PCR ValEuRT – 2de triennale – 2023-2025

Tout au long de la 1re triennale ([2019]2020-2022), l’objectif du PCR s’est clairement défini en termes méthodologiques. Plus qu’un simple inventaire des sites archéologiques que la géoarchéologie n’aurait permis que de contextualiser, l’équipe projet a ainsi envisagé les potentialités conjuguées de la géomorphologie pour mieux appréhender les évolutions de l’environnement général de la portion médiane de la vallée en réaction – plus qu’en interaction – avec les aménagements anthropiques. Pour ce faire, elle a développé une réflexion sur la mise en place de protocoles d’études et d’approches intégratifs du territoire, tenant compte aussi bien de la topographie et des paysages actuels que de leurs transformations, dont la dynamique de peuplement à la fois dépend et en est la cause.

Une 2e triennale [2023-2025] envisage de développer, compléter et consolider cette première nomenclature méthodologique suivant les deux actions prédéfinies en interactions l’une avec l’autre : approche géoarchéologique multiscalaire [Action I] et approche en réseau [Action II], de manière à aborder concurremment les signatures de l’évolution du paysage, de son occupation et de son anthropisation, à différentes échelles spatiales et temporelles, et leurs nécessaires imbrications [Action III] :

  • de la structuration d’un « habitat » local – entendu comme l’association d’une implantation humaine et de son « milieu de vie » intrinsèque, qui peut se décliner sous diverses facettes [Garmy 2002 ; Gandini 2006],
  • à sa relation à un réseau géographique cohérent – défini comme son « environnement » général, en termes d’interactions plus qu’en termes d’unité paysagère,
  • en passant par l’établissement d’un réseau administré et contrôlé – en réponse aux dynamiques du réseau de peuplement, e. d’emprise, d’organisation, de fonctionnement des territoires ou paysages au sens large, qu’ils soient anthropisés ou pas,
  • jusques et y compris le « risque » archéologique associé – dans l’actuel, défini comme « héritage ».

La démarche méthodologique amène notamment à développer, sur les 3 années à venir, le calibrage des signatures, qu’elles soient paléoenvironnementales, géomorphologiques ou archéologiques, et leurs combinaisons en vue de mieux maitriser l’impact des conditions naturelles sur l’enfouissement ou la dissimulation, voire le déplacement des vestiges. Le bassin agricole, moyennement peuplé (±20% de zones urbanisées contre 70% de terres agricoles) induit en effet une visibilité a priori des translations potentielles entre parcelles actuellement exploitées, friches, prairies, zones humides, couvert forestier qui se modulent au cours du temps. Ce contexte particulier permet de mettre l’accent sur les aspects aussi bien morphologiques que biologiques des paysages actuels et, à terme, de restituer les emboîtements spatiaux et chronologiques des interventions humaines. L’ensemble des actions envisagées viseront à mesurer l’adéquation entre l’image de surface obtenue par un signal donné, de quelque nature qu’il soit, et la réalité sous-jacente à l’aide d’un étalonnage approprié.

Les actions proposées au cours de la 2e triennale viseront en ce sens :

    1. à consolider les premiers résultats obtenus en termes de reconstitution de l’évolution des paysages et à relancer la réflexion sur l’analyse des budgets sédimentaires en contexte de plateau peu accidenté [Action I.a] ;
    2. à aborder les domaines des paléoenvironnements en milieu boisé, combinant signatures morphosédimentaires et marqueurs biologiques (pollen, microfossiles non-polliniques, diatomées, micro et macro-charbons, graines) en rapport avec les occupations humaines mouvantes sur le temps long (préhistoriques à modernes) [Action I.b] ;
    3. à évaluer le potentiel de détection et de conservation des vestiges archéologiques via les anomalies pédologiques et phytologiques [Actions I.b & II.a] ;
    4. à compléter et consolider l’approche en réseau [Actions II.b] à travers notamment le concept de « géoarchéosite » [Action II.c] ;
    5. à assurer le déploiement de la plateforme pluridisciplinaire en complétant les modules selon les nouveaux axes abordés de manière à constituer un appui à l’approche intégrative.

Le développement de ces axes sera sous-tendu par différents types d’opérations de prospection – archéologiques, géophysiques, UAV, télédétection –, de traitement des données obtenues, ainsi que différents types d’analyses – sédimentaires, polliniques, anthracologiques… – complétés par des datations radiocarbones de manière à assurer les calages chronostratigraphiques.

♦ Action I Évolution des paysages et évaluation des signatures biotiques et abiotiques –
[resp. F. Bétard]

En tant qu’observation de l’organisation du relief terrestre, entendu comme le résultat de dynamiques passées et en perpétuelle évolution dont témoignent d’anciennes géographies constituées « d’une combinaison de formes résultant de processus d’intensité et de dynamique variables » [Reynard 2005], à la fois dans l’espace et dans le temps, la géomorphologie s’attache à intégrer les agents déclencheurs de ces phénomènes, quelle que soit leur nature – naturels endogènes ou exogènes (histoire des roches et des déformations tectoniques [géologie]), mais également anthropogènes [Reynard 2005]. Le relief actuel cache de fait une profondeur temporelle qui a souvent tendance à être sous-estimée : or, les « anciennes géographies » se présentent dans un enchevêtrement qu’il est souvent difficile de démêler [Pralong 2003] et dont la restitution s’appuie sur les seules traces conservées – présence de fossiles, de dépôts sédimentaires, de paléoformes mais aussi de traces anthropiques. La géomorphologie s’intéresse ainsi de plus en plus aux paysages anthropisés et intègre de ce fait l’archéologie et la préhistoire – ou « géohistoire » [Panizza, Piacente 2003 ; Pralong 2004].

Les études géomorphologiques aident à mesurer les trajectoires dites « socio-environnementales » en établissant un cadre chronostratigraphique : les interactions homme/milieu se traduisent dans l’interprétation de l’environnement géomorphologique des sites archéologiques et dans l’évaluation du poids des contraintes fluviales dans la dynamique du réseau d’occupation [Archaeomedes 1996 ; Arnaud-Fassetta, Landuré 1997… ; récemment encore Duquesne 2021 ; Thonniet 2021]. Les problématiques qui se développent autour des changements environnementaux post-période industrielle ouvrent également la voie à l’analyse des effets directs de l’exploitation humaine sur son environnement : l’aridification des zones méditerranéennes [van der Leeuw et al. 2003], ou de manière plus ponctuelle les conséquences sur le paysage de l’exploitation minière [Orejas 2004 ; Mangin 2004], de la déforestation [Bernard 2003] ou encore des aménagements hydrauliques [Beauchamp 2018]. Pour la période antique, certaines études peuvent concerner les réponses anthropiques face aux phénomènes environnementaux – et plus particulièrement les faits d’inondation dans les plaines alluviales [Arcelin et al. 1999] –, peu mesurent leurs impacts : comme le souligne Cécile Allinne, « les données [archéologiques] complémentaires à l’analyse strictement géomorphologique sont encore largement sous-exploitées parce que les vestiges archéologiques témoignant d’une volonté d’aménager les zones humides et inondables restent mal connus, tandis que leur impact sur le milieu est souvent sous-estimé » [Allinne 2007 : 1].

Il en est de même des espaces boisés, investis par l’archéologie dite « forestière » : là encore, et pour reprendre l’analyse de François Duceppe-Lamarre [1999], « les sciences historiques possèdent souvent une vision réductrice de la forêt » en ne s’intéressant que très peu au milieu forestier en soi, ie dans ses dynamiques aussi bien naturelles qu’anthropiques. L’archéologie en effet se limite trop à l’exploitation forestière, définie à travers le parcellaire, les aménagements anthropiques et les bio-vestiges s’il y en a (analyses palynologiques et/ou anthracologiques) dans l’objectif de restituer un paysage à une époque donnée, quand l’écologue n’y voit à son tour qu’un écosystème actuel, l’un et l’autre oubliant en définitive que les zones boisées sont mouvantes et relèvent le plus souvent d’équilibres secondaires, substitués ou altérés par une emprise anthropique à un moment clé, voire à plusieurs reprises.

Or, parmi les facteurs dits « post-dépositionnels » tels que les phénomènes d’érosion et de colluvionnement [Action I.a], sont également à recenser les types de couverture végétale ou encore la nature de l’utilisation postérieure du sol (labour, prairie, bois), qui masquent les vestiges tout en produisant des signaux spécifiques de leur présence (anomalies phytologiques ou pédologiques, microtopographie) [Action I.b].

a/– Reconstitution de la trajectoire socio-environnementale et modélisation –
[T. Piau, G. Arnaud-Fassetta, F. Dugast, M. Laromanière, V. Viel, C. Virmoux]

Dans le cadre de la 1re triennale du PCR, la priorité a été donnée à la reconstitution des trajectoires socio-environnementales pour tenter d’établir un premier cadre chronostratigraphique général (étude des sédiments, échantillonnages, datations AMS). Deux zones-atelier ont été choisies en plaine alluviale de l’Eure en présence de signatures archéologiques : à Garennes-sur-Eure et à Saussay/Croth, en vue de mieux comprendre le contexte d’implantation des installations humaines aux différentes époques : installations précaires du Néolithique et sanctuaire d’époque romaine, enclos de types et dates indéterminés [Rapports 2020 & 2021]. La génération de log et de datations a été complétée par des prélèvement à Lorey [Rapport 2022] et la comparaison avec des relevés similaires effectués en aval par l’Inrap et en amont par le Service départemental de l’archéologie d’Eure-et-Loir [Rapports 2021 & 2022], ainsi que par la reconstitution des trajectoires socio-environnementales au niveau de deux sous-bassins versants et de deux rivières en rive droite – le Radon à hauteur de Garennes et la Vesgre à hauteur de Saussay [Rapport 2022].

Pour compléter ce tableau – et dans la suite des objectifs définis dans le cadre de la 1re triennale –, il apparaît nécessaire de poursuivre la reconnaissance des enregistrements sédimentaires fluviatiles des vallées secondaires de la moyenne vallée de l’Eure largement ouvertes dans les séries tertiaires du centre du Bassin parisien. Celles-ci sont susceptibles de fournir :

    1. de précieux enregistrements polliniques permettant de documenter l’évolution des paysages et des pratiques agro-sylvo-pastorales à l’Holocène récent (basse vallée de la Vesgre) ;
    2. des enregistrements tourbeux recelant des vestiges mésolithiques, à faible profondeur et bien préservés (l’Aunay amont) ;
    3. un enregistrement limoneux permettant d’établir une chronologie fine de la rythmicité et des modalités des processus érosifs pour les périodes moderne et contemporaine (le Radon) afin de dresser un premier budget sédimentaire à l’Holocène récent. Ces données pourront, à terme, être mises en perspective avec celles obtenues dans les vallées et vallons à lithologie crayeuse de rive gauche de l’Eure (vallées sèches d’Ezy et de Boissière), qui pourraient avoir subi des évolutions asynchrones et/ou des réponses hydro-morpho-sédimentaires différentes au cours de l’Holocène.

Le sous-bassin du Radon, un affluent de rive droite de l’Eure, offre un cadre morpho-structural et morpho-pédologique favorable à la mise en œuvre d’une approche par « budget » sédimentaire afin d’appréhender la temporalité des dynamiques érosives et de quantifier la redistribution des sédiments au cours de l’Holocène, en lien avec l’organisation spatiale du peuplement humain – notamment dans le cadre des indices d’occupation repérés autour de Villiers-en-Désœuvre : enclos protohistoriques, sanctuaire d’époque romaine, nécropole et habitat mérovingiens, commanderie médiévale.

Les principaux résultats attendus à l’issue de ces trois années visent à compléter, dans le prolongement de ceux obtenus au terme de la 1re triennale et en lien avec l’Action II.a :

    • la reconstitution diachronique de la trajectoire hydro-morpho-sédimentaire et socio-environnementale de l’Eure dans son fond de vallée et une modélisation paléohydrographique (style fluvial en plan), paléohydrologique (régime) et paleohydraulique (débit) des chenaux à proximité des sites archeologiques identifiés en fond de vallée ;
    • la quantification des budgets sédimentaires holocènes des deux sous-bassins de l’Eure à lithologie sensiblement différente avec les volumes estimés des stocks alluviaux et colluviaux enregistrant l’histoire paléoenvironnementale du bassin-versant ;
    • l’analyse des modalités (forçages anthropiques et/ou climatiques) et des temporalités des transferts sédimentaires holocènes (érosion, transport, stockage et export de sédiments) à l’échelle de la moyenne vallée de l’Eure, du vallon élémentaire au fond de vallée ;
    • les cartes des formations superficielles et de leur potentiel géoarchéologique pour les sous bassins de rive droite et de rive gauche à l’échelle 1/25 000;
    • le modèle spatial de potentiel de préservation géoarchéologique des formations superficielles à l’échelle du bassin-versant de l’Eure (totalement inédit).

b/– Approche des écosystèmes forestiers  –
[F. Bétard, F. Dugast, T. Piau, S. Rassat]

Prairies et couvert forestier actuels représentent des secteurs particulièrement significatifs en termes d’évolution des paysages dans ce qu’ils constituent potentiellement un ré-ensauvagement suite à la libération d’une emprise anthropique qui en conditionne les nouvelles propriétés que l’on peut lire rétrospectivement en termes d’« anomalies » ou de « marqueurs ». Les espaces boisés actuels en particulier résultent de forçages naturels, abiotiques (e.g. réchauffement climatique) et biotiques (eg invasions biologiques), mais aussi anthropiques par leur fragmentation et leur exploitation. Outre les biens et services qu’ils sont susceptibles de délivrer pour les communautés humaines, leur biodiversité et leur fonctionnement s’en trouvent modifiés par rapport à des écosystèmes forestiers plus « naturels » et non fragmentés. L’accélération de ces changements génère finalement de nouveaux écosystèmes forestiers encore très peu connus.

Largement dominé par les paysages agricoles de type grandes cultures (champs ouverts), le secteur d’étude compte également un certain nombre d’écosystèmes forestiers. Leur dimension actuelle ne doit pas être négligée, tout comme leur localisation, souvent à flanc de coteau et pas toujours en continuité avec les espaces boisés du xviiie siècle relevés par les cartes de Cassini, correspondant par conséquent a priori à des réensauvagements récents : considérés généralement comme « des réservoirs de biodiversité susceptibles de fournir des biens et services aux sociétés humaines », et donc constituant des espaces de production continus dans le temps, ils le sont moins comme des espaces ponctuellement déboisés et bâtis avant d’être « réensauvagés », voire exploités (ou ré-exploités) en tant que véritable système forestier.

De manière générale, en vue d’assurer un corpus de sites archéologiques satisfaisant dans l’optique d’analyses quantitatives, qualitatives et statistiques, on s’attache à reconnaître les vestiges anthropiques dans leur visibilité intrinsèque (présence d’artefacts, structures bâties…) et/ou les traces structurelles qu’ils peuvent avoir laissé (microreliefs). Or, les modes de connexions entre les sociétés humaines à leurs milieux (imbrications, capacités d’adaptation, niveaux de résilience…) se traduisent également à travers les paysages qui développent les mêmes processus d’imbrications, de capacités d’adaptation, de niveaux de résilience…Il paraît intéressant en ce sens d’envisager des translations non seulement d’occupation « naturelle » à anthropique mais inversement, à travers notamment la « rudéralisation » de certains secteurs qui se définissent en termes de transferts d’espèces, mais aussi d’impacts de ces transferts sur l’environnement.

De rares approches sont ou ont été menées dans ce sens, globalement liées à l’archéologie forestière ou la géohistoire des systèmes forestiers : l’Umr EDYSAN, Amiens ; forêt de Chailluz, Besançon [Fruchart 2014 ; 2016] ; Meurthe et Moselle [Georges-Leroy et al. 2009] – ou de façon opportuniste : la villa de La Millière, commune des Mesnuls dans les Yvelines [Zuber 1966], découverte au cours d’une prospection systématique à la recherche de voies romaines et grâce à l’observation d’anomalies végétales dont le buis et la mercuriale vivace, plantes calcicoles, qui y poussaient en abondance en suivant les vestiges du bâti en maçonnerie à base de chaux. La forêt de Rambouillet a fait, quant à elle, l’objet d’une étude plus soutenue sur son occupation dans l’Antiquité, dans le cadre d’une thèse CIFRE au sein du PNR Haute Vallée de Chevreuse [Vigneau 2007]. Plus près de nos préoccupations, Q. Lemouland  prône la « phytoarchéologie » dans le sillage des anglo-saxons [Brooks 1989 ; Brooks, Johannes 1990].

Dans cette optique, outre les traitements cartographiques à partir des données altimétriques fournies par l’IGN (RGE 5 m et 1 m), avec pour objectif de repérer de probables signaux microtopographiques de l’évolution des paysages due aux aménagements anthropiques et à leur abandon, qui pourront être complétés par ceux des nouveaux levés LiDAR HD IGN effectués sur une bonne partie du secteur retenu mais en attente de validation [https://macarte.ign.fr/carte/322ea69dab4c7e5afabc6ec7043b5994/acquisitionslidarhd], il s’agira :

    • d’aborder les domaines des paléoenvironnements combinant signatures morphosédimentaires et marqueurs biologiques (pollen, microfossiles non-polliniques, diatomées, micro et macro-charbons, graines) en rapport avec les occupations humaines sur le temps long (préhistoriques, protohistoriques et antiques, médiévaux, modernes) – notamment autour de la question de la gestion des ressources environnementales par les sociétés du passé ;
    • d’évaluer les interactions entre une matérialité biophysique (observables) et les représentations dont elle fait l’objet – actuellement – et dont elle peut être la projection ;
    • d’évaluer le potentiel de détection et de conservation des vestiges archéologiques à travers les anomalies pédologiques : la modification des terrains, que ce soit en termes de composition chimique (grâce à l’ajout de phosphate, de nitrates ou d’azote par le biais d’engrais naturels comme le fumier) ou de relief, a permis à certaines espèces de plantes de se développer une fois les espaces abandonnés : végétation « anthropogène » ou « rudérale » [Saint-Venant 1888 ; Chevallier 1972 ; Desbordes 1980].

A noter que cette approche se cantonnera volontairement sur de petits bois anciens, peu étudiés et peu remaniés, en comparaison des grandes forêts domaniales qui ont fait l’objet de vastes études grâce aux levés LiDAR de l’IGN : Orléans, Fontainebleau, forêt domaniale de Dreux [projet SAD 28, resp. C. Basset 2021-].

Couvert forestier de la portion médiane de la vallée de l’Eure, au XVIIIe s. (en grisé) et actuel (surimpression vert)

Les principaux résultats attendus à l’issue des 3 années visent à établir, en lien avec l’Action II :

    • un protocole de reconnaissance floristique rudérale – selon le type d’empreinte humaine et la nature spécifique du secteur d’étude (identification de bio-indicateurs) ;
    • un étalonnage des inventaires floristiques comme marqueurs biologiques de l’impact anthropique en termes d’occupation, d’aménagement ou d’exploitation ;
    • des cartes inédites relatives à l’évaluation et à la caractérisation des milieux boisés (versants, plateau) définis en termes de bio-indicateurs ;
    • des cartes inédites relatives à l’évaluation et à la caractérisation des milieux humides (prairies et plaine alluviale) définis en termes de bio-indicateurs.

♦ Action IIApproche de la structuration des territoires et évaluation des signatures archéologiques –
[resp. F. Dugast]

L’étude géomatique effectuée en 2019 relève d’une approche traditionnelle et montre ses limites dans un contexte de faible documentation : elle donne une image très segmentée de l’occupation du sol et interroge plus qu’ailleurs sur la qualité et la représentativité du corpus invoqué. En vue d’affiner le corpus, les terres cultivées ont été sondées – au sol, par voie aérienne [Archéo27], à l’aide des technologies UAV [Aird’eco-drones ; Plemo3D de SU] – et ponctuellement à l’aide de techniques traditionnelles de géophysique (électrique, magnétique, radar-sol). Ces techniques et approches ont montré également (et sans trop de surprise) leurs limites dans un cadre totalement prospectif (i.e. en présence d’un corpus de sites fouillés très faible et d’interventions préventives très ponctuelles et localisées). L’approche traditionnelle (prospections au sol par ramassage ou mesures géophysiques) n’a d’efficacité que sur des zones reconnues mais achoppe souvent sur la nature des sols et leur utilisation actuelle (exploitation agricole notamment intensive), tandis que l’approche extensive à l’aide de capteurs montés sous drone trouve ses limites dans la mise en œuvre, considérée comme plus légère a priori (quant à la planification des vols tout au moins), mais soumise à des contraintes d’ordre climatique en fonction du capteur choisi, voire également à la nature des sols et à leur utilisation actuelle, déjà mis en avant dans les années 1980 [Ferdière, Zadora-Rio 1986].

En apparence négatif, ce constat n’enlève pas l’intérêt ni la nécessité de mettre en place un protocole d’acquisition et de traitement des données à des fins de calibrage en fonction de la technique utilisée [Action II.a en lien avec l’Action I]. Il renforce par ailleurs l’intérêt d’une approche en réseau – en cours d’étude et d’analyse, fondée non sur la hiérarchisation des habitats, trop peu documentés, mais sur la cohérence temporelle et spatiale des couloirs de circulation [Action II.b] et, parallèlement, sur un inventaire du patrimoine géoarchéologique à travers la notion de géoarchéosites qui permet d’aborder les questions d’exploitation au sens large d’utilisation d’un espace qu’on peut concevoir comme l’accès à une ressource, qu’elle soit biotique ou abiotique [Action II.c en lien avec l’Action I].

a/– Protocole d’acquisition et de traitement des données –
[F. Dugast, S. Rassat, C. Camerlynck, G. Chaumet ,F. Dugast, I. Le Tellier, T. Piau]

Pour en assurer la cohérence et la pertinence, l’étude d’un territoire et de ses dynamiques de peuplement s’insère dans celle de l’évolution historique des configurations spatiales et territoriales [Bertrand 2019]. Elle s’appuie sur la conceptualisation et l’étude du « signal archéologique » sous toutes ses formes avec l’objectif de créer de la donnée en lien avec l’Action I. Bien que comblées, arasées ou perturbées par des aménagements plus récents ou par le simple passage du temps, les traces matérielles laissées (ou léguées) par les sociétés du passé peuvent encore être observées à l’aide de différentes techniques – télédétection, relevés microtopographiques, photogrammétrie – en fonction de leur nature : elles correspondent également à différents types d’actions ou de transformations, anthropiques ou pas, sur les « objets » au sens large et leur organisation dépendant d’un géo-, éco-, et/ou socio-système.

Un protocole de prospections archéologiques extensives non-invasives est en cours : comme pour les précédentes opérations, l’objectif sera de privilégier l’utilisation du drone dont les vols peuvent être plus facilement répétés que dans le cadre de la prospection aérienne traditionnelle. Il doit s’appuyer en parallèle sur des opérations « classiques » – prospections pédestres ou géophysiques au sol – dont l’objectif est de permettre de calibrer de manière systématique la qualité des signaux obtenus selon le type de technique utilisée (résistivité, résonnance magnétique, télédétection, radar-sol), la nature des sols (composition physicochimique et granulométrie) comme la nature des vestiges ou traces matérielles (à l’origine d’une structure en creux ou en maçonnerie, d’un artefact, d’une calcination, etc.). En contrepoint, un protocole de tests doit être mis en place, destiné à développer une étude de « visibilité » à l’aide de capteurs miniaturisés – LiDAR, multispectral, thermique, magnétique – et à mettre à l’épreuve l’approche exploratoire et les modèles prédictifs avant toute intervention sur le terrain [Action III]. S’appuyer sur la carte géomorphologique notamment doit permettre de guider les opérations de prospection, de caractériser le contexte géomorphologique d’un site archéologique et de localiser des milieux favorables au piégeage d’archives sédimentaires et paléoenvironnementales [Action I].

L’acquisition de données ne va pas sans post-traitement qui nécessite également un calibrage systématique en fonction des types de signaux (microtopographie, résonnance magnétique, image thermique) comme du type de surfaces prospectées (en l’occurrence très travaillées et nivelées pour ce qui est des parcelles agricoles) ainsi que des applications et des filtres utilisés (sky-factor, ombrages multiples [MDOW], relief local [LRM], intensités…), voire des algorithmes expérimentés (chaînes de calcul sismique e.g.).

Les principaux résultats attendus à l’issue de la 2e triennale visent ainsi à établir, en lien avec l’Action I :

    • un étalonnage systématique de la qualité des signaux obtenus selon le type de levés utilisé, la nature des sols et la nature des vestiges ou traces matérielles ;
    • un étalonnage systématique de la qualité des post-traitements effectués selon le type de levés et les applications utilisées.

b/– Approche en réseau  –
[F. Dugast, M. Douard, J.-N. Le Borgne, G. Léon, T. Piau, S. Rassat]

Les réflexions actuelles tendent à admettre qu’il n’y a pas de territoire qui ne soit mouvant du fait de la mobilité intrinsèque de chaque individu induisant celle des communautés [Damm 2012], que cette mobilité est autant spatiale que temporelle et qu’elle se traduit inégalement au cours du temps, par une extension ou au contraire une rétractation, un déplacement ou un fractionnement, voire un abandon pur et simple de l’espace occupé. La question se pose alors de savoir comment rendre un corpus représentatif de ces mobilités spatiales et temporelles qui ne se résument pas dans le seul cadre d’une organisation hiérarchique fermée – qu’il s’agisse d’une civitas et son territoire comme d’une seigneurie et son finage. En l’occurrence, la position du secteur d’étude a montré les difficultés d’identification des communautés voisines éburovices ou carnutes, concernées pour la période antique, à travers la seule notion de « culture matérielle » attachée à l’étude céramologique [Rapports 2019 & 2022]. Cette position rend l’objectif sans doute d’autant plus délicat que le rôle de la rivière n’est pas non plus défini et marque a priori des limites particulièrement poreuses entre les territoires administrativement reconnus qui lui sont voisins. Cette porosité peut sans doute s’expliquer par l’écart qui s’observe entre la vision du « pouvoir », particulièrement bien documentée, et celle des communautés et individus, plus discrète. Si la première est mieux connue, elle n’est pas forcément représentative de l’organisation d’une société donnée dans la mesure où elle émane d’un groupe restreint qui s’avère davantage organisateur que pragmatique. Or, le territoire est indissociable de l’environnement : la volonté individuelle joue un rôle non moins important que la volonté politique dans la structuration des sociétés [Cursente, Mousnier 2005] et crée des territoires « objectifs » engendrés par les systèmes d’échanges commerciaux à échelle locale [Boissellier 2011], indépendamment des limites territoriales définies par les pouvoirs – politiques, religieux, militaires [Catapau 2005]. Sur le terrain, les traces des deux types de « territoire » se mêlent et créent des confusions, voire des incohérences.

Pour appréhender la notion de territoire « objectif », il apparaît nécessaire de trouver des zones de convergence conceptuelle entre environnement physique et environnement socio-culturel [Jallot 2008], permettant d’identifier les interactions non seulement avec la topographie mais aussi avec la morphologie générale et ses évolutions – en termes d’exploitation au sens large d’utilisation d’un espace qu’on peut concevoir comme l’accès à une ressource, qu’elle soit biotique ou abiotique.

L’approche doit en effet être nécessairement morphologique et régressive avant même un retour à la source : elle doit en ce sens passer par une analyse fine non seulement de l’alignement remarquable des limites parcellaires actuelles ou inscrit sur le cadastre napoléonien, qui peut tout aussi bien conserver la mémoire du tracé d’un chemin d’exploitation rurale ou forestière, que des paléo-reliefs. Si la toponymie peut donner des pistes, avec les réserves qu’elle impose, l’analyse morphologique apparaît en effet indispensable à l’appui d’un tri graphique et numérique pour mettre en évidence les phénomènes de capture et de fixation des tracés.

Par ailleurs, partant du principe qu’il existe une certaine permanence des couloirs de circulation [Vion 1989 : 89] qui s’inscrit dans une logique de liaison des villages médiévaux, elle-même héritière des relations entre les différents types d’habitats antérieurs [Favory et al. 1998 ; Pion 1990 ; Chouquer 1996], et que certains chemins, notamment d’exploitation – agricole ou autre – ont pu connaître une pérennité parfois jusqu’à aujourd’hui, une première trame locale a pu se dessiner, qui montre d’ores et déjà une certaine incidence avec l’inventaire d’habitats, de nécropoles, voire de places fortes – éperons barrés, mottes féodales, châteaux. Cette trame reste toutefois à affiner et à compléter, notamment en lien avec l’identification de réseaux d’extraction de ressources (e.g. les moulins pour la période médiévale), voire celle des géoarchéosites [Action II.c].

L’objectif sur la 2e triennale est d’identifier les cohérences qui sous-tendent le dessin des formes en établissant des liens entre la diversité des formes dont la fonction actuelle ne permet plus de comprendre la logique passée – des paléochenaux aux corridors écomorphologiques, en passant par les trames viaires, les parcellaires et les réseaux d’habitats, etc.). Il s’agira par conséquent de croiser et de compiler les informations habituellement dissociées, en lien avec l’Action I. A ce titre, l’archéologie environnementale pourra être convoquée à des fins de restitution non seulement de la biodiversité passée mais également de l’exploitation des terres en lien avec le possible mouvement des populations. Il sera nécessaire de mettre en évidence des bio-indicateurs en fonction de la nature des sols – limons en plaine, argiles à silex ou calcaire en contexte de plateau ; en fonction d’une densité actuelle anormale d’une espèce [Action I.b] ; ou encore la présence d’amas de cailloux recouverts de mousse comme témoin de la souche d’un arbre ou arbuste souvent en connexion avec un aménagement ou une construction qui l’accompagnait, et donc avec un usage – à l’exemple du Sorbus domestica L. (ou Cormier) utilisé dans la production annuelle d’eau de vie de cormes ou la fabrication de moyeux de charrettes [Watkins 1970].

Les principaux résultats attendus à l’issue de la 2e triennale visent ainsi à établir, en lien avec l’Action I :

    • une carte des orientations dominantes qui marquent les grands axes de communication de manière à tenter de resituer le secteur dans un cadre [politico-]économique à large échelle ;
    • une première carte inédite des réseaux locaux faisant apparaître les relations immédiates – habitat/exploitations/nécropole… –, de manière à restituer au mieux le schéma habituel d’un maillage assez dense et homogène en lien notamment avec les sources d’exploitation, considérées comme lieux fonctionnels privilégiés;
    • une « géographie des usages » par l’analyse de la structure de la population et de son rapport à la terre (g. un usage collectif des terres en vigueur) – partant du principe que tout aménagement résulterait autant d’un choix d’organisation sociale que de facteurs géologiques – qui permettrait d’évaluer la répartition entre habitat groupé et habitat dispersé.

c/– Développement du concept de « géoarchéosite ordinaire » –
[T. Piau, F. Bétard, F. Dugast]

Dans l’esprit d’intégrer de manière plus étendue le contexte environnemental aux types d’occupation humaine avec leurs transformations et mutations – à travers la notion de « paysage géomorphologique », défini comme « une portion du relief terrestre, vue, perçue, et […] exploitée par l’Homme » [Reynard 2005] –, le concept de « géoarchéosite » tend à conjuguer la part géomorphologique objective du paysage (tel qu’il peut se mesurer) et les transformations qu’il a pu subir sous différents impacts dont l’occupation et/ou l’exploitation humaines. Expérimenté au cours de la 1re triennale, ce concept a permis de vérifier et de confirmer que, dans le cas précis de la vallée de l’Eure, la notion de patrimoine – géo(morpho)logique comme archéologique – est peu marquée et a amené à conclure sur l’émergence de sites d’intérêt local.

L’objectif de la 2e triennale est de tenter d’aller au-delà de l’évaluation de ce type de sites – qui combinent un intérêt géomorphologique (le géomorphosite) et culturel (dans le sens d’appréhension humaine en termes de témoin archéologique, d’esthétisme, de valeur économique) [Reynard 2005 ; Fouache, Rasse 2009] en intégrant de manière plus fine la valeur historique au sens large, d’évolution du paysage dans le temps et l’espace à travers les différents types d’impacts qu’il a subis au cours du temps, des transformations, abandon, mise en valeur successifs en interaction étroite entre les phénomènes dits « naturels » et ceux plutôt anthropiques.

Dans cette optique, il s’agira d’établir une correspondance systématique entre la définition des composantes d’origine géo(morpho)logique (la géodiversité) et celle d’origine humaine (la diversité des vestiges archéologiques – ou « archéodiversité » [Epiney-Nicoud et al. 2017]) – en vue de les faire dialoguer à des échelles compatibles. Se plaçant ici dans un mode exploratoire, il s’agira de voir si cette correspondance est réellement applicable et comment elle peut être utilisée, en termes à la fois de reconnaissance patrimoniale – et de patrimoine ordinaire – et de réflexion scientifique.

Les principaux résultats attendus à l’issue de la 2e triennale visent à compléter les résultats de l’Action II.b en lien avec l’Action I, en établissant un inventaire inédit des « géoarchéosites » et une modélisation de leurs conditions d’évolution et de conservation pour élaborer les perspectives de gestion et de valorisation patrimoniale adéquates.

– Action III – Modélisation et approche prédictive –
[resp. C. Font]

À l’inverse des études courantes, l’approche générale du PCR vise à considérer les arguments pertinents que peuvent apporter ensemble l’archéologie, l’étude de la morphologie du territoire et de la biodiversité dans une stratégie d’acquisition et de traitement des données. Elle repose sur l’utilisation, la validation et/ou la création de nouveaux outils d’investigation issus de la pluridisciplinarité (Actions I et II), avec en parallèle un cadre théorique d’évaluation.

En ce sens, elle se propose :

    1. de mettre à l’épreuve une démarche prospective à l’appui d’interventions non invasives sur le terrain, en s’appuyant sur une analyse de la représentativité des données selon leurs origines – géographiques, géologiques, géomorphologiques, biologiques, archéologiques, historiques, environnementales… ;
    2. de tester une approche régressive et évolutive des transformations (phénomènes de résilience, réappropriation…) à l’aide de référentiels et d’indicateurs pertinents ;
    3. de tester des méthodes non invasives sur le terrain par l’utilisation de nouveaux outils d’investigation associées à de nouvelles technologies appliquées à l’archéologie ;
    4. de faciliter les transgressions disciplinaires et d’ouvrir sur des thématiques de recherches en lien avec les diversités de réponses selon les domaines et techniques sollicités.

Une telle approche ne peut faire l’impasse sur la conception d’un outil dédié, qui ouvre un accès et des possibilités d’analyses complémentaires des données pluridisciplinaires. Les bases de données attributaires et spatiales permettant l’enregistrement des données liées au programme de recherche ont été implémentées. Les données sont ainsi prévues pour être consultées sur un fond cartographique « classique » dans un WEB SIG – sous forme de points, lignes ou polygones des entités présentes et qui possèdent une dimension spatiale –, avec trois interfaces distinctes : une interface publique avec accès à une documentation choisie, une interface privée pour les chercheurs intégrant des fonctionnalités de recherche et de requêtes spécifiques ainsi que des analyses, et une interface en science participative, dédiée aux collaborateurs et acteurs « non-scientifiques-professionnels » en leur offrant un espace relais de partage. Un certain nombre de fonctionnalités sont désormais envisagées, qui englobent navigation, requêtes, mais aussi mise à jour à distance des données issues conjointement de l’archéologie, de la géomorphologie et de la biologie, en gardant à l’esprit que la qualité ainsi que la pertinence des données doivent pouvoir être sans cesse interrogées.

Les principaux résultats attendus en termes de possibilités d’analyse à l’issue du projet concernent :

    • la mise en place de scénarios prospectifs et leur validation : cartes prédictives mettant à l’épreuve les facteurs qui motivent a priori l’installation humaine – en lien avec les Actions I.a, II.b et II.c;
    • l’examen des données existantes pour établir un résultat probable : l’analytique prédictive applique un modèle pour connaître les résultats probables tandis que le data mining met l’accent sur la découverte de corrélations cachées entre des variables ;
    • la mise en place de protocoles visant à établir des opérations de prospection par échantillonnage dans le but d’aboutir à l’élaboration d’une modélisation prédictive de l’occupation du sol.

La mise en œuvre d’une telle méthode permettrait de limiter l’investissement sur le terrain et d’assurer l’étude d’un espace plus vaste. L’objectif à terme sera de valider une approche et un outil d’aide à la décision par la construction de modèles prédictifs, sous la forme d’une plateforme collaborative accessible en ligne, ouvrant sur une nouvelle dimension interdisciplinaire intégrant géographes et environnementalistes, voire juristes et aménageurs dans le cadre des problématiques actuelles du développement du territoire. L’objectif sera également de développer la réflexion sur la projection temporelle des données en sciences humaines (aspects méthodologiques et épistémologiques).



Citer ce billet
Fabienne Dugast (2023, 16 mai). PCR ValEuRT – 2de triennale – 2023-2025. Bienvenue en Vallée de l'Eure. Consulté le 29 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5ta

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search