Séance thématique de la CPG du CNFG – 10 décembre 2022

Séance thématique de la Commission Patrimoine Géomorphologique du CNFG
« Les archéo-géosites ou géoarchéosites : à la croisée des patrimoines géo(morpho)logiques et archéologiques »

→ Samedi 10 décembre 2022
Salle 316, Institut de Géographie, Paris

• 11h – Théophile Piau, Fabienne Dugast, – avec François Betard

« Le concept de “géoarchéosite” appliqué à l’archéologie dans l’analyse des dynamiques de peuplement ? »

Résumé

De plus en plus, l’archéologie s’aide des géosciences, et notamment de données géomorphologiques et paléoenvironnementales, pour mieux approcher les sociétés anciennes et leur fonctionnement dans la longue durée. Certaines démarches telles que la géoarchéologie ont ouvert la voie à une véritable « co-disciplinarité ». Les études géo(morpho)logiques s’inscrivent de ce fait de plus en plus naturellement dans le cadre de la fouille d’un site archéologique. Pour des analyses à plus large échelle, qui concernent un territoire donné défini en fonction de l’objet d’étude – bassin-versant, système politique ou administratif –, il ne s’agit plus simplement de décrire et d’interpréter les enregistrements sédimentaires recelant des vestiges archéologiques, mais de retracer les modalités d’interactions entre les processus biophysiques et anthropiques sur l’évolution des environnements et des communautés humaines.

En  s’intéressant aux dynamiques de peuplement, le programme ValEuRT mobilise les notions de paysages et de territoires (ou de « terroirs »). Dans ce cadre, il est primordial d’arriver à mettre en dialogue les deux disciplines, l’archéologie et la géomorphologie, et leurs données respectives pour envisager les évolutions – d’emprise, d’organisation, de fonctionnement des territoires ou paysages au sens large, qu’ils soient anthropisés ou pas – aux différentes échelles spatiales et temporelles, et leurs nécessaires imbrications. C’est dans ce contexte général que le concept de « géoarchéosite » nous a intéressés. Tel qu’il a été proposé jusqu’à présent, ce concept met principalement en exergue des sites archéologiques localisés sur des géomorphosites (Fouache et Rasse, 2009). Il peut assez bien se plier à la conjonction de ces deux ensembles remarquables (un site archéologique et un site géomorphologique) dès l’instant qu’un lien entre les deux est établi. Il met en avant des critères de sélection qui s’appuient sur le principe de représentativité patrimoniale. Le principe de « disconnected site » – dans la suite des réflexions d’Emmanuel Reynard sur les « disconnected geomorphosites » – ajoute un critère supplémentaire appuyé sur la notion de réseau, qui permet à des témoins matériels sous-évalués – archéologiques ou géomorphologiques – de prendre un peu plus d’importance dans la grille de lecture en raison de leur relation chronologique et/ou fonctionnelle à un ou d’autres témoins matériels géomorphologiques ou archéologiques. Compte tenu du contexte général du secteur d’étude où la notion de patrimoine, géo(morpho)logique comme archéologique, est peu marquée, on tend à s’intéresser au « patrimoine ordinaire », qui est le propre de l’archéologie. Une correspondance systématique entre la définition des composantes d’origine géo(morpho)logique (la géodiversité) et celle d’origine humaine (la diversité des vestiges archéologiques, la diversité culturelle, l’« archéodiversité ») – en vue de les faire dialoguer à des échelles compatibles est-elle réellement applicable ? Jusque dans quelle mesure peut-on approcher l’idée de « géoarchéosites ordinaires » ? Comment peut-on l’utiliser, en termes à la fois de reconnaissance patrimoniale – et de patrimoine ordinaire – et de réflexion scientifique ?

Les critères employés par Reynard et al. (2007, 2016) se sont avérés peu opérants pour notre recherche autour de l’inventaire et de l’évaluation des géoarchéosites. Plusieurs ajustements méthodologiques ont été nécessaires. Le processus de sélection a été mis à jour selon trois axes (i.e., spatial, temporel et spatio-temporel). Les valeurs additionnelles (i.e., culturelle, écologique, esthétique) ont été transposées et/ou supprimées, ainsi que certains critères relatifs à la valeur géoscientifique. Une nouvelle combinaison de 8 critères est alors adoptée pour caractériser les composantes archéologiques et géo(morpho)logiques dans l’optique d’un inventaire binomial.

Parmi les 19 géoarchéosites inventoriés en vallée moyenne de l’Eure, ceux appartenant à la catégorie des « sites défensifs » d’âge protohistorique, antique et/ou médiéval (éperons barrés, mottes castrales, forts) sont particulièrement intéressants. Entre Sorel-Moussel au sud et Merey au nord notamment, une série d’implantations humaines de ce type privilégie une position géomorphologique dominante. Dressée sur le plateau, en rive gauche de la vallée du Robinson, la motte féodale de Breuilpont est encore lisible dans la topographie actuelle de par ses vestiges caractéristiques (tour centrale, terrassement de la basse court) et peut être associée à celle de Merey en rive gauche de l’Eure. Un changement d’échelle révèle une organisation en « réseau » des places fortes de la moyenne vallée de l’Eure faisant de ces témoins matériels, à première vue isolés, des marqueurs forts en termes de structuration du paysage géomorphologique mais également, de génération historique structurelle des territoires. L’intérêt du géoarchéosite en « réseau » réside moins dans ses caractéristiques intrinsèques que dans ses modalités d’implantation au sein du système géomorphologique. Les géoarchéosites ordinaires en « réseau » constituent in fine des objets de recherche aux potentialités importantes et un support propice pour  engager de nouvelles recherches interdisciplinaires en vallée moyenne de l’Eure et réaliser une analyse sur les dynamique de peuplement dans la longue durée. Ils doivent aussi être pris en compte par les acteurs du territoire dans une optique d’aide à la planification et à l’aménagement de l’espace. L’absence de reconnaissance et/ou la méconnaissances du « petit » patrimoine par le plus grand nombre peut entraîner une perte irréversible de ce dernier.



Citer ce billet
ValEuRT (2022, 10 décembre). Séance thématique de la CPG du CNFG – 10 décembre 2022. Bienvenue en Vallée de l'Eure. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5t6

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search