Vallée de l’Eure : une rivière, des territoires

Éléments du projet ValEuRT (2016)

 

Projet Umr 8167 Orient & Méditerranée  –
Équipe « Antiquité classique et tardive »
♦ Porteurs du projet : Fabienne Dugast & Ingrid Renault

Le bassin versant de la vallée de l’Eure appartient, sur le plan géologique, au Bassin parisien dont il couvre la moitié ouest et s’ouvre sur la Normandie. De taille moyenne, la rivière de l’Eure prend naissance dans le Perche, opère une boucle à hauteur de la ville de Chartres et s’écoule sur 80 km du sud au nord, jusqu’à sa confluence avec la Seine en rive gauche. Elle parcourt ainsi plusieurs grandes régions paysagères, de la Beauce chartraine aux portes de l’Eure, en passant par le Thymerais-Drouais et le plateau Saint-André. Son bassin s’étend aujourd’hui sur toute la moitié ouest du département des Yvelines, la moitié nord du département de l’Eure-et-Loir et traverse la moitié est du département de l’Eure.

Son histoire est étroitement liée à la « grande histoire » de France et de ses rois, tout particulièrement dans sa portion sud, en Eure-et-Loir. On rappellera que, dès le XVIe siècle, les rois de France y installèrent des lieux de villégiature privilégiés, proches de la cour de Versailles ; Anet, Maintenon, Crécy-Couvé ont accueilli leurs favorites – Diane de Poitiers (1548), Mme d’Aubigné (1674), la marquise de Pompadour (1746). Au Xe siècle, Dreux constitua une place forte et abrite encore la Chapelle royale de la famille Bourbon-Orléans, tandis que l’Avre fut un rempart naturel et une ligne de front de la Normandie au Moyen Âge.

Aux époques antique et médiévale, la vallée a accueilli sur son axe principal quatre centres urbains – Chartres, Dreux, Évreux, Pîtres –, distants de 25 km chacun, qui ont connu des évolutions différentes autour de la construction des territoires et qui font peut-être référence au développement, à l’époque néolithique, de différents faciès culturels aux influences multiples. Sur le plan paysager, le bassin constitue un réseau hydrographique organisé autour d’un nombre réduit de vallées actives, à cours d’eau pérenne, qui se prolongent à l’amont par une multitude de vallons secs ou vallées sèches qui incisent les plateaux. Le « chevelu » des affluents – la Jouvence, la Voise, la Drouette, la Maltorne, la Vesgres, l’Iton, l’Avre… – développe ainsi de multiples facettes, alliant cohérence et diversité.

La position historique et la configuration géographique de ce bassin en font un cadre riche et original pour aborder les questionnements sur les logiques d’occupation du sol, les dynamiques de peuplement et d’échanges, ou encore la structuration des territoires, en relation avec l’eau, sur le long terme et à différentes échelles.

♦  État de l’art

Si les phénomènes d’occupation apparaissent dans ce secteur très diversifiés, ils sont peu étudiés sur le temps long – de la Préhistoire à nos jours. La documentation ne manque certes pas, mais elle reste hétérogène, d’un secteur et d’une période à l’autre, et peu exploitée.

Peu d’études de synthèse en effet considèrent l’histoire de la vallée, y compris concernant les périodes récentes ; peu ou pas sa géomorphogenèse – en-dehors d’Yvette Dewolf, de l’Institut de géographie de Paris, dans les années 1970 [Dewolf 1970 ; Dewolf 1977]. Peu également se sont intéressées à la cité des Carnutes, moins encore à celle des Aulerques-Éburovices : en 1978, Alain Ferdière soutenait une thèse de 3e cycle sur la religion et l’occupation du sol rural à Lion-en-Beauce, autour de la fouille de Dambron (Eure-et-Loir), en pleine Beauce et en limite occidentale du Loiret… et des Aureliani [Ferdière 1978] ; entre 2005 et 2010, Ingrid Renault menait une thèse sur la dynamique de l’occupation du sol dans deux zones de confins du territoire carnute, le Perche à l’ouest et la Beauce à l’est [Renault 2010] ; dans le même temps, Amandine Tremel faisait l’inventaire des sanctuaires en territoire carnute dans le cadre d’un Master [Tremel 2010] ; et Caroline Bacon soutenait en 2001 un DEA sur les sanctuaires carnutes, éburovices et véliocasses [Bacon 2001]. Ces travaux restent dans le cadre de recherches universitaires avec leur lot de contraintes inhérentes à l’exercice.

Depuis les années 2000, les opérations d’archéologie préventive offrent de nouvelles informations sur la structuration des territoires de la Gaule : des études générales se développent sur différentes régions, dont celle menée par Sophie Krausz sur la formation des systèmes politiques protohistoriques, agrémentée d’une cartographie des 8 000 sites enregistrés dans la base de données Patriarche du Ministère de la Culture sur l’ensemble de la région Centre-Val de Loire, qui permet de visualiser l’évolution du peuplement depuis le début de la sédentarisation jusqu’à la formation des trois civitates de l’âge du Fer : Turons, Carnutes et Bituriges [Krausz 2016]. Ce travail intègre l’important complexe archéologique de Fort-Harrouard, sur la commune de Sorel-Moussel (Eure-et-Loir), dans le développement du territoire carnute. Le site, dominant la rive droite de l’Eure, face à Marcilly-sur-Eure (Eure), offre certes une importante séquence chronologique – du Néolithique ancien jusqu’au Moyen Âge – qui n’est pas à négliger : il reste le seul complexe de la vallée à avoir fait l’objet d’une véritable synthèse.

Divers sites ont toutefois bénéficié de fouilles programmées : outre les opérations menées sur la ville de Chartres par le service municipal de l’archéologie sous la direction de Dominique Joly, on pensera au dolmen de Changé près de Saint-Piat (dir. Dominique Jagu), au sanctuaire de Bû [dir. Isabelle Fauduet, Cnrs], et plus récemment dans l’Eure, au sanctuaire du Vieil-Evreux [dir. Sandrine Bertaudière, MADE] ou encore le site du Vaudreuil à la confluence Eure/Seine [dir. Yves-Marie Adrian, Dagmar Lukas, Inrap, et Clément Moreau, Archeodunum]. S’y ajoutent des études ponctuelles (diagnostics et fouilles préventives menées par les différents services départementaux et l’Inrap) et des prospections aériennes (Daniel Jalmain, Régis Dodin, Alain Lelong et plus récemment Rémi Touret pour l’Eure-et-Loir, Archéo27 pour l’Eure), complétées parfois par des prospections au sol, tout aussi ponctuelles (Christian Cribellier et Ingrid Renault à Mérouville ou à Senantes, Alain Lelong dans le sud du département). On notera que, pour les périodes récentes, aucune approche n’est véritablement menée.

La documentation qui ressort de ces différentes opérations mérite d’être mise en valeur. Le travail de terrain reste ponctuel et hétérogène : des compléments documentaires sont nécessaires – épigraphique, numismatique, archivistique, textuel – ainsi que des études planimétriques (plans, cartes, photographies aériennes, images satellites…) ; le travail sur le mobilier archéologique, toute période confondue, est également à compléter, sans compter les études plus spécifiques (géomorphologie, palynologie, etc.). Au-delà du simple inventaire de la documentation et de l’ensemble des sites constituants et/ou constitutifs du bassin versant de l’Eure, toutes périodes confondues, l’étude de la géodynamique de ses paysages en interaction avec l’homme ouvrirait sur une meilleure vision des logiques d’occupation du sol et des dynamiques de peuplement, voire de la structuration des territoires.

♦  Problématique générale

L’étude des dynamiques d’occupation et de la structuration d’un territoire s’appuie naturellement sur des données à caractère spatial, qu’il s’agisse en amont de l’analyse des formes du paysage ou en aval de la réalité des limites territoriales. De manière générale, ce sont ces dernières qui sont retenues comme cadre et unité de l’étude, considérant l’entité territoriale sous la forme d’une « cité » fondée, à l’image de la polis grecque, autour d’un organisme urbain – « capitale » ou « chef-lieu » – et de ses habitants, régissant ensemble un territoire de plus ou moins vaste étendue [Leveau 1993, Fichtl 2006]. La « cité » est ainsi comprise comme l’élément primordial de la structuration des sociétés et des terres qu’elles exploitaient. En réalité, l’instauration d’un tel système et de son organisation appartiennent au monde romain qui disposait, pour fonctionner, d’outils de gestion administrative et financière conduits par les instances de l’Empire sur l’ensemble de ses provinces [Tarpin 2009]. En ce sens, la civitas gauloise relève avant tout d’une notion politique : entité territoriale bien identifiée au sein des provinces romaines, ses limites, même si elles ont pu bouger au gré d’événements politiques ou militaires, étaient alors parfaitement définies.

L’un des problèmes majeurs à travailler à cette échelle est, par conséquence logique, diachronique : elle force la pertinence à calquer une organisation valide à une époque mais ne découlant pas forcément d’une organisation antérieure ni surtout d’une réalité ethnographique. On a voulu ainsi faire remonter la subdivision et l’organisation autour d’un « site central » des cités gauloises à l’époque antérieure à la « conquête » de César, identifiant les oppida à des sortes de chef-lieu reconnaissables par la présence de constructions monumentales – notamment les remparts. À l’opposé, on s’accorde depuis longtemps à calquer également les frontières des civitates gauloises sur les limites de diocèses créées entre le IIe et le Ve siècle en France, considérant que les territoires soumis à l’autorité ecclésiastique ont été les héritiers des anciennes provinces et cités de l’époque romaine. C’est oublier que l’entité politique que constitue la civitas ne se superpose pas forcément à une entité culturelle : les noms de cités ne trouvent pas toujours leur équivalent dans les groupes culturels des périodes précédant la « conquête » de César, comme en témoignerait par exemple la combinaison de différents faciès céramiques et zones d’influence chez les Éduens (Barral 2003) ou chez les Carnutes. Dans bien des cas du reste, la civitas paraît représenter une surface trop importante et complexe – du fait notamment des contrastes géographiques – qui ne permet pas raisonnablement d’envisager son fonctionnement dans un rapport immédiat entre chef-lieu de cité et territoire rural environnant. Il en est de même aux périodes plus récentes.

Les analyses archéologiques sur le peuplement ne cessent aujourd’hui de se multiplier, moins désormais sur des territoires administratifs que sur des types d’occupation [projet Rurland, dir. M. Reddé] ou des micro-régions, y insérant des problématiques environnementales bien souvent « locales » [Lespez, Germain 2013]. Après le Rhône [Archéomédès, dir. Fr. Favory] et la Seine, les vallées font également l’objet d’une attention particulière en ce sens [Révillion, Hannois 2003]. Parce qu’il intègre différentes entités territoriales qui non seulement se sont construites et modulées au cours du temps, mais ont interagi entre elles, l’ensemble du bassin versant de la vallée de l’Eure offre l’opportunité d’une nouvelle approche dans ce domaine.

♦ Ressources bibliographiques ↵


Vous aimerez aussi...