFab par l’UMR 7041 ArScAn (L. Costa). Les outils disponibles seront choisis en fonction des besoins de développement, d’interaction et de prise de décision de la plateforme. Dans un deuxième temps, en fonction du développement et des besoins de collaborations interdisciplinaires, d’autres outils pourront être développés et mis à disposition au sein de la communauté ArchéoFab. L’objectif sera en effet également de développer la réflexion sur la projection temporelle des données en sciences humaines (aspects méthodologiques et épistémologiques). Dans ce cadre, une attention sera tout particulièrement portée sur le caractère d’incertitude et d’imprécision en termes de limites chronologiques, voire fonctionnelles des différentes occupations, inhérent aux données de l’archéologie.

Trois phases de développement sont à envisager :

  • la première phase sera consacrée à la conception de la plateforme et focalisera sur les outils destinés à la collecte de la documentation et à sa mise en commun. Il s’agira de structurer les types de données de manière à élaborer un système de gestion de base de données pluridisciplinaires s’adaptant aux différents besoins de l’équipe en termes d’acquisition, et de déployer un géoserveur lié à un gestionnaire de contenu de sorte à pouvoir afficher les différents types de données de manière lisible et complémentaire ;
  • une deuxième phase concernera la valorisation des fonds (interface, référentiel sémantique) dans leur version exploratoire et le développement des aspects collaboratifs en ligne, y compris en science participative ; l’objectif sera de tester l’interface en termes d’outil d’aide à la décision, qui se déclinera en « protocole archéologique » – pour cibler les zones à prospecter – et en « protocole d’aménagement du territoire » à l’aide des résultats qui viendront alimenter l’ensemble des données disponibles ;
  • une troisième phase sera destinée à la préparation des traitements avancés des données (analyses qualitatives et quantitatives) et des fonctionnalités spécifiques de la plateforme.

♦ Opérations envisagées (année 2019)

La plateforme s’inscrit dans une démarche exploratoire et se concentrera sur les données cartographiques, archéologiques, géomorphologiques et issues de la télédétection du secteur test choisi (250 km2). Dans un premier temps, seules les périodes antiques seront retenues, à faible documentation.

L’objectif étant d’établir un modèle théorique, il s’agira de tester la capacité de l’outil à orienter et planifier des opérations de terrain. Des prospections au sol – archéologiques et géomorphologiques – seront par conséquent nécessaires pour accompagner la mise en place du modèle. L’un des enjeux majeurs sera de structurer et de référencer les données pour qu’elles soient interrogeables facilement en fonction des besoins et objectifs de chacun. Il sera également de faciliter la lecture et l’ajout de nouvelles informations aux données anciennes, de manière à valider leur représentativité à mettre en lumière les déplacements, les ruptures et les continuités, témoins de l’évolution diachronique du secteur étudié sur le temps long.

3 – Cadre géologique et structural du secteur d’étude [source Infoterre BRGM]

La zone médiane de la vallée présente de nombreux espaces – agricoles ou boisés – propices à une exploration archéologique et géomorphologique. Elle permet de définir des zones préalables en s’appuyant sur une logique topographique, des aspects géomorphologiques, des impacts hydrographiques, une logique de transects associant pente, fond de vallée, crête, et subsidiairement des secteurs partiellement explorés. Deux fenêtres d’observation sont ainsi proposées comme zones-atelier pour travailler et tester une approche prospective.

– Interprétation de l’environnement géomorphologique des sites archéologiques –

Une analyse géomorphologique préliminaire, réalisée à partir de données topographiques à haute résolution (MNT RGE à 5 m et à 1 m), a permis d’identifier des traces probables de paléo-chenaux à proximité immédiate du sanctuaire d’époque romaine découvert en prospection aérienne par Archéo27 dans la plaine alluviale de l’Eure (rive droite), sur la commune de Garennes-sur-Eure (lieu-dit « Bellevue ») [fig. 4]. Ce site a été par conséquent retenu pour devenir un laboratoire d’intégration des recherches archéologiques et géomorphologiques, dans un objectif commun d’éclairer les modalités d’implantation humaine, d’évolution environnementale locale et d’occupation des sols à ses abords, y compris dans ses relations avec le sanctuaire gallo-romain situé seulement à un kilomètre de distance sur le plateau du Mantois.

Afin de reconstituer le paléoenvironnement fluviatile autour du sanctuaire de Bellevue, les méthodes d’investigation scientifique devront croiser :

  1. des levés topométriques, afin d’identifier les variations micro-topographiques dans la plaine alluviale (levées, paléo-chenaux…), en complément de l’information produite par les MNT à haute résolution (RGE Alti®) ;
  2. des sondages à la tarière (exploratoires) et des carottages profonds, notamment dans les secteurs de paléo-chenaux, afin d’obtenir un cadre chrono-stratigraphique précis dont le calage se fera par datations 14C de niveaux riches en matières organiques (e.g. tourbes), éventuellement couplées à la présence de vestiges artéfactuels ; ces informations pourront être croisées et spatialement reliées avec d’autres sondages obtenus localement ;
  3. des prospections géophysiques (ERT ou géoradar), afin de reconstituer la géométrie 2D des structures sédimentaires.

    4 – Extrait du MNT RGE ALTI® au pas de 5 m et interprétation géomorphologique et paléohydrographique préliminaire à proximité du sanctuaire gallo-romain de fond de vallée [cartographie : F. Bétard 2018]

Parallèlement, un protocole de prospections archéologiques non-invasives visera à cartographier au plus près ce secteur en relevant le maximum d’indices pouvant permettre de restituer son organisation interne, voire sa relation avec un éventuel bâti périphérique pour l’instant inconnu. L’objectif sera de privilégier l’utilisation du drone dont les vols peuvent être plus facilement répétés que dans le cadre de la prospection aérienne traditionnelle. Outil très efficace pour la détection de sites inédits ou la documentation précise de sites déjà connus ou en cours de fouille, celle-ci n’offre souvent en effet de résultats qu’à la faveur de conditions d’éclairages rasants, d’humidité propice ou de mûrissement favorable des cultures, autant de paramètres impossibles à maîtriser quand les missions de survols aériens doivent être planifiées plusieurs semaines à l’avance. Par ailleurs, cette méthode d’acquisition se caractérise par une faible ré- solution spatiale des données, tout comme l’imagerie satellitaire : pour les avions, du fait de la vitesse et de l’altitude de vol qui ne descend pas sous le plancher des 150 m ; pour les satellites, y compris pour les capteurs Landsat, les plus complets dans le spectre lumineux, dont la résolution spatiale du pixel n’est que de 15 ou 30 m au sol.

L’utilisation du drone apportera de nouveaux enjeux en matière de télédétection archéologique : l’objectif est en effet de tester différents outils de mesures et d’imagerie numérique de la sub-surface que permet aujourd’hui la miniaturisation de capteurs : LiDAR, multispectral, thermique, magnétique, et d’assurer un meilleur rendement comme un meilleur rendu des données. Au-delà de la facilité d’utilisation de ces engins, moins contraignante en matière de sécurité et plus souple en matière de prise de décision et de programmation des opérations, elle permet des vols à plus basse altitude qui peuvent être programmés et semi-automatisés, notamment grâce aux systèmes de navigation GPS, et ainsi être répétés sur une même zone en fonction des conditions atmosphériques et des capteurs embarqués, apportant une documentation plus complète et de très grande résolution. Elle offre en outre une échelle intermédiaire de travail, entre le focus du site ponctuel et un secteur de plusieurs ha. Enfin, le traitement de l’imagerie 3D et de nuages de point (dans le cas de capteurs vectoriels) est aujourd’hui facilité grâce aux nouveaux outils informatiques qui fournissent les algorithmes nécessaires permettant l’automatisation d’un certain nombre d’étapes de restitution des données et dotés d’un fort potentiel de développement.

L’ensemble de ces investigations pourront éventuellement être complétées, en fonction des compétences de l’équipe constituée, par une analyse des malacofaunes (complémentaire des analyses granulométriques et sédimentologiques) afin de mieux caractériser les unités morpho-écologiques contemporaines de chaque milieu de sédimentation (chenaux actifs, bras morts, marais, plaine d’inondation…). L’acquisition de toutes ces données (archéo-bio-morpho-stratigraphiques) permettra finalement de retracer l’évolution des conditions paléoenvironnementales du site archéologique sur le temps long, d’aborder la taphonomie des vestiges, d’éclairer les différentes phases d’occupation humaine et de matérialiser les périodes de transition, de rupture et de continuité du sanctuaire (abandon, réoccupation durant l’Antiquité tardive…) en lien avec les dynamiques paléohydrologiques de l’Eure, dans un contexte d’exposition historique au risque d’inondation [Arnaud-Fassetta et al. 2010].

Enfin, et dans une perspective comparative avec la zone 1 de référence, les données récoltées sur le site de Bellevue pourront être mises en comparaison avec celles obtenues plus en aval dans le Val de Reuil, près de la confluence avec la Seine, où un paléochenal latéral de l’Eure a récemment été mis au jour en contexte arhéologique [Leblé 2016].

– Archives fluviatiles holocènes, budgets sédimentaires et histoire paléoenvironnementale –

À une échelle micro-régionale, l’analyse des archives sédimentaires holocènes peut être mise à profit pour quantifier les dynamiques érosives depuis 10 000 ans et préciser l’histoire paléoenvironnementale de la région dans ses liens avec l’occupation humaine [Viel 2012 ; Viel et al. 2018]. Les multiples changements climatiques observés au cours de l’Holocène et le développement de l’agriculture à compter du Néolithique sont responsables d’une évolution importante des dynamiques sédimentaires (érosion des sols sur les versants, dépôts colluviaux et alluviaux). Celles-ci conduisent à une redistribution significative des sédiments dans les bassins versants de l’ouest de l’Europe [Notebaert, Verstraeten 2010]. L’analyse de cette redistribution et des temporalités qui l’animent constitue donc un élément de discussion de la mise en œuvre de l’anthropisation dans les bassins versants. L’approche par budget sédimentaire est dès lors particulièrement adaptée dans ce qu’elle permet d’estimer successivement l’érosion, le transport, les stockages ainsi que les exports en sédiments au sein d’un bassin versant, pour une période de temps donnée [Reid, Dunne, 2003].

Après une reconnaissance préliminaire de terrain (juillet 2018), le sous-bassin du Radon, affluent de rive droite de l’Eure, présente un contexte morpho-sédimentaire et archéologique favorable à une approche de ce type [fig. 5]. L’analyse détaillée des profils pédologiques mis en place sur les dépôts lœssiques permet l’estimation de l’érosion des sols sur les plateaux ainsi que des dépôts colluviaux [Rommens et al. 2005] et récemment appliqués sur de petits bassins versants normands [Viel et al. 2018]. Cette estimation est ensuite complétée par une quantification des dépôts alluviaux. Elle est menée à l’aide de sondages réalisés le long de transects représentatifs qui permettent la reconstitution de la géométrie des stockages sédimentaires dans les fonds de vallées.

La temporalité de mise en place des dépôts sédimentaires est, quant à elle, établie sur la base d’une analyse chrono-stratigraphique des remplissages alluviaux et/ou colluviaux. Elle est rendue possible par l’utilisation de différentes méthodes permettant la datation de la stratigraphie à des pas de temps millénaire à plurimillénaire (14C, OSL) ou infra-séculaire (210Pb, 137Cs). Le croisement de ces datations avec les données archéologiques présentes dans le bassin versant du Radon offre ensuite l’opportunité d’affiner la temporalité de constitution des stockages sédimentaires à un pas de temps intermédiaire (séculaire à plurimillénaire).

5 – Localisation et configuration du bassin versant du Radon [Source : Scan 25 de l’IGN et BD CARTHAGE]

Sur le plan archéologique, ce bassin versant ne présente actuellement aucun indice de site repéré – en-dehors du sanctuaire de fond de vallée, à la confluence avec l’Eure, et de quelques rares traces éparses. Cette absence d’indices devra par conséquent être confrontée à l’interprétation du contexte sédimentaire d’enfouissement et de piégeage et placera ce second secteur dans un véritable protocole de tests destiné à développer une étude de « visibilité » et à mettre à l’épreuve l’approche exploratoire et les modèles prédictifs avant toute intervention sur le terrain.

Les rythmes de la sédimentation ainsi que les forçages climatiques et anthropiques à l’origine de la redistribution des sédiments dans le bassin versant peuvent varier selon les échelles spatiales. En effet, la sédimentation observée dans le fond des vallons élémentaires est généralement plus sensible aux changements d’ordres climatique et anthropique que les bassins versants de taille supérieure. Pour ces derniers, la sédimentation observée est influencée par des forçages souvent plus conséquents, plus durables et/ou traduit une évolution des connectivités dans le bassin versant à l’origine d’une meilleure efficience de la cascade sédimentaire. L’organisation spatiale des dépôts alluviaux et colluviaux dans le bassin versant du Radon offre la possibilité de réaliser des budgets sédimentaires à différentes échelles spatiales emboîtées (du vallon élémentaire à l’échelle du bassin versant dans sa globalité). Cette réflexion sur la propagation du signal sédimentaire au travers des échelles permet donc de discuter du rôle respectif de chacun des forçages, des effets d’échelles et des effets de seuils sur les dynamiques sédimentaires du bassin versant et d’envisager des modèles prospectifs.

– Étude du mobilier archéologique –

L’étude de la dynamique de l’occupation du sol ne peut faire l’économie d’une étude du mobilier archéologique dans un champ à la fois chrono-culturel et multi-scalaire. L’emplacement géographique du secteur choisi, aux contacts de territoires culturels aux influences variées, en fait en effet un lieu à la fois de passage, de transition et d’interaction qui se vérifie ici sur la longue durée.

Le projet entend focaliser sur l’étude de la poterie, indicateur privilégié non seulement des phases d’occupation, mais également des réseaux d’échanges et de diffusion, voire des identités culturelles, en tentant de circonscrire les espaces de circulation et de diffusion des productions. Cette étude sera menée parallèlement au réexamen des données archéologiques et séries matérielles recueillies durant les deux dernières décennies. L’objectif sera :

  • d’établir une typo-chronologie fiable des mobiliers – notamment céramique – permettant une datation plus assurée des occupations de l’Antiquité et du Moyen Âge, voire antérieurement ;
  • de définir les faciès céramiques : caractériser et mettre en évidences les principales productions régionales ; établir les dynamiques spatio-temporelles à travers les modes de distribution et de consommation, les rythmes des pratiques et l’évolution des sphères d’influence via l’étude de la poterie (type de pâtes…)

L’analyse traditionnelle – observations et identification « à l’œil nu » – pourra être complétée par une analyse au microscope optique numérique 3D. Ce type d’investigation permettra de recueillir des informations complémentaires qu’un simple examen morphologique ne saurait obtenir. Il s’agira d’observer les tessons de poterie en section avec des grossissements de 1 à 7 000 x. Les résultats permettront de mieux cerner les données concernant la matrice géologique, caractéristique du banc d’argile qui demeure constant dans une sériation stratigraphique, mais également la manufacture (traces de pétrissage, décantation, dégraissant, cuisson, engobage) qui est typique de chaque culture et phase culturelle. Un inventaire des matrices géologiques et des traces de manufacture devra être établi pour définir les assemblages.

Perspectives

A l’issue de cette année probatoire, un bilan devra être réalisé :

  • d’une part sur la viabilité et la pertinence d’un outil d’aide à la décision dans une démarche prospective telle qu’elle est envisagée ici : si l’objectif est, en l’absence de données matérielles sur le terrain, de pouvoir définir en amont des zones de potentiel archéologique en fonction des processus sédimentaires ou diagénétiques qui affectent la distribution spatiale des vestiges autant que leur intégrité, il est à termes de pouvoir à la fois définir les réelles capacités documentaires d’un corpus donné en matière de reconstitution évolutive des paysages aussi bien naturels qu’anthropiques et pallier la discontinuité et le fractionnement de la donnée toutes périodes et disciplines confondues, en adoptant le domaine d’application des sciences de la complexité auquel aucun système n’échappe ;
  • d’autre part sur la viabilité et la pertinence de l’utilisation de nouvelles technologies en matière de mesure, de traitement et d’interprétation d’un signal, quel qu’il soit, intégrant l’adaptation ou le développement pur et simple de méthodes d’interprétation issues de la théorie du potentiel (en mathématique) ; la miniaturisation des capteurs – LiDAR, thermique, multispectral, magnétique… – permet de les embarquer sous des drones et en facilite l’utilisation dans le cadre des travaux publics (surveillance d’ouvrage, sécurité…) ou de l’agriculture de précision (suivi de l’état phytosanitaire des plantations), mais l’interprétation des signaux (ou anomalies) demande à être testée et confirmée en archéologie.

L’objectif à terme sera de valider la démarche exploratoire par la construction de modèles prédictifs sous la forme d’une plateforme collaborative accessible en ligne en y intégrant d’autres couches pluridisciplinaires : outre les sciences du passé, les environnementalistes, les juristes, voire les aménageurs, dans une connaissance du terrain multifactoriel et multitemporel, ouvrant ainsi sur une nouvelle dimension interdisciplinaire dans le cadre des problématiques actuelles du développement du territoire. A cet effet, les liens avec l’ArScAn devront être confirmés pour la gestion du stockage et de la bancarisation des données.

 

  Ressources bibliographiques  ↵



Citer ce billet
Fabienne Dugast (2018, 15 décembre). Projet ValEuRT – PCR 2019. Bienvenue en Vallée de l'Eure. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5q9

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search