Colloque international – Laon – “Les mares, un patrimoine naturel construit, un patrimoine culturel négligé”

«Les mares, un patrimoine naturel construit, un patrimoine culturel négligé. Intégrer les dimensions géohistorique et territoriale dans la gestion contemporaine»
Colloque international – 20-22 octobre 2022 – Laon

→ 3e session : Initier des mesures de gestion performantes
• 21 octobre 2022, 8h30

François Betard, Céline Clauzel, Clelia Bilodeau, Hervé Gallépy; Étienne Grésillon, Paul Passy, Théophile Piau

«Semis de mares forestières associés aux vestiges du Canal Louis XIV (Eure-et-Loir) : de la révélation patrimoniale à la modélisation des connectivités écologiques»

Résumé

Le Canal Louis XIV, ou Canal de l’Eure, est un ouvrage hydraulique inachevé (1685-1694) qui était destiné à compléter l’alimentation des fontaines et jets d’eau du château de Versailles. Initialement projeté sur une longueur totale de 80 km, ce canal devait correspondre à une dérivation des eaux de l’Eure près de Pontgouin, à l’ouest de Chartres. Voulue par le Roi Soleil et conçue par Vauban, la réalisation de ce canal a nécessité d’importants travaux hydrauliques comprenant la construction d’aqueducs maçonnés – dont le célèbre et monumental Aqueduc de Maintenon – et l’édification de remblais de terre pour maintenir le canal ouvert selon une pente hydraulique faible mais constante, en dehors des passages en siphons projetés au-dessus des vallées des Larris et de l’Eure. L’un des plus imposants remblais de terre, haut jusqu’à 22 mètres et large de 80 à 100 mètres, est situé en aval des siphons de Berchères et connu sous le nom de « Terrasses de Maintenon ». L’énorme quantité de matériaux nécessaires à la réalisation du terrassement (estimé à 5 millions de m3) était directement extraite sur place, de part et d’autre du remblai, créant des fosses (appelées « fouilles ») ouvertes dans la formation résiduelle de l’Argile à silex. Ces « fouilles », d’une largeur de 70 mètres en moyenne et profondes de quelques mètres, au plancher étanchéifié par la présence d’un substrat argileux, se sont spontanément remplies d’eau et constituent aujourd’hui deux semis de mares parallèles aux Terrasses de Maintenon, vestiges du vaste chantier hydraulique de la fin du XVIIe siècle. Préservées dans un corridor forestier long de 8 km, essentiellement sur des terrains aujourd’hui privés, ces mares forment un réseau de zones humides à haut potentiel écologique, à l’intérieur d’une matrice paysagère largement dominée par l’agriculture intensive (grandes cultures céréalières de la Beauce). L’objectif du programme de recherche « Connect-Eure », financé par le LabEx DynamiTe (ANR-11-LABX-0046), est de révéler ces patrimoines historique et écologique entrelacés autour du Canal Louis XIV, par le biais d’une méthodologie innovante incluant l’utilisation de techniques d’imagerie HD aéroportée par drone (LiDAR, photogrammétrie), d’ADN environnemental pour un inventaire inédit des amphibiens des mares, et de modélisation des connectivités écologiques par la théorie des graphes. Projet interdisciplinaire au croisement de la géographie, de l’archéologie et de l’écologie du paysage, le programme associe étroitement scientifiques et universitaires, associations naturalistes et d’histoire locale, collectivités territoriales et entreprises privées. La présente communication vise à présenter les premiers résultats du programme de recherche démarré en janvier 2022 (e.g., évaluer la contribution de ce réseau de mares à la biodiversité actuelle), et à discuter du rôle particulier de ces mares dans la révélation d’un patrimoine historique et écologique méconnu ou négligé.

 



Citer ce billet
ValEuRT (2022, 21 octobre). Colloque international – Laon – “Les mares, un patrimoine naturel construit, un patrimoine culturel négligé” Bienvenue en Vallée de l'Eure. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5t3

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search