PCR ValEuRT – Rapport à trois ans 2020-2022

PCR « Vallée de l’Eure : une rivière, des territoires »
– Rapport à trois ans [2019] 2020-2022 –

Fabienne Dugast, Théophile Piau, François Bétard, Caroline Font, Isabelle Le Tellier
avec la collaboration de Gilles Arnaud-Fassetta, Christian Camerlynck, Grégory Chaumet, Hippolyte Deconinck, Bruno Desachy,
Max Laromanière, Véronique & Jean-Noël Le Borgne, Pierre Mollard, Sylvain Rassat, Ingrid Renault, Paulin Ribbe, Vincent Viel, Clément Virmoux, Lydia Yacine

La réflexion menée dans le cadre général du PCR vise à terme à qualifier le bassin versant de l’Eure, à identifier des « réseaux » locaux pour identifier des « faciès culturels », des « territoires » et leurs mouvements et, plus avant, à définir le rôle de la vallée de l’Eure dans le paysage géo-archéologique de l’ouest du Bassin parisien. Ces questions ne peuvent toutefois être abordées sans analyse contextuelle et approche «phénoménologique» pour pallier les biais et hiatus de la recherche.

Les actions menées depuis 2019 se sont axées par conséquent sur l’acquisition combinée de données géomorphologiques et archéologiques pour tenter de fixer un tableau le plus complet possible de l’ensemble des phénomènes et des modalités qui ont joué conjointement pour constituer la chaine de l’évolution de l’environnement étudié.

L’approche géo-archéologique multiscalaire a eu, dans ce cadre, un double objectif :

  • l’interprétation de l’environnement géomorphologique de sites archéologiques connus ;
  • et pour ce faire, la reconstitution des trajectoires socio-environnementales – en deux volets : l’évaluation du poids des contraintes fluviales dans la dynamique du réseau d’occupation d’une part, celle de la part des forçages climatiques et anthropiques dans l’évolution des paysages d’autre part.

Une telle approche constitue une démarche aujourd’hui « classique » qui a fait ses preuves dans le cadre de secteurs riches en données paléo-environnementales et archéologiques. Elle a été volontairement testée dans le cadre d’un secteur moins étudié et moins fourni en documentation, relevant dès lors une approche expérimentale. Son objectif premier vise en effet à considérer les arguments pertinents que peuvent apporter l’archéologie et l’étude de la morphologie d’un territoire dans une stratégie conjuguée d’acquisition et de traitement des données.

  • L’année 2020 visait dans ce cadre à développer l’analyse géomorphologique amorcée en 2019 [année probatoire] par une modélisation des paléoreliefs en moyenne vallée et à caractériser l’évolution diachronique du tracé en plan du réseau hydrographique ainsi que les liens spatiaux et temporels entre les niveaux de terrasses cartographiés et les vestiges archéologiques connus, dans une perspective taphonomique. L’objectif était de documenter et de dater les jalons de l’histoire géomorphologique et paléoenvironnementale de l’Eure dans sa portion médiane en relation avec les différentes phases de l’occupation humaine connues et de les mettre en perspective avec celles obtenues plus en aval près de la confluence avec la Seine (Louviers, Incarville, Val-de-Reuil). À échelle plus locale, il était envisagé d’analyser la temporalité des dynamiques érosives et de quantifier la redistribution de sédiments au cours de l’Holocène au sein de deux sous-bassins de rive droite – le Radon et la Vesgre. L’ensemble de ses approches devait être accompagné de vérifications au sol (prospections pédestres et analyses de mobilier) et de relevés ponctuels à l’aide de capteurs montés sous drone. Enfin, il était envisagé d’ouvrir une première zone-atelier pour mener une étude ciblée du contexte général d’implantation et d’abandon de deux sanctuaires voisins d’époque romaine, reconnus par photographie aérienne (Archéo27), l’un implanté dans la plaine d’inondation de l’Eure (lieu-dit Bellevue, commune de Garennes-sur-Eure), l’autre sur le plateau du Mantois (lieu-dit les Fosses du Breuil, commune de Guainville), et de mettre ces études en parallèle avec d’autres secteurs analogues du bassin versant de l’Eure (amont/aval).
    Localisation des indices d’occupation humaine au sein des deux zones-atelier : [1] Garennes-sur-Eure (lieu-dit Bellevue) ; [2] plaines de Saussay et Croth. En surimpression, parcelles correspondantes prospectées [fond de carte IGN BDTopo 2017 – © F. Dugast]

    Les deux zones-atelier : [1] Garennes-sur-Eure ; [2] plaines de Saussay et Croth

La situation sanitaire particulière due à la pandémie de COVID-19 qui sévissait depuis début mars 2020 a quelque peu perturbé la conduite des opérations de terrain envisagées sur l’année 2020 et, par voie de conséquence, les objectifs attendus. Pour des questions de faisabilité incertaine, la stratégie d’acquisition de données a dû être partiellement redéfinie et certains volets abandonnés provisoirement pour être reportés sur l’année 2021, voire 2022. Les actions se sont tout naturellement concentrées sur l’étude des données primaires disponibles obtenues à l’aide de MNT à haute résolution (RGE Alti, levés LiDAR). Cette approche visait à délimiter et cartographier les divers niveaux de terrasses alluviales le long de la vallée de l’Eure et à reconnaître le potentiel géochronologique de la moyenne terrasse de Guainville. L’objectif était également d’explorer une seconde zone atelier – définie au sud d’Anet et de part et d’autre de la rivière, sur les communes de Saussay et de Croth, où les contrastes phytologiques laissent voir des formes géométriques, anomalies probablement d’origine anthropique mais difficilement caractérisables du point de vue fonctionnel –, pour venir étayer la démarche réflexive engagée sur l’organisation et la structuration diachronique du réseau de peuplement dans la portion moyenne de l’Eure [Rapport 2020 : 21-35]. Par ailleurs, en se positionnant à l’interface des sciences de la Terre, de l’Environnement et de la Société, la réflexion est venue interroger le concept de « géoarchéosite » en envisageant une modélisation des conditions d’évolution et de conservation des composantes associées archéologiques et géomorphologiques d’un paysage culturel en lien avec l’analyse de la structuration des territoires [Rapport 2020 : 35-37]. Enfin, à défaut de pouvoir développer sereinement une stratégie d’opérations de vérification sur le terrain et d’échantillonnages comme il était envisagé, les résultats issus des études cartographiques ont conduit à davantage développer la réflexion sur l’organisation d’un espace de travail virtuel commun destiné à recevoir les jeux de données des différentes disciplines en présence – sciences historiques et sciences de la Terre – en vue de les faire dialoguer entre eux pour une meilleure appréhension des différents phénomènes interconnectés à observer [Rapport 2020 : 39-53].

  • L’année 2021 devait compléter et consolider l’approche préliminaire menée en 2020. Dans le cadre strict des deux zones atelier définies en amont, les analyses cartographiques et historiques (notamment le site « Remonter le temps » de l’IGN), conjuguées à une analyse des MNT RGE Alti 1 m – pour repérer les formations superficielles – et à de la télédétection (sur photographies aériennes et satellitaires) ont pu être complétées par des retours terrain pour vérification aussi bien des types de formations géomorphologiques que des « indices de site » [Rapport 2021 : 54-60]. La reconnaissance de l’environnement géomorphologique des gisements archéologiques sur ces deux zones a été menée en combinant prospections géophysiques (Tomographie de Résistivité Électrique) pour reconstituer la géométrie 2D du remblaiement alluvial, carottages profonds dans l’axe d’écoulement des paléochenaux pour préciser l’architecture et l’âge des unités des séquences sédimentaires, analyses sédimentologiques en laboratoire (granulométrie, paramètre texturaux et image CM) et datation radiocarbone (14C Accelerated Mass Spectrometry). L’investigation des séquences sédimentaires fluviatiles de deux fonds de vallée secondaire de rive droite de l’Eure, largement ouvertes dans les séries tertiaires (le Radon et la Vesgre), a également pu être conduite, permettant de poser les premiers jalons d’un cadre chronostratigraphique [Rapport 2021 : 63-72]. L’objectif était de questionner la synchronicité des épisodes détritiques enregistrés dans les sous bassins avec ceux individualisés dans le remblaiement sédimentaire des formes fluviales héritées de l’Eure dans son fonds de vallée. Les données acquises ont pu être mises en perspective avec celles obtenues en vallée de l’Eure amont et aval et sur deux de ses affluents de rive droite en aval de Chartres (l’Aunay et la Drouette) [Rapport 2021 : 60-63 & 73-75]. En parallèle, ont pu être également testés des protocoles d’investigation et de prospection à l’aide des techniques aéroportées par drone (LiDAR, Thermique, Géomagnétique), dans un double objectif – de complémentarité en termes de capacité de détection (à l’appui de prospections pédestres) et de prospection extensive sur des surfaces supérieures à 10 ha (dans le cadre d’un développement prospectif) [Rapport 2021 : 34-46]. Enfin, le contexte particulier de faible intervention archéologique ne permettant pas une approche aisée des « cultures matérielles », témoins de la rythmicité des regroupements de communautés dont les marqueurs les plus fins restent le mobilier et en particulier la poterie, une démarche d’inventaire des « géoarchéosites » a été conduite à l’échelle de la moyenne vallée de l’Eure, entre la confluence avec l’Iton (au nord) et la ville de Chartres (au sud), en s’appuyant de manière complémentaire sur l’inventaire archéologique (Patriarche et services départementaux) et l’Inventaire National du Patrimoine Géologique (INPG) des départements de l’Eure (28), de l’Eure-et-Loir (28) et des Yvelines (78) [Rapport 2021 : 46-52]. Les données géomorphologiques et archéologiques acquises depuis 2018 ont été régulièrement intégrées dans la base de données relationnelle et spatiale du PCR. Ce travail a été l’occasion de revenir sur le traitement automatisé des fichiers rasters de l’IGN (BD Alti 25 m) afin d’élargir la réflexion géoarchéologique à l’échelle régionale (en l’occurrence, le bassin-versant de l’Eure) [Rapport 2021 : 79-82].
    <em>Synthèse des méthodes et des outils mobilisés dans le cadre de l’approche géoarchéologique du PCR ValEuRT [© T. Piau 2023]</em>

    Synthèse des méthodes et des outils mobilisés dans le cadre de l’approche géoarchéologique

  • L’année 2022 visait à finaliser la reconnaissance de l’environnement géomorphologique des indices d’occupation humaine repérés en prospections aériennes (Archéo27) dans les zones-ateliers de Saussay / Croth et de Garennes-sur-Eure afin de préciser la chronologie et les modalités de recoupement des paléochenaux de l’Eure et d’éclairer les interrelations entre la plaine d’inondation de l’Eure (risques passés, exploitation et gestion de la ressource en eau), les gisements archéologiques et d’autres traces d’occupation proches sur les terrasses alluviales et/ou les plateaux adjacents (notamment du Mantois). Il s’est agi également de poursuivre la reconnaissance des enregistrements sédimentaires fluviatiles des vallées secondaires du Radon et de la Vesgre, largement ouvertes dans les séries tertiaires du centre du Bassin parisien et susceptibles de fournir de précieux enregistrements polliniques ainsi que des enregistrements tourbeux recelant des vestiges mésolithiques, à faible profondeur et bien préservés (l’Aunay amont e.g.) ou encore un enregistrement limoneux permettant d’établir une chronologie fine de la rythmicité et des modalités des processus érosifs pour les périodes moderne et contemporaine (le Radon) de manière à pouvoir dresser un premier budget sédimentaire à l’Holocène récent. Ces données pourront, à terme, être mises en perspective avec celles obtenues dans les vallées à lithologie crayeuse de rive gauche de l’Eure (vallées sèches
    <em>Les Fosses du Breuil (Guainville) – Interprétation de l’image LIHA et mise en évidence de signatures particulières (d’abandon ?) [© F. Dugast 2022]</em>

    Les Fosses du Breuil (Guainville)

    d’Ezy et de Boissière), qui pourraient avoir subi des évolutions asynchrones et/ou des réponses hydro-morpho-sédimentaires différentes au cours de l’Holocène. En parallèle, les protocoles d’investigation et de prospection à l’aide des techniques aéroportées par drone (LiDAR, Thermique, Géomagnétique) ont été mis en perspective avec les techniques plus traditionnelles de la géophysique – conductivité, magnétique, électrique, radar-sol – sur l’un des deux sanctuaires de la zone-atelier 1 pour évaluer la pertinence des types de capteurs selon les conditions des sols, de la végétation, de l’albédo, du microclimat. Enfin, un processus d’évaluation des sites d’intérêt géoarchéologique en vallée de l’Eure moyenne a été mis en place en vue de préciser la définition et le choix des critères pertinents dans l’évaluation de la valeur scientifique archéologique des implantations anthropiques en lien avec la valeur scientifique géo(morpho)logique des sites. Cette démarche inédite d’inventaire cartographique devrait, à terme, contribuer à faire émerger un réseau d’unités de lieu d’importance géoarchéologique pour engager de nouvelles perspectives scientifiques à visée interdisciplinaire et, parallèlement, poser les fondements des futures actions de conservation et/ou de valorisation des paysages culturels de la vallée en collaboration étroite avec les populations locales.

♦ Attendus technologiques

Le PCR se place également dans une démarche exploratoire et prospective à travers la mise en place d’une plateforme collaborative Web-SIG dont l’objectif est non seulement de centraliser la collecte des données, mais aussi d’aider à la caractérisation et à l’analyse prédictive de l’espace étudié. La plateforme vise d’une part à promouvoir un cadre pour assurer la qualité des données dans l’interdisciplinarité et leur valeur ajoutée potentielle ; d’autre part à faire émerger le dialogue et les projets entre les parties prenantes – chercheurs, acteurs professionnels ou non, et en ce sens à rassembler une équipe de chercheurs et opérateurs pluridisciplinaires et pluri-institutionnels selon les modalités envisagées. L’objectif à terme sera de valider une approche et un outil d’aide à la décision par la construction de modèles prédictifs, sous la forme d’une plateforme collaborative accessible en ligne, ouvrant sur une nouvelle dimension interdisciplinaire intégrant, outre géologues, géomorphologues et archéologues, géographes et environnementalistes, voire juristes et aménageurs dans le cadre des problématiques actuelles du développement du territoire. L’objectif sera également de développer la réflexion sur la projection temporelle des données en sciences humaines (aspects méthodologiques et épistémologiques).

  • L’année 2020 avait dans ce cadre entamé une démarche réflexive – théorique, conceptuelle et méthodologique – sur la formalisation du processus de production d’information acquise à l’interface entre les Sciences de la Terre, de l’Environnement et de la Société dans laquelle se place volontairement le PCR. En raison de l’état lacunaire de la documentation et de son imprécision relative, l’objectif était de mettre en exergue l’absolue nécessité de collecter et de mettre en connexion différents types de données provenant d’horizons disciplinaires divers [approche intégrée]. Cette nécessité s’est traduite par la mise en place d’un système de gestion de plusieurs bases de données descriptives [SGBD] – géomorphologie, archéologie, histoire, environnement, analyse – que les dénominateurs communs – le temps et l’espace – doivent permettre de faire dialoguer entre elles sur la base d’un SIG. Cette démarche visait à mieux poser non seulement la complexité mais aussi et surtout la multifactorialité des relations sociétés/milieux qui ne peuvent se résumer à de simples rapports de cause à effet déterministes ou mécanistes [Rapport 2020 : 39-53].
  • L’année 2021 a ainsi pu, dans la suite de l’année précédente, mettre en place au format SIG une structure adéquate à deux volets interconnectés destinée à permettre d’évaluer, en première instance, une démarche prospective à l’appui d’interventions non invasives sur le terrain, en s’appuyant sur une analyse de la représentativité des données selon leurs origines – géographiques, géologiques, géomorphologiques, archéologiques, historiques, environnementales… –, et de tester une approche régressive et évolutive des transformations (phénomènes de résilience, réappropriation…) à l’aide de référentiels et d’indicateurs pertinents [Rapport 2021 : 77-88].
  • L’année 2022 a, dans le prolongement des opérations de terrain, tendu à doter le PCR d’une plateforme collaborative en ligne permettant l’accès et l’intégration de nouvelles données. L’ensemble des données spatiales et attributaires prennent désormais place dans une base de données relationnelle hébergée sur un serveur PostGreSQL avec l’extension PostGIS administré par la TGIR-Huma-Num (consortium AAP), permettant par conséquent la production cartographique et figurative à partir de données communes. Une première interface web a vu le jour – en collaboration avec l’École de codeurs Simplon (Charleville-Mézières). Elle permet la consultation des données cartographiques (type Open Street View), en relation avec les bases de données elles-mêmes consultables sur le fond cartographique en en proposant une localisation large sous forme de points définis selon la concentration des données. Deux autres interfaces sont envisagées, plus complètes en termes de requêtes, de visualisation et de saisie des données.

♦ Circonstances des opérations de terrain

Outre la situation sanitaire particulière due à la pandémie de COVID-19 qui sévit depuis mars 2020, la conduite des opérations de terrain a été souvent contrainte par les conditions climatiques au moment des labours et de la disponibilité des parcelles cultivées – froid et neige (2019), pluies abondantes (2020-2021) ou sècheresse (2022), offrant peu de lisibilité au sol pour les prospections pédestres. Elle a été également parfois freinée par la volonté des propriétaires ou exploitants agricoles qui marquent une large préférence pour des opérations aéroportées par drone, qui restent dépendantes quant à elles de la force des vents qui peuvent rendre les lignes de vol moins précises. Néanmoins, une série de campagnes ont pu être assurées :

  • en prospection archéologique – sur les communes de Villiers-en-Désoeuvre, de Breuilpont, de Bueil, de Garennes-sur-Eure, de Guainville et de Saussay/Croth pour les principales – totalisant 5 semaines réparties sur les 4 années avec une équipe d’une dizaine d’étudiants pour les prospections systématiques (2019) et une équipe plus restreinte pour des prospections à vue (2021-2022) ;
  • en prospection géoarchéologique – tout au long de la moyenne vallée de l’Eure, entre la confluence avec l’Iton au nord et la ville de Chartres au sud, pour évaluer, vérifier et compléter l’inventaire de « géoarchéosites » – totalisant 2 semaines en 2021 avec une équipe de 4 à 5 personnes ;
  • en prospection géomorphologique – sur les deux zones atelier (plaine de Bellevue, commune de Garennessur- Eure et plaine de Saussay/Croth) pour des prospections géophysiques [Tomographie de résistivité électrique – TRE] et des carottages sédimentaires ; au sein de deux vallées affluentes de rive droite de l’Eure : le Radon et la Vesgre, pour des sondages exploratoires à la tarière pédologique et des relevés de coupe sur des berges en rive concave – totalisant 2 semaines réparties sur les 3 années avec une équipe de 5 à 6 personnes ;
  • en prospection géophysique – aéroportée sous drone et traditionnelle – sur les deux zones atelier (sites de Bellevue [commune de Garennes-sur-Eure] et des Fosses du Breuil [commune de Guainville], et les Terres Noires [commune de Saussay]) – totalisant 3 semaines réparties sur les 3 années avec une équipe de 3 personnes pour les prospections aéroportées et de 2 personnes et 3 étudiants pour les prospections géophysiques traditionnelles.

Enfin, en vue de développer un espace de travail virtuel commun nécessaire à la poursuite des objectifs du PCR, une équipe a été mise en place autour de Caroline Font (Inrap), en lien avec l’ENSG (École nationale des sciences géographiques, Paris) et avec l’École de codeurs Simplon (Charleville-Mézières), pour organiser et traiter les jeux de données des différentes disciplines en présence – sciences historiques et sciences de la Terre – en vue de les faire dialoguer entre eux pour une meilleure appréhension des différents phénomènes interconnectés à observer [Partie IV].

______________________________

Voir le rapport complet ici [Archive HAL-SHS]↵

______________________________

♦ Bilans et perspectives

Les éléments recueillis sur l’ensemble du bassin versant de l’Eure durant la première triennale (2020-2022) ont permis de consolider les objectifs fondamentaux du PCR en confirmant le potentiel archéologique de la zone d’étude définie en amont et en abordant les premiers développements d’une approche géomorphologique et géoarchéologique en collaboration avec l’Umr 8586 PRODIG (Université Paris Cité). À l’inverse des approches courantes en effet, le PCR a tendu à considérer les arguments pertinents que peuvent apporter ensemble l’archéologique et l’étude de la morphologie du territoire dans une stratégie commune d’acquisition et de traitement des données. Une phase importante a ainsi consisté à effectuer une analyse du contexte géomorphologique sur l’ensemble du secteur de la moyenne vallée de l’Eure, de manière à pouvoir réaliser une première étude sur les impacts des processus géomorphologiques quaternaires dans la distribution actuelle des gisements archéologiques et un premier zonage des potentialités géoarchéologiques et paléoenvironnementales. À l’issue de cette première étape, des pistes exploratoires ont pu se dessiner, ouvrant le champ à des questionnements interconnectés à la charnière entre archéologie, géomorphologie et géosciences, dans une perspective première de recherche fondamentale : reconstituer la trajectoire socio-environnementale de la vallée au cours des dix derniers millénaires et déterminer la part des forçages climatiques et anthropiques dans l’évolution des paysages.

<em>Les Terres Noires (Saussay) – Superposition de la carte d’interprétation d’Archéo27 sur l’image LiDAR [© F. Dugast 2021]</em>

Les Terres Noires (Saussay)

Le développement méthodologique a privilégié la plaine alluviale de l’Eure pour deux raisons. Sur le plan géomorphologique, elle constitue un environnement propice à l’accumulation de dépôts et donc à la formation de données stratigraphiques : les alluvions plus ou moins anciennes sont susceptibles d’avoir piégé des artefacts, témoins de la présence potentielle de « gisements », en place ou démantelés par migration latérale des chenaux de la rivière. Sur le plan archéologique, elle correspond a priori à des zones « attractives » du fait de la présence de l’eau. Elle pose parallèlement (ou consécutivement) la question du rapport à l’eau – en termes de ressource directe et indirecte, d’exploitation, d’aménagement et de transport – et de l’appréhension du risque afférent lié à l’aléa hydrologique qui dépend de plusieurs facteurs conjugués : le substrat géologique, la topographie, le « flux », mais également les aménagements anthropiques (occupation du sol, réseaux de drainage, direction des eaux pour des raisons de confort et/ou d’exploitation, etc.). La quantification de cet aléa permet habituellement en effet de réfléchir en termes de fréquence et de magnitude des crues, mais aussi de variations dans le temps, les bassins versants secondaires étant plus sensibles aux transformations et dynamiques.

Deux zones-atelier ont été sélectionnées à ce titre : l’une autour du sanctuaire antique de Garennes-sur-Eure (lieu-dit Bellevue), reconnu par prospection aérienne (Archéo27), l’autre dans les plaines de Saussay et Croth au sud d’Anet et de part et d’autre de la rivière où les contrastes phytologiques laissent voir des formes géométriques, anomalies probablement d’origine anthropique mais difficilement caractérisables du point de vue fonctionnel. Dans le cadre strict de ces deux zones-atelier, des analyses cartographiques et historiques (notamment le site « Remonter le temps » de l’IGN) ont été conjuguées à une analyse des MNT RGE Alti 1 m – pour repérer les formations superficielles – et à de la télédétection (sur photographies aériennes et satellitaires) ainsi qu’à des « retours terrain » pour vérification aussi bien des types de formations géomorphologiques que des « indices de site » [Rapports 2019 & 2020]. La reconnaissance de l’environnement géomorphologique des gisements archéologiques sur ces deux zones a été menée en combinant prospections géophysiques (Tomographie de Résistivité Électrique) pour reconstituer la géométrie 2D du remblaiement alluvial, carottages profonds dans l’axe d’écoulement des paléochenaux pour préciser l’architecture et l’âge des unités des séquences sédimentaires, analyses sédimentologiques en laboratoire (granulométrie, paramètres texturaux et image CM) et datation radiocarbone (14C Accelerated Mass Spectrometry). L’interprétation des analyses sédimentologiques est en cours, mais il est d’ores et déjà possible de mettre en évidence trois grandes phases synchrones, en accord avec celles observées près de la confluence avec la Seine, dans la boucle du Vaudreuil notamment : Louviers « La Villette » et Incarville « Les Prés », Val-de-Reuil « Le chemin-aux-errants » et « Les Noés de Léry) [Lepert 1995 ; Leblé 2016]. Les séquences sédimentaires indiquent en effet systématiquement un abandon et un remblaiement progressif des chenaux de l’Eure à la fin du Néolithique récent et au début de l’âge du Bronze. Dans les deux zones-atelier, les chenaux de l’Eure sont en tout cas a priori déjà définitivement remblayés au moment de l’implantation des indices d’occupation humaine repérés en prospection aérienne. On notera en outre le choix d’une implantation sur une montille sablo-graveleuse qui pourrait s’expliquer par des inondations périodiques de la plaine d’inondation de l’Eure à la faveur d’un haut niveau phréatique, comparable à celui observé en mai 2016 et mars 2020.

Le projet s’est ainsi placé volontairement dans le développement d’une approche intégrée dont l’objectif est de faciliter les transgressions disciplinaires et institutionnelles pour ouvrir sur des thématiques de recherches en lien avec les diversités de réponses selon les domaines et techniques sollicités.

Tout au long de cette 1re triennale ([2019]2020-2022), l’objectif du PCR s’est par ailleurs clairement défini en termes méthodologiques. Plus qu’un simple inventaire des sites archéologiques que la géoarchéologie n’aurait permis que de contextualiser, l’équipe projet a ainsi envisagé les potentialités conjuguées de la géomorphologie pour mieux appréhender les évolutions de l’environnement général de la portion médiane de la vallée en réaction – plus qu’en interaction – avec les aménagements anthropiques. Pour ce faire, elle a développé une réflexion sur la mise en place de protocoles d’études et d’approches intégratifs du territoire, tenant compte aussi bien de la topographie et des paysages actuels que de leurs transformations, dont la dynamique de peuplement à la fois dépend et en est la cause. Pour développer, compléter et consolider cette première nomenclature méthodologique, une 2e triennale [2023-2025] est envisagée dans la suite des deux actions prédéfinies en interactions l’une avec l’autre : approche géoarchéologique multiscalaire [Action I] et approche en réseau [Action II], de manière à aborder concurremment les signatures de l’évolution du paysage, de son occupation et de son anthropisation, à différentes échelles spatiales et temporelles, et leurs nécessaires imbrications [Action III] :

<em>Succession spatio-temporelle de l’occupation dans la portion occidentale du sous bassin versant du Radon [© F. Dugast 2022]</em>

Portion occidentale du sous bassin versant du Radon

  • de la structuration d’un « habitat » local – entendu comme l’association d’une implantation humaine et de son « milieu de vie » intrinsèque, qui peut se décliner sous diverses facettes [Garmy 2002 ; Gandini 2006],
  • à sa relation à un réseau géographique cohérent – défini comme son « environnement » général, en termes d’interactions plus qu’en termes d’unité paysagère,
  • en passant par l’établissement d’un réseau administré et contrôlé – en réponse aux dynamiques du réseau de peuplement, i.e. d’emprise, d’organisation, de fonctionnement des territoires ou paysages au sens large, qu’ils soient anthropisés ou pas,
  • jusques et y compris le « risque » archéologique associé – dans l’actuel, défini comme « héritage ».

La démarche méthodologique amène notamment à développer, sur les 3 années à venir, le calibrage des signatures, qu’elles soient paléoenvironnementales, géomorphologiques ou archéologiques, et leurs combinaisons en vue de mieux maitriser l’impact des conditions naturelles sur l’enfouissement ou la dissimulation, voire le déplacement des vestiges. Le bassin agricole, moyennement peuplé (±20% de zones urbanisées contre 70% de terres agricoles) induit en effet une visibilité a priori des translations potentielles entre parcelles actuellement exploitées, friches, prairies, zones humides, couvert forestier qui se modulent au cours du temps. Ce contexte particulier permet de mettre l’accent sur les aspects aussi bien morphologiques que biologiques des paysages actuels et, à terme, de restituer les emboîtements spatiaux et chronologiques des interventions humaines. L’ensemble des actions envisagées viseront à mesurer l’adéquation entre l’image de surface obtenue par un signal donné, de quelque nature qu’il soit, et la réalité sous-jacente à l’aide d’un étalonnage approprié.

Les actions proposées au cours de la 2e triennale viseront en ce sens :

  1. à consolider les premiers résultats obtenus en termes de reconstitution de l’évolution des paysages et à relancer la réflexion sur l’analyse des budgets sédimentaires en contexte de plateau peu accidenté ;
  2. à aborder les domaines des paléoenvironnements en milieu boisé, combinant signatures morphosédimentaires et marqueurs biologiques (pollen, microfossiles non-polliniques, diatomées, micro et macro-charbons, graines) en rapport avec les occupations humaines mouvantes sur le temps long (préhistoriques à modernes) ;
  3. à évaluer le potentiel de détection et de conservation des vestiges archéologiques via les anomalies pédologiques et phytologiques ;
  4. à compléter et consolider l’approche en réseau à travers notamment le concept de « géoarchéosite » ;
  5. à assurer le déploiement de la plateforme pluridisciplinaire en complétant les modules selon les nouveaux axes abordés de manière à constituer un appui à l’approche intégrative.

Le développement de ces axes sera sous-tendu par différents types d’opérations de prospection – archéologiques, géophysiques, UAV, télédétection –, de traitement des données obtenues, ainsi que différents types d’analyses – sédimentaires, polliniques, anthracologiques… – complétés par des datations radiocarbones de manière à assurer les calages chronostratigraphiques.

* * *

Le projet a reçu un premier avis favorable de la CTRA Ouest réunie les 5, 6 et 7 mars 2019 pour une année probatoire, renouvelé chaque année tout au long de la triennale. 

Soutenu par les Umr 8167 O&M et 8586 PRODIG partant au projet, son financement s’appuie également sur le SRA-DRAC Normandie (PCR 2019, 2020, 2021 & 2022) et sur l’Inrap (@gir 2020, 2021 & 2022), ainsi que sur des appels à projets :

  • Institut OPUS, « Projets exploratoires » 2017 ;
  • DIM-MAP Ile-de-France, « Profils de stage » 2018 et 2019 ; 
  • RnMSH-TGIR Huma-Num, « Approches qualitatives des données en SHS et humanités numériques » 2019-2020.

                     

Il a accueilli 3 stagiaires de l’ENSG, Paris I et Sorbonne Université

   

 



Citer ce billet
Fabienne Dugast (2023, 16 mai). PCR ValEuRT – Rapport à trois ans 2020-2022. Bienvenue en Vallée de l'Eure. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5t9

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search