Gaule occidentale : paysage sacré et rituels

Éléments du projet GOpSeR (2016)

– Projet LabEx ReSMed –
Axe A2. Paysages et édifices

Porteur du projet : Fabienne Dugast
(CNRS – Umr Orient & Méditerranée)

Le projet de localisation et d’étude des lieux de cultes de la cité des Carnutes en Gaule occidentale s’insère dans le volet A.2 « Paysages et édifices » du programme LabEx ReSMed et dans les activités de recherche plus larges sur la Vallée de l’Eure, codirigées par Fabienne Dugast et Ingrid Renault (CNRS, UMR 8167 « Orient & Méditerranée » / Antiquité classique et tardive).

♦ Contexte historique

Alors que depuis ces dernières années, l’étude des lieux de cultes anciens témoigne d’un intérêt croissant, la question des sanctuaires et du paysage religieux dans l’ouest de la Gaule durant l’Antiquité reste peu abordée et mal documentée. Pour autant, si l’on se réfère aux témoignages des auteurs anciens, la cité des Carnutes – établie jusqu’au Bas-Empire autour de deux grandes villes, Orléans/Cenabum au sud et Chartres/Autricum au nord, et correspondant globalement à l’actuelle région Centre-Val de Loire –, aurait joué, plus que ses voisines, un important rôle sur le plan religieux (César, BG VI,13). Il apparaît intéressant en ce sens de confronter la structure et le rôle des lieux de culte de cette cité notamment à ceux mieux connus de l’est de la Gaule, aussi bien dans la formation des agglomérations que dans l’organisation générale du territoire. La question de l’émergence et de l’évolution des espaces sacrés et de leurs transformations sur une longue durée constitue un point important de cette approche, dans un contexte de fortes relations avec le monde méditerranéen, avant, pendant et après la conquête romaine.

♦ Objectifs et projets

Le projet vise à étudier les formes de mutation et de transition des lieux et pratiques cultuels entre les périodes néolithique et protohistorique (avant la conquête romaine) et le Moyen Âge (après la christianisation). Au-delà d’un simple inventaire, il s’agit de suivre l’évolution des lieux de cultes en s’intéressant à leur origine et à leur devenir, à leur mode d’implantation, leur désaffection ou leur conversion.

Deux axes doivent permettre de mieux identifier la part et le rôle du religieux dans les processus par lesquels les populations construisent et font évoluer leur espace :

  • Un premier volet vise à mieux comprendre les transitions archéologiques entre les différentes périodes – néolithique, protohistorique, gallo-romaine et chrétienne – et à mieux cerner l’évolution des faciès culturels –la nature des occupations et le mobilier, les habitudes culinaires et la vie quotidienne dans son ensemble – qui influent sur le paysage religieux.
  • Un second volet s’intéresse plus spécifiquement aux formes de mutation des espaces cultuels, en tentant de faire la part entre l’héritage indigène, l’apport romain et celui de la christianisation. L’approche géographique du domaine sacré apparaît dans ce cadre comme un axe d’investigation primordial et nécessaire, notamment à travers la répartition des lieux de cultes et l’étude des structures architecturales subsistantes aux différentes périodes. Celles-ci doivent être examinées en les replaçant non seulement dans leur cadre structurel contemporain et leur environnement géographique et historique (sous les aspects administratifs et structurels), mais aussi dans le cadre de la vie quotidienne, civique, sociale, commerciale.

L’analyse du paysage religieux et du rôle des lieux de culte dans la structuration du territoire ne peut en effet que s’inscrire dans une perspective de contextualisation. Devant la méconnaissance de cette partie de l’ancienne Gaule, un premier travail a consisté à récoler l’ensemble de la documentation archéologique et historique disponible et à mettre en place une cartographie destinée à mieux apprécier la répartition des sites antiques connus, tous types confondus. Ce récolement prend en compte les différents types d’établissements – de l’habitat isolé à l’agglomération –, depuis la protohistoire jusqu’au Moyen Âge : les lieux de culte proprement dits y sont inscrits non seulement dans leur organisation interne, mais aussi dans leurs relations spatiales avec les autres structures de l’organisation humaine de l’espace, qu’elles soient d’ordre religieux, funéraire ou profane, en vue de reconstituer la sphère rituelle et ses évolutions.

Ce récolement prend la forme d’un système de gestion de base de données (SGBD) associé à un système d’information géographique (SIG) (GOpSeR). L’hétérogénéité des sources, pour la plupart inédites, mérite d’être réexaminées, confrontées, complétées par des recherches de terrain (prospections, sondages, fouilles, relevés) mettant en œuvre des techniques d’investigation nouvelles. Il s’agira de caractériser les types d’établissement religieux et leur étendue et, pour les sites à occupation longue, de définir les continuités et les ruptures en associant fonction et forme des sites, en relation avec les éléments de paysages anciens et leurs évolutions.


Vous aimerez aussi...