PArTaGe – Rapport projet RnMSH-HumaNum 2020

♦ Présentation générale du projet

Le projet de plateforme PArTaGe (Plateforme Archéologie, Territoires, Géographie), lancé en 2019 dans le cadre de l’AAP « Projets interdisciplinaires 2018-2019 », vise à mettre en place un outil Web-SIG spécifique, destiné non seulement à centraliser la collecte des données archéologiques recueillis au sein de la vallée moyenne de l’Eure, à l’ouest du Bassin parisien, mais aussi à aider à la caractérisation et à l’analyse prédictive de l’espace étudié en termes à la fois de dynamique d’occupation du sol sur le temps long et de projet d’aménagement actuel du territoire. Le contexte de faible documentation dans lequel le secteur s’inscrit a amené en effet à placer l’étude archéologique au sein d’une approche géomorphologique afin d’intégrer, dans une lecture prospective des données, les variables issues des contraintes géologiques et climatiques ainsi que des impacts des activités humaines sur l’évolution des paysages.

♦ Objectifs atteints du projet

Les deux années allouées au lancement du projet de plateforme ont permis de créer une première version d’un outil collaboratif en ligne. Celui-ci se présente comme un ensemble organisé de dispositifs permettant l’abstraction, l’affichage, l’acquisition, l’archivage et l’analyse de données qui se répartissent en parallèle entre les deux principaux canaux identifiés :

  • la documentation archéologique issue des bases de données des Services archéologiques régionaux, de la base nationale Patriarche, de données historiques, de prospections pédestres ou encore de la télédétection ;
  • la documentation liée aux sciences de la Terre (géologie, géomorphologie, topographie…) issue des sources mises à disposition par les établissements publics (IGN, BRGM) et levés de terrain (sondages, mesures de résistivité, LiDAR…).

Au sein de cette configuration primaire, les types de données ont été structurés de manière à être interopérables et facilement interrogeables en fonction des besoins et objectifs de chacun. Pour ce faire, l’information susceptible d’être collectée suit un format d’organisation spatiale (géoréférencement) sous trois grands volets interconnectés : géomorphologique, archéologique, chronologique, qui se répartissent entre données brutes, traitement des données, interprétation et modélisation. L’établissement d’une stratégie d’acquisition des données y est étroitement associé à l’aide de fiches d’enregistrement différenciées établies pour chacun des domaines concernés. En l’état, le prototype est opérationnel au sein de l’équipe-projet.

♦ Synthèse des principaux résultats

Résultat majeur du projet, l’outil collaboratif tel qu’il a été élaboré constitue en soi une validation de principe. Son caractère exploratoire a en effet nécessité en premier lieu une démarche réflexive – théorique, conceptuelle et méthodologique – avec une équipe dédiée sur la formalisation du processus de production d’information acquise à l’interface entre les Sciences de la Terre, de l’Environnement et de la Société. Cette approche a donné lieu à la réalisation d’un Modèle conceptuel de données (MCD) qui, s’il s’est fondé sur l’expérience des plateformes qui se développent par ailleurs – Chronocarto (ENS/AOrOc) ou au sein d’ArchéoFab (ArScAn) –, a dû s’en écarter quelque peu pour répondre aux besoins spécifiques du programme de recherche. L’organisation d’un MCD n’a pas eu vocation à dicter une forme structurelle des données : elle visait en l’occurrence, en raison notamment de l’état lacunaire de la documentation et de son imprécision relative, à mettre en exergue l’absolue nécessité d’une approche intégrée et d’une organisation originale des données. Cette nécessité s’est traduite par la mise en place d’un système de gestion de plusieurs bases de données descriptives [SGBD] – géologie et géomorphologie, archéologie, topographie, analyses spécifiques – dont les dénominateurs communs – le temps et l’espace, quelles que soient leurs résolutions – permettent de les faire dialoguer entre elles sur la base d’un SIG.

La mise en commun de la documentation pluridisciplinaire a par ailleurs démontré l’intérêt de croiser les composantes archéologique et géomorphologique dans un processus d’évaluation numérique en vue de mesurer le potentiel géoarchéologique des sites. Elle a ainsi permis d’intégrer deux approches en apparence antinomique :

  1. l’approche taphonomique – en tant qu’observation de la relation entre localisation des restes observés de nature anthropique et phénomènes naturels en cause dans leur accumulation ;
  2. l’approche régressive et les processus de résilience – en tant que capacité d’un système (de nature anthropique ou écologique) à absorber une perturbation et à retrouver ses fonctions à la suite de cette perturbation dont il conserve en partie la trace.

Cette mise en commun a également fait émerger l’existence d’une grande diversité de « géoarchéosites » – paléogéographiques, bâtis, miniers, carriers – qui illustrent les interactions sociétés anciennes/environnement à l’échelle des temps quaternaires et historiques. Défini par l’unité de lieu à valeur géomorphologique et archéologique, le « géoarchéosite » l’est également par la somme scientifiquement articulée mais spatialement disjointe de témoins matériels archéologiques et d’objets géo(morpho)logiques. L’approche permet ainsi de reconnaître les relations chronologiques et/ou fonctionnelles entre divers sites et de replacer, à plus large échelle, des lieux d’intérêt ponctuel dans un « réseau » d’agencement des territoires anciens afin de les rendre plus intelligibles

♦ Valorisation et transfert des résultats du projet

En mettant en dialogue à part égale archéologie et géomorphologie, l’outil collaboratif tel qu’il a été élaboré ouvre la voie à une approche novatrice en termes d’analyses de l’évolution de l’environnement en interaction avec les actions humaines passées, actuelles et futures. Sa mise en valeur passe par celle des premiers résultats obtenus présentés lors de manifestations scientifiques telles que l’AG de la Europe Geoscience Union (EGU, avril 2021), l’Association nationale pour l’archéologie territoriale (ANACT, septembre 2021), ou encore la Commission du Patrimoine géomorphologique (CPG, décembre 2021). Dans la suite de ces interventions, un inventaire cartographique des géoarchéosites en moyenne vallée de l’Eure a été publié en ligne au sein de l’Atlas numérique collaboratif de la mégarégion parisienne (Umr IDEES / Université de Rouen – 2021), qui a vocation à sensibiliser chercheurs, collectivités territoriales, habitants à la valorisation du patrimoine géoarchéologique en termes de composante active de l’évolution de l’environnement à venir.

♦ Structuration des communautés scientifiques

En se positionnant à l’interface entre les Sciences de la Terre, de l’Environnement et de la Société, le projet ouvre tout naturellement sur une dimension interdisciplinaire et pluri-institutionnelle (universités, Cnrs, Inrap, EnSg, Services départementaux), intégrant archéologues et historiens, géographes, géologues et environnementalistes, voire sociologues et, à moyens termes, juristes et aménageurs dans le cadre des problématiques actuelles du développement du territoire. Il repose également sur l’utilisation, la validation et/ou la création de nouveaux outils d’investigation non-invasifs, issus de la géophysique. Enfin, en tant que plateforme numérique, il s’appuie sur la participation active des sciences informatiques par l’intermédiaire d’une école spécialisée.

♦ Plus-value du soutien financier et humain apporté par le RnMSH

Dans ce cadre particulier, le RnMSH a joué un rôle important en approuvant le projet et en lui apportant un soutien financier qui a permis de réunir une équipe dédiée et d’assurer les interventions nécessaires sur le terrain en vue de tester et valider la formalisation du processus de production d’information – par l’utilisation d’outils classiques d’investigation (géophysiques, géoradar) associées à de nouvelles technologies (notamment capteurs montés sous drone : LiDAR pour les paléoreliefs, photographiques pour la photogrammétrie, thermiques pour les signatures géophysiques, etc.). L’outil quant à lui est hébergé par la TGIR Huma-Num où il dispose d’un espace dédié dans Sharedocs. Cet espace assure l’accès direct à distance et un environnement pérenne à l’ensemble des données produites ainsi qu’à la plateforme, dans sa première version sous PostGIS, qui la rend opérationnelle au sein de l’équipe projet pluridisciplinaire.

♦ Suite envisagée du projet

Validée au sein de l’équipe-projet, la plateforme a vocation à être déployée sous la forme d’un outil d’acquisition et d’analyse de la documentation au sein d’un Web-SIG accessible à tous – chercheurs, collectivités territoriales, aménageurs, habitants. L’objectif est en effet de valider une approche et un outil d’aide à la décision par la construction de modèles prédictifs en assurant un dialogue entre archéologie, géomorphologie et aménagement actuel du territoire. Cette plateforme a vocation également à intégrer un volet expérimental en Sciences participatives dans l’objectif d’engager une dynamique interactive avec la société et la fabrique d’un « commun » numérique territorial dans un principe d’OpenAccess et de FaiR Data [données Faciles à trouver, Accessibles, Interopérables et Réutilisables].

Un partenariat avec une École de concepteurs et développeurs d’applications doit permettre de déployer des solutions OpenSource. Au-delà de la création d’un outil numérique dédié, ce partenariat offre une matière pédagogique pour le développement et le traitement de l’outil considéré, avec de nouveaux besoins (transposables en termes d’outil), de nouvelles technologies et de nouveaux intervenants. L’objectif général est également d’assurer la pérennité et la sécurité de la donnée par un hébergement sur Nakala (TGIR Huma-Num).

Pour assurer une visibilité absolue des données, trois interfaces sont d’ores et déjà prévues, l’une publique – et ouverte – l’autre privée – d’enregistrement et de validation –, la troisième intermédiaire, dédiée aux collaborateurs et acteurs « non-scientifiques-professionnels » en leur offrant un espace relais de partage.



Citer ce billet
Fabienne Dugast (2022, 18 juillet). PArTaGe – Rapport projet RnMSH-HumaNum 2020. Bienvenue en Vallée de l'Eure. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/v5sv

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search