Atelier SITraDA 2017

 

F. Dugast, I. Renault – Des gisements et des sites… –

Institut Michelet (Paris)
18 février 2017

  • Atelier SITraDA
    Systèmes d’information et de traitements
    de données archéologiques

 

18 février 2017 : 11h
Fabienne Dugast, Ingrid Renault

Des gisements et des sites.
Histoire de gisements, de sites et d’entités historiques… en boucle(s)

 

Thématique de l’atelier concernée par la présentation = (1) – Méthodes et outils d’enregistrement et de traitement des données de terrain

Contenu de la présentation

Dans le cadre du projet ValEuRT, une réflexion est menée sur les méthodes et outils d’enregistrement et de traitement des données de terrain. Compte tenu du nombre et du type de données manipulés, il apparaît incontournable de mettre en place un SGBD – gérant les différentes bases des différents partenaires au projet selon leurs disciplines (géomorphologie, archéologie, histoire, géoarchéologie…) – et d’assurer un lien avec un SIG de manière à obtenir différents niveaux de synthèses croisées.

Problématique : Traitement informatique
de l’anthropisation et de la contextualisation d’un espace

La réflexion porte essentiellement sur la structuration de ce SGBD (sous FMP dans sa forme la plus complète, aisément transformable en tableur) qui doit être avant tout « chronologique » ou « chronologico-fonctionnelle ».

→ Le SGBD se structure autour d’une table principale « Gisements » qui se dématérialise (relations de 1 à n) en différentes sous-tables selon les disciplines et les données qu’elle doit récupérer – données directes / données contextuelles / documentation / opérations de terrain, etc. Chacune de ces sous-tables constitue des tables principales qui se dématérialisent de la même façon en sous-tables (relations 1 à n). Côté archéologie par exemple, la table « Structures » se décline ainsi en fonction de l’interprétation faite des gisements, en « lieu de culte », « habitat », « voirie », etc.

                                             

♦ Question de vocabulaire

Le « Gisement », à la différence du « Site », est compris ici comme une concentration de restes anthropiques ou naturels susceptibles d’être exploités archéologiquement.

  • l’entité archéologique (EA) comme un ensemble cohérent de vestiges sur un espace donné… circonscrit par la fouille : NB la délimitation d’une EA est empirique,
    liée à l’emprise de prescription, et définie comme pouvant présenter une unité chronologique et/ou fonctionnelle ;
  • le site comme un « ensemble constitué de plusieurs entités (structures) contenant plusieurs ensembles de mobiliers différents = un ensemble qui suit un processus de formation révélant un fait, naturel ou anthropique, où ont interagi les mondes vivant et minéral.

 La différenciation de ces notions permet d’ouvrir sur l’approche « phénoménologique »… du site : la contextualisation – d’une occupation donnée connue partiellement (la « fabrique de l’espace d’occupation ») – qui passe par la déconstruction géographique (en objets historiques et archéologiques qui se superposent dans le temps et l’espace) pour appréhender rétrospectivement la construction de l’espace (non restreinte au bâti).

  ⇔  

♦ Le MCD

Le MCD reprend ces notions en partant du Gisement (données directes) :

  • inventaire des OA (incertitude des données / données partielles…),
  • identification et interprétation des OA en OH,
  • contextualisation des OA et OH / données contextuelles,

pour aller au(x) Site(s) (données interprétées) :

  • relation fonction/espace/temps des OH,
  • construction des espaces intra site,

et aborder la spatialité et la temporalité des phénomènes (construction des espaces hors site).

La table « Site » doit reprendre les informations indiquant la fonction du site et sa chronologie à un temps T. Où placer cette table pour que le SGBD ne fasse pas une boucle ?

La question se pose de manière identique pour le SIG qui lui est lié puisque y sera représenté une ou des surfaces qui seront recoupées par des interprétations et/ou des décompositions de gisements qui peuvent compter plusieurs EA et/ou sites de différentes époques.

 

◊ Discussion

La discussion collective à partir de la présentation et du diaporama a porté sur deux niveaux :

1/ La terminologie et l’ambiguïté de ce que l’on trouve et/ou interprète comme étant un « Gisement ».

Si le Gisement est au centre du SGBD, il a deux relations principales : les « Sources » (inventaire – archéologique, géomorphologique, historique…) et ce qui va être interprété – le « Site ». Le gisement est l’étape du processus de traitement.

L’EA doit retrouver sa véritable définition et non celle utilisée habituellement par les bases de données nationales (DRACAR / PATRIARCHE), ce qui permet de replacer le site comme étant « l’aboutissement intellectuel ». La pertinence de l’EA n’est pas assez fine : il y a un fort risque de la confondre avec la définition « habituellement utilisée ». Il vaut mieux parler de « OH » (Objet historique), ce qui recoupe aussi une information plus large qui n’est pas forcément une trace archéologique.

      

Une table de relation 1 à n doit être placée entre l’EA (pour laquelle il faut pouvoir évaluer le type d’information, entre ce qui relève de l’hypothèse ou de la certitude) et le Site. Cette table intermédiaire porte sur la « fonction supposée » du site et comprend des rubriques sur la fonction, le temps, l’espace, l’auteur de l’hypothèse, un commentaire de cette hypothèse et une valeur (« note ») de pertinence.

2/ Dans le SGBD, il faut inclure plusieurs niveaux.

Si le premier est fonctionnel (cf. 1/), le deuxième est chronologique. Il s’agit de quantifier l’intervalle d’imprécision ou de précision relié à l’espace et au temps. Ce dernier suppose des états successifs – ie qui se succèdent, chacun à un instant T : l’OH, qui a sûrement existé dans une des séquences appartenant à l’une des grandes périodes (Néo, Proto…) – découpage temporel conventionnel mais utile. Les intervalles compris dans une période donnée doivent être réguliers et peuvent être à une échelle de 100 ans. L’archéologie impose en outre – de par ses données – d’introduire également dans le traitement la notion d’imprécision chronologique / dans le temps : la « logique floue », à laquelle s’ajoute l’« effet de source ».

A chacun des paramètres chronologiques correspondent deux types d’intervalles : un intervalle de datation haute et basse, et un intervalle de durée haute et basse.

La même approche et le même traitement sont à reproduire à l’échelle du Site, qui va se décliner en fonction de son rang – supérieur ou inférieur. Il s’agit de structurer la donnée de manière à traduire une variation non aléatoire d’association et/ou d’opposition par rapport au temps, à la fonction et à l’espace du phénomène observé. Ce qui introduit la question de la construction de l’analyse en réseau et de l’évaluation de la relation qui est symétrique ou non, ou n’apparaît pas (cf. présentation)…

Comment alors traduire cette multidimension présente dans le SGBD en traitement dans le SIG qui ne peut présenter que la vision d’un instant T ? Le choix de l’échelle d’analyse doit être visible dans le SGBD, ce qui implique / impose le choix de la relation étudiée.

3/ En conclusion, à côté des notions d’Entité Archéologique (EA) ou d’Objet Historique (OH) – très spécifiques –, pourrait être insérée celle d’Entité d’Analyse (EdA) – proposition de Julie – qui permettrait de qualifier à la fois la temporalité et la spatialité de l’information traitée. Le SGBD nécessite en effet plusieurs niveaux de développement, que ce soit à une même échelle de temporalité ou du point de vue de la relation (EdA), chaque entité étant en relation avec d’autres et se caractérisant par des champs descriptifs propres (impliquant des champs de statut type : certain/supposé/hypothétique), plus aisément traduisible dans le traitement SIG.

♦ Ressources

 

Voir le diaporama ↵ de présentation en séance.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ValEuRT (18 février 2017). Atelier SITraDA 2017. Bienvenue en Vallée de l'Eure. Consulté le 17 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5oy


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search