PCR ValEuRT – Rapport d’opérations 2023

PCR « Vallée de l’Eure : une rivière, des territoires »
– Rapport d’opérations 2023 –

Fabienne Dugast, François Bétard, Caroline Font, Gaël Léon, Théophile Piau, Vincent Viel
avec la collaboration de Yves-Marie Adrian, Gilles Arnaud-Fassetta, Bruno Desachy, Michel Douard, Max Laromanière, Véronique & Jean-Noël Le Borgne, Sylvain Rassat, Clément Virmoux

La 2e triennale du PCR [2023-2025] se place dans le prolongement de la 1re, dans une démarche intégratrice, au croisement de différentes disciplines pour être en mesure de mieux maitriser l’impact des conditions naturelles sur l’enfouissement ou la dissimulation, voire le déplacement des vestiges.

Elle envisage ainsi de développer, compléter et consolider la première nomenclature méthodologique suivant les deux actions prédéfinies en interactions l’une avec l’autre : approche géoarchéologique multiscalaire [Action I] et approche en réseau [Action II], de manière à aborder concurremment les signatures de l’évolution du paysage, de son occupation et de son anthropisation, à différentes échelles spatiales et temporelles, et leurs nécessaires imbrications [Action III] :

  • de la structuration d’un « habitat » local – entendu comme l’association d’une implantation humaine et de son « milieu de vie » intrinsèque, qui peut se décliner sous diverses facettes [Garmy 2002 ; Gandini 2006],
  • à sa relation à un réseau géographique cohérent – défini comme son « environnement » général, en termes d’interactions plus qu’en termes d’unité paysagère,
  • en passant par l’établissement d’un réseau administré et contrôlé – en réponse aux dynamiques du réseau de peuplement, e. d’emprise, d’organisation, de fonctionnement des territoires ou paysages au sens large, qu’ils soient anthropisés ou pas,
  • jusques et y compris le « risque » archéologique associé – dans l’actuel, défini comme « héritage ».

La démarche méthodologique amène notamment à davantage développer le calibrage des signatures, qu’elles soient paléoenvironnementales, géomorphologiques ou archéologiques, et leurs combinaisons en vue de mieux maitriser l’impact des conditions naturelles sur l’enfouissement ou la dissimulation, voire le déplacement des vestiges. Le bassin agricole, moyennement peuplé (±20% de zones urbanisées contre 70% de terres agricoles) induit en effet une visibilité a priori des translations potentielles entre parcelles actuellement exploitées, friches, prairies, zones humides, couvert forestier qui se modulent au cours du temps. Ce contexte particulier permet de mettre l’accent sur les aspects aussi bien morphologiques que biologiques des paysages actuels et, à terme, de restituer les emboîtements spatiaux et chronologiques des interventions humaines.

♦ Développements et attendus scientifiques sur 2023

Canaux de dérivation ou de drainage et principales zones boisées (XIXe siècle) dans la plaine d’inondation de l’Eure [© T. Piau 2023]

Les actions menées dans le cadre de la première triennale du PCR s’étaient attachées à combiner, dans une perspective géoarchéologique et multi-scalaire traditionnelle, différentes méthodes de prospections de manière à documenter à l’échelle locale et à dater de nouveaux marqueurs géomorphologiques, archéologiques et historiques de la moyenne vallée de l’Eure. Ces données inédites ont permis de mieux comprendre le contexte d’implantation des installations humaines aux différentes époques au bord du cours d’eau : installations précaires du Néolithique et sanctuaire d’époque romaine au niveau de Garennes-sur-Eure, série d’enclos de types et dates indéterminés au niveau de Saussay/Croth. La génération de logs et de datations a été complétée par des prélèvements effectués plus au nord ainsi que par la reconstitution des trajectoires socio-environnementales au niveau de deux sous-bassins versants et de deux rivières en rive droite – le Radon par sa confluence avec l’Eure à hauteur de Garennes et la Vesgre à hauteur de Saussay –, avec en parallèle la mise en perspective des données obtenues dans les compartiments amont et aval du système fluvial – respectivement par le Service départemental de l’archéologie d’Eure-et-Loir et par l’Inrap [Rapports 2021 & 2022].

Le croisement des regards disciplinaires, entre la géomorphologie et l’archéologie, a fourni ainsi une première image des dynamiques environnementales de l’Eure dans son fond de vallée en lien avec les grandes phases de l’anthropisation de son bassin-versant depuis le Néolithique. Cette première image nécessitait d’être complétée et consolidée par une approche de la rythmicité des dynamiques érosives et la quantification de la redistribution des sédiments au cours de l’Holocène dans des bassins versants secondaires [Partie II].

Préservation différentielle des anomalies anthropiques de la moyenne vallée de l’Eure (1. Saint-Lubin-de-la-Haye ; 2. Bréchamps ; 3-5. Senantes [© T. Piau 2023]

En parallèle, les traitements cartographiques effectués à partir des données altimétriques fournies par l’IGN (RGE Alti® 5 m et 1 m), avec pour objectif de repérer de probables signaux microtopographiques de l’évolution des paysages due aux aménagements anthropiques et à leur abandon, ont été complétés par les images proches Infra-Rouge Fausses Couleurs (IRFC) de l’IGN, et plus particulièrement celles toutes récentes du 16 juillet 2022, correspondant à une période de sécheresse particulière. L’ensemble a été vectorisé, permettant d’affiner, de compléter, voire de corriger la première cartographie des marqueurs archéologiques, historiques et géomorphologiques disponibles. Cette image a été enrichie en outre par le traitement des nouveaux levés LiDAR HD® mis à disposition par l’IGN, qui ont permis d’investir notamment les milieux boisés et ainsi de révéler des signaux microtopographiques jusque-là inédits [Partie III].

Par ailleurs, et en résonnance avec les opérations de prospections archéologiques (au sol, aériennes et aéroportées sous drone), ainsi qu’avec la démarche d’inventaire des « géoarchéosites » initiée en 2020 [Rapports 2020 & 2021], une réflexion méthodologique et exploratoire a été menée en termes de modélisation des formes du paysage et des dynamiques d’implantation humaine. Compte tenu à la fois du corpus de sites archéologiques disponible et de la topographie générale du secteur d’étude, il apparaît peu pertinent de tenter de comprendre l’organisation et l’évolution du peuplement sur la fenêtre d’étude par une mise en réseau appuyée sur la hiérarchisation ou la catégorisation des implantations. En revanche, l’évolution des territoires doit pouvoir se lire à travers le développement des réseaux de communications qui organisent le paysage, dans ses perturbations ou au contraire dans sa pérennité [Partie IV].

Enfin, dans la suite des réflexions menées tout au long de l’année 2023, l’équipe projet a convenu que la structure actuelle de la base de données de la plateforme collaborative ne répondait pas aux problématiques de descriptions des dynamiques archéologiques et paysagères combinées sur le territoire d’étude. Ces obstacles tiennent notamment à l’origine des données actuellement présentes, calquées sur la structuration des bases de données des services territoriaux de l’archéologie sur laquelle sont venues se greffer les données acquises en géomorphologie, le tout se surimposant sur les fonds de documents cartographiques de l’IGN. Si ces derniers ont reçu des traitements spécifiques (localement à partir des RGE Alti® ou de manière plus générale et automatisée sur les BD Alti), ils ne constituent pas en soi des corpus et sont de ce fait partiellement opérants au regard des attendus plus spécifiques du PCR : la surimposition permet en effet de visualiser les données mais empêche tout type de requête croisée – et notamment de travailler sur les évolutions et les potentiels liens entre géomorphologie et sites d’implantation – problématique majeure à l’origine du PCR.

Les discussions ont permis de dégager une nouvelle structure de la base de données permettant d’inclure les observations menées dans le cadre du PCR sur les deux pans disciplinaires engagés : côté archéologique et côté géosciences. Cette structure est actuellement en phase de test [Partie V].

♦ Circonstances des opérations année 2023

Emprise des dalles LiDAR HD® de l’IGN analysées à l’échelle du bassin-versant de l’Eure [© T. Piau 2023]

La conduite des opérations de terrain a été contrainte par les conditions climatiques au moment des labours et de la disponibilité des parcelles cultivées. Les pluies ont en effet été abondantes au cours de l’hiver ainsi qu’au printemps, tandis que l’été s’est avéré particulièrement sec, offrant peu de lisibilité au sol pour les prospections pédestres et des conditions de travail particulièrement délicates. Deux campagnes ont été néanmoins possibles au mois de juin, qui ont permis de vérifier certaines anomalies repérées en sous-bois ainsi que de lancer une série de sondages géomorphologiques (à la tarière à main), qui ont donné lieu à des analyses granulométriques et permis d’envisager de nouvelles datations 14C. En parallèle, un certain nombre de jours ont été consacrés au traitement et à la vectorisation des photographies proches Infra-Rouge Fausses Couleurs (IRFC) de l’IGN, ainsi que des images dérivées des MNT provenant des levés LiDAR récents de l’IGN.

Si les modes d’acquisition des données, et en corollaire les opérations de terrain, sont fondamentales au sein du PCR, l’approche méthodologique et pluridisciplinaire commande également l’organisation de groupes de réflexion et de workshops. L’année 2023 a été mise à profit en ce sens pour répondre à l’objectif principal de faire dialoguer les indices relevant des dynamiques de peuplement et d’organisation spatiale des territoires avec ceux de l’évolution des paysages en organisant plusieurs séances de travail sur une à trois journées consécutives. Celles-ci se sont développées autour (1) de la pertinence de l’approche par « budget sédimentaire » pour compléter l’étude des dynamiques socio-environnementales, (2) des modalités d’une approche en réseau de l’occupation du sol, enfin (3) de la restructuration du SGBD, qui constituent ensemble les trois volets principaux du PCR.

______________________________

Voir le rapport complet ici [Archive HAL-SHS]↵

______________________________

♦ Bilans et perspectives

L’inventaire et le dépouillement des archives cartographiques – carte de Cassini (xviiie siècle), planches du cadastre napoléonien (xixe siècle), cartes d’État-major (xixe siècle) –, et des photographies aériennes – orthophotographies de l’IGN et documents tirés du site « Remonter le temps » de l’IGN – menés à l’échelle de la zone d’étude a été complété par les relevés issus des campagnes de prospection aérienne menées par les membres de l’association Archéo27 dans le département de l’Eure depuis la fin des années 1980 (A. Étienne & P. Eudier ; continuées par V. et J.-N. Le Borgne et G. Dumondelle) ainsi que par une première exploration des levés LiDAR HD de l’IGN qui a confirmé la présence d’éléments d’implantation fossilisés au sein des espaces boisés. L’analyse diachronique et comparative de ces documents a permis (1) de mieux documenter l’évolution générale du tracé en plan de l’Eure (géométrie du chenal, des îles fluviales et des bancs alluviaux) en relation avec les aménagements hydrauliques successifs depuis la fin de la période médiévale (réseaux de moulins et canaux de dérivations associés, plans d’eau, ballastières) ; (2) d’identifier diverses anomalies d’origine anthropique (éléments de parcellaire, de chemin, structures fossoyées) et géomorphologique (paléoformes fluviales) par contraste phytologique à la faveur d’épisodes de sécheresse prolongée ou de plus forte pluviométrie.

Diversité morphologique des anomalies anthropiques implantées au sommet des surfaces tabulaires en rive gauche de l’Eure [© T. Piau 2023]

L’ensemble de cette documentation reste encore largement sous-exploitée en raison des difficultés inhérentes au mode prospectif qui ne permet pas aisément de caractériser ni de décrire avec précision les différents types de signature observés. Télédétection (anomalies phytologiques), ramassage de surface (prospections au sol), microtopographie (LiDAR), géophysique (magnétique) et tests réalisés notamment à l’aide de drones obligent à une réflexion renouvelée entre corpus d’indices archéologiques et paysagers d’un côté et interprétation en termes de dynamique de peuplement et évolution des paysages de l’autre. Plusieurs pistes sont envisagées qui devront à termes permettre de réaliser un document le plus exhaustif possible sur lequel tous les types de données pourront être enregistrés, hiérarchisés et comparés.

Les premiers jalons de modélisation de l’occupation du sol proposés jusqu’ici devront par conséquent être complétés et discutés en s’appuyant sur une analyse la plus fine possible de l’exploitation historique des sols (zones humides, parcelles cultivées, extension des surfaces boisées) dans le fond de vallée de l’Eure et les plateaux adjacents à travers un examen approfondi de la morphologie des réseaux parcellaires (empreintes micro-topographiques) et des toponymes associés, ainsi que – et dans la mesure du possible – celui des plans terriers et autres relevant des périodes médiévales à modernes. L’objectif est notamment de pouvoir contrôler et observer les perturbations dans l’organisation du paysage ou au contraire confirmer la pérennité de certaines unités notamment en fonction de la cohérence (même orientation e.g.) ou de la discordance des morphologies en diachronie. Il est également d’identifier les liens entre ces différents indices de manière à pouvoir retrouver le maillage organisationnel des espaces qui relève d’un système de réseaux – chaîne, nœuds – entre les emprises détectées, et autant que faire se peut son évolution – ou sa déclinaison – dans le temps qui a tout à gagner, dans le cadre de l’adoption du mode prospectif, à s’appuyer sur l’existant pour remonter le temps. À ce titre, le développement du concept de « géoarchéosite ordinaire » pourra être intéressant, en réfléchissant et en affinant les critères de sélection pour constituer un inventaire représentatif des dynamiques socio-environnementales du territoire, notamment en termes de relation fonctionnelle.

Distribution des villae au sein du bassin versant de l’Eure. En pointillés, le tracé hypothétique des voies antiques principales d’après Guérineau de Boisvillette 1864 [@ F. Dugast 2023]

En soutient à ces objectifs, un certain nombre d’actions sont envisagées sur l’année 2024 :

  • des traitements plus approfondis de la documentation planimétrique (cartographie, photographie, LiDAR HD), en contexte de couvert forestier ou non, avec l’appui d’une étudiante de l’ENSG ; et en parallèle une réflexion sur l’interprétation des modelés morphométriques relevant de traces de l’activité ou de l’installation humaine, de leur évolution dans le temps et de leur degré de fossilisation malgré l’exploitation des terres ou de leur changement de fonction ;
    parallèlement, des vérifications sur le terrain et, autant que possible, des prélèvements pour des analyses bio- et géo-chimiques notamment (battitures, phosphates, isotopes, etc.) de manière à pouvoir préciser et identifier la nature des installations ;
  • l’étude de la rythmicité des dynamiques érosives par quantification et la cartographie des remblaiements sédimentaires alluviaux et colluviaux présents dans le bassin versant du Radon, complété d’une analyse chrono-stratigraphique afin de mieux appréhender l’évolution géomorphologique du paysage en contexte de plateau ;
    parallèlement, l’analyse de la variabilité spatiale des dynamiques sédimentaires internes aux différents bassins versants secondaires de la moyenne vallée de l’Eure ;
  • une refonte de la structure du SGBD, avec notamment la constitution d’une table spécifique des formations superficielles et le développement d’un protocole d’analyse régressive ;
    parallèlement, une réflexion sur la formalisation et la structuration de la vectorisation des anomalies détectées et de leur description de manière à pouvoir les organiser, les hiérarchiser et les comparer ; en complément, une approche « floristique » est envisagée dans le même état d’esprit d’observation de signatures résultant d’une réponse végétale à des aménagements anthropiques passés et correspondant à des traces d’occupation.

* * *

Le projet a reçu un premier avis favorable de la CTRA Ouest réunie les 5, 6 et 7 mars 2019 pour une année probatoire, renouvelé chaque année tout au long de la triennale. 

Soutenu par les Umr 8167 O&M et 8586 PRODIG partant au projet, son financement s’appuie également sur le SRA-DRAC Normandie (PCR 2019-2022; 2023-2025) et sur l’Inrap (@gir 2020-2024), ainsi que sur des appels à projets :

  • Institut OPUS, « Projets exploratoires » 2017 ;
  • DIM-MAP Ile-de-France, « Profils de stage » 2018 et 2019 ; 
  • RnMSH-TGIR Huma-Num, « Approches qualitatives des données en SHS et humanités numériques » 2019-2020.

                     

Il a accueilli 3 stagiaires de l’ENSG, Paris I et Sorbonne Université

   



Citer ce billet
Fabienne Dugast (2024, 5 février). PCR ValEuRT – Rapport d’opérations 2023. Bienvenue en Vallée de l'Eure. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vyft

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search