Bilan scientifique 2020 – SRA Normandie [2023]

–  F. Dugast,  F. Bétard & T. Piau – « Vallée de l’Eure. Une rivière, des territoires »

 

Résumé

Les terrasses alluviales de l’Eure, d’après les bases de données BD Charm-50 et BSS (© L. Yacine)

La situation sanitaire particulière due à la pandémie de COVID-19 qui sévit depuis début mars 2020 a quelque peu perturbé la conduite des opérations de terrain envisagées sur l’année 2020 en vallée de l’Eure et, par voie de conséquence, les objectifs attendus. Pour des questions de faisabilité incertaine, la stratégie d’acquisition de données a dû être partiellement redéfinie et certains volets abandonnés provisoirement pour être reportés sur l’année 2021, voire 2022. Les actions se sont tout naturellement concentrées sur l’étude des données obtenues à l’aide de MNT à haute résolution (RGE Alti de l’IGN, productions de relevés LiDAR). À défaut de pouvoir développer sereinement une stratégie d’opérations de vérification sur le terrain et d’échantillonnages comme il était envisagé, les résultats issus des analyses cartographiques ont conduit à davantage développer la réflexion sur l’organisation d’un espace de travail virtuel commun destiné à recevoir les jeux de données des différentes disciplines en présence – sciences historiques et sciences de la Terre – en vue de les faire dialoguer entre eux pour une meilleure appréhension des différents phénomènes interconnectés à observer.

Par ailleurs, un premier état des lieux du système d’étagement des terrasses alluviales de la vallée de l’Eure a été réalisé par l’examen conjoint et le traitement numérique de la BD Charm-50 (base de données géoréférencée des cartes géologiques au 1/50 000, vectorisées et harmonisées) et de la BSS (Banque du Sous-Sol) du BRGM (Yacine 2020). Pour compléter les analyses à l’échelle du bassin versant, une étude détaillée des terrasses fluviatiles au niveau de la moyenne vallée de l’Eure a été conduite et a permis de mettre en évidence le potentiel géochronologique de la moyenne terrasse de Guainville.

L’étude cartographique a permis également d’explorer une seconde zone-atelier sur la commune de Saussay, dans la section médiane du bassin-versant de l’Eure, entre les communes de Croth au sud-ouest et d’Anet au nord-est. Elle vient ainsi étayer la démarche réflexive engagée depuis 2019 sur l’organisation et la structuration diachronique du réseau de peuplement dans la portion moyenne de l’Eure.

Enfin, les premiers éléments d’analyse régressive (phénomènes de résilience, réappropriation, etc.), en lien avec l’étude des documents cartographiques, ont été amorcés. Ils concernent pour l’essentiel les trames viaires à l’échelle du secteur d’étude où un certain nombre d’indices matériels avaient été repérés par ailleurs.

♦ Référence pour citation :  Fabienne DUGAST, François BÉTARD, Théophile PIAU, « Vallée de l’Eure : une rivière, des territoires », Bilan scientifique 2020 – SRA Normandie [En ligne] 2023,  p. 117-119.

→ version basse définition sur le portail de la DRAC Normandie



Citer ce billet
ValEuRT (2023, 22 novembre). Bilan scientifique 2020 – SRA Normandie [2023]. Bienvenue en Vallée de l'Eure. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5td

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search