Journées des Jeunes Géomorphologues – 23-25 juin 2022

Session 2 : Géoarchéologie, Géopatrimoine, Géohéritage

• 23 juin 2022 : 16h30

– Th. Piau  avec Fr. Bétard & F. Dugast
(Umr 8586 PRODIG, Université Paris Cité  |  Umr 8167 Orient & Méditerranée, CNRS)

Approche géoarchéologique de la vallée moyenne de l’Eure (Bassin de Paris, France) : jalons pour une reconstitution croisée des paléoenvironnements et des occupations humaines au cours de l’Holocène moyen et récent

– La Rochelle Université –
Pole Communication, Multimédia et Réseaux
(Amphithéâtre Michel Crépeau, 44 Av. Albert Einstein)

Résumé

Inscrite au sein de la partie occidentale du Bassin parisien, la vallée de l’Eure est un secteur encore assez peu étudié sur le plan paléoenvironnemental, (géo)archéologique et historique, notamment sa portion médiane. Son statut majoritairement agricole, qui ne donne lieu qu’à très peu de projets d’aménagement et par conséquent d’opérations archéologiques préventives, est propice à engager une réflexion exploratoire sur les moyens à mettre en œuvre en termes d’efficacité et de pertinence pour pallier la discontinuité et le fractionnement de la donnée toutes périodes et disciplines confondues.

La communication orale présentera les résultats des investigations qui ont été menées à des échelles spatiales complémentaires dans une perspective géoarchéologique : (1) analyse cartographique et géomatique pour proposer un premier modèle théorique de l’occupation historique du sol ; (2) cartographie géomorphologique pour établir un zonage des potentialités géoarchéologiques et paléoenvironnementales et évaluer les biais taphonomiques dans la distribution actuelle des gisements archéologiques ; (3) prospections géophysiques (Tomographie de résistivité électrique, Géoradar) et sondages sédimentaires pour une reconstitution de l’architecture des remblaiements alluviaux au voisinage des sites archéologiques en fond de vallée et dans les sous-bassins versants ; (4) télédétection à l’aide de capteurs montés sous drone (photogrammétrie, LiDAR, thermique) et analyse des nuages de points pour une restitution microtopographique de certains secteurs (géo)archéologiques clés.

Les premiers résultats indiquent une métamorphose synchrone du continuum fluvial qui semble s’opérer à la charnière entre le Néolithique récent et le Bronze ancien. Les chenaux de l’Eure sont déconnectés de l’axe d’écoulement fluvial principal et sont progressivement remblayés par une sédimentation détritique, témoignant d’une importante érosion des sols dans le bassin-versant à cette période. Une sédimentation tourbeuse perdure localement entre l’âge du Bronze et le Haut Moyen Âge à la faveur d’« effets de site ». Dans les sous-bassins de rive droite de l’Eure, largement ouverts dans les séries tertiaires, une nouvelle phase (plus récente) d’atterrissement limoneux est détectée à partir du Bas Moyen-Âge, possiblement liée à une recrudescence de l’érosion des sols sous l’effet d’importants défrichements sur les plateaux. Bien que les limites de certaines méthodes d’investigation soient soulignées, elles permettent d’ouvrir sur des perspectives nouvelles d’intégration des recherches géomorphologiques et archéologiques dans une optique programmatique et non nécessairement préventive.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search