SIG 2018 – Conférence francophone ESRI (10-11 octobre 2018, Paris)

 

B. Pandolfi, I. Renault, F. Dugast – Une plateforme collaborative en archéologie [Poster]

Les Docks de Paris
– 10-11 octobre 2018 –

 

 

 

PArTaGe, connecté pour prédire le passé  [Poster]

 

La plateforme PArTaGE a pour objectif de réunir les données d’une recherche pluridisciplinaire sur l’interaction entre l’homme et son milieu naturel dans le cadre du bassin versant de l’Eure, secteur clé du projet de recherche ValEuRT (Vallée de l’Eure : une rivière, des territoires) initié au sein de l’Umr Orient & Méditerranée.

Issues de différentes méthodes de l’archéologie et de la géomorphologie, ces données centralisées sur une plateforme collaborative permettront de caractériser l’espace étudié puis d’établir un modèle de peuplement sur le temps long en lien avec la géodynamique de la vallée.

 

♦ L’archéologie étudie les civilisations anciennes à partir de leurs cultures matérielles : équipements dont elles se dotent, artefacts qu’elles créent, produisent et utilisent. Du vestige au monument, même réduits à l’état de traces, c’est l’observation et l’exploitation des témoignages qui s’y rapportent – écrits, images, voire témoignages oraux pour les périodes très récentes – qui alimentent et
renouvellent les recherches archéologiques.

Elle se déploie en différentes actions :

  • la prospection aérienne qui consiste à repérer, par l’observation à basse et moyenne altitude dans les zones dégagées du paysage, des indices pouvant être l’expression de la présence d’un site archéologique. Le riche corpus qui en ressort peut être complété par des opérations de télédétection ;
  • les prospections pédestres qui ont pour objectif notamment de caractériser les sites localisés en prospection aérienne. Elles se déclinent en différentes méthodes destinées à collecter, dans un cadre législatif strict, des données matérielles (mobiliers archéologiques) qui permettent d’obtenir de nombreuses informations – notamment chronologiques – sans passer par une fouille destructrice;
  • la fouille et la post-fouille qui consistent dans le marquage du mobilier et le classement de l’ensemble de la documentation réunie, ainsi qu’à l’analyse des pièces sélectionnées, confiée à des spécialistes ou des laboratoires – étude du mobilier
    métallique, étude des restes osseux, et surtout étude de la poterie, effectuée par un(e) céramologue, qui permet de donner des fourchettes chronologiques relativement précises. Ces objets témoignent en outre de caractéristiques culturelles, de l’évolution du commerce, de pratiques alimentaires…

♦ Les études géomorphologiques s’intéressent aux formes du relief et aux processus qui les façonnent. Elles comportent un double aspect :

  • la géométrie de la surface topographique (modelé) et sa configuration (morphographie) en s’aidant des cartes, photographies aériennes et images satellites ;
  • les formations géologiques associées au modelé : formations superficielles, corrélatives de la morphogenèse (formation et évolution du relief) et substrat sous-jacent, en place, constitué de roches mises en place dans des conditions paléogéographiques différentes.

Les sondages géomorphologiques ont pour objectif d’étudier les formes des paysages et leurs évolutions. En décryptant les modifications du milieu, le géomorphologue reconstitue l’environnement physique et hydrologique d’un espace à une période donnée. Il renseigne sur l’impact des activités humaines qui ont façonné le territoire (défrichement, mise en culture des sols, déforestation…).

♦ Les SIG (systèmes d’information géographiques) permettent de rassembler, traiter et mettre à disposition l’information recueillie au cours des différentes opérations archéologiques et géomorphologiques, mais aussi de vérifier les hypothèses de recherche comme, aux moyens de modèles prédictifs, d’en proposer de nouvelles. Les SIG  permettent ainsi d’allier géoarchéologie et géomatique :

  • dès les étapes de prospections, de fouilles ou de sondages, chaque donnée récoltée est enregistrée spatialement ;
  • les outils de la géomatique permettent en parallèle d’enrichir la recherche pluridisciplinaire en gérant l’ensemble des données rassemblées au sein du SIG, mais aussi en les analysant afin de comprendre les interactions entre les sociétés, leurs espaces et leur environnement.

♦ Analyses spatiales et modèles prédictifs : la démarche consiste à effectuer des analyses spatiales à différentes échelles et à comparer les résultats de manière à établir des modèles ou de combler des lacunes documentaires. L’échelle régionale permet d’analyser un très grand nombre de données alors que l’échelle locale vise plutôt l’étude de cas particuliers.

Le modèle prédictif sert principalement d’outil d’aide à la décision. Il se base sur l’accumulation et la comparaison automatique de cas particuliers à grandes échelles. L’idée est ici de pouvoir prédire la présence de sites archéologiques en fonction des caractéristiques du terrain et des autres sites archéologiques proches.

→ voir le poster

 



Citer ce billet
ValEuRT (2018, 10 octobre). SIG 2018 – Conférence francophone ESRI (10-11 octobre 2018, Paris). Bienvenue en Vallée de l'Eure. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5q4

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search