Flyers

 

« Vallée de l’Eure : une rivière, des territoires »
–  Projet de recherche – Umr 8167 Orient & Méditerranée | LabEx ReSMed – 2016

  

Hi certo anni tempore in finibus Carnutum […]
considunt in loco consecrato…
[César, De Bello Gallico VI,13]

♦ Une rivière, de multiple projets

La vallée de l’Eure constitue le point de départ d’une recherche sur l’interaction entre l’homme et son milieu da ns le cadre d’un bassin versant et sur le long terme.

L’objectif est d’établir un modèle de peuplement en lien avec la géodynamique de la vallée et de le confronter à d’autres cas similaires.

♦ Nos partenaires
Différents acteurs et intervenants contribuent à ce programme. Ces soutiens se traduisent notamment lors d’opérations de terrain (prospections, analyses et relevés). Ils apportent une aide logistique, scientifique et humaine :

  • Sorbonne Université • UFR histoire de l’art et archéologie
  • Université de Rouen • UFR histoire de l’art et archéologie
  • Université Paris Diderot • Laboratoire PRODIG
  • Université Pierre & Marie Curie • Laboratoire METIS
  • Plateforme Plemo3D • Centre Chastel, SU
  • Inrap
  • Drac-SRA • Centre-Val de Loire / Normandie / Île-de-France
  • Services archéologiques départementaux • CG 28, 27, 78
  • Associations • SHADT / Patrimoine Saint-Piat / Archéo27 / ArPEnTer / AirD’Eco drones

♦ Participations et restitutions

Ce programme fédère et offre un cadre de recherche aux chercheurs, archéologues, étudiants impliqués. Il a vocation à générer des synergies sur un territoire méconnu de la Gaule et à faire connaître les récents développements de la recherche sur le thème de l’occupation du sol et des dynamiques de peuplement, dans le cadre de conférences et de publications scientifiques.

 

♦ Des lieux de culte antiques, marqueurs du paysage

Sanctuaire rural de Bennecourt (© SADY)

Les sanctuaires carnutes…

La cité des Carnutes aurait, à la lecture des auteurs anciens, tenu un rôle important en Gaule sur le plan religieux. Ces témoignages n’ont été jusqu’à présent corroborés par aucune recherche archéologique. L’ancienne cité reste à ce jour peu documentée.

L’approche géographique du domaine sacré apparaît dans ce cadre comme un axe d’investigation primordial et nécessaire pour mieux comprendre l’organisation de ces territoires, notamment à travers la répartition des lieux de culte.

Un premier récolement des informations disponibles sur une longue période chronologique, de la proto-histoire jusqu’au Moyen Âge, a permis de faire un état des lieux de la documentation archéologique.

L’intensification de la recherche apportera une meilleure reconnaissance de cette dynamique spatiale. Elle pourra être perçue diachroniquement, révélant ainsi le rôle et l’évolution des pratiques religieuses par l’étude des structures subsistantes. Celles-ci doivent être étudiées en tenant compte non seulement de leur environnement géographique et du contexte historique (sous les aspects administratifs et structurels), mais aussi du cadre de la vie quotidienne, civique, sociale, commerciale.

…et le projet « Vallée de l’Eure »

La vallée de l’Eure offre une cohérence géographique et topographique liée à un système hydraulique complexe et diversifié. Ce réseau a supporté au cours du temps plusieurs « entités territoriales » qui ouvrent sur autant d’axes de recherches diachroniques et thématiques.

Cet important potentiel archéologique encore inexploité justifie aujourd’hui le développement d’un ambitieux programme de recherche transdisciplinaire.

♦ Une approche transdisciplinaire…

Les thématiques sont abordées de façon diachronique. Elles sont transdisciplinaires, à la croisée de différentes approches. Elles concernent notamment la géographie, l’histoire, l’histoire de l’art, l’archéologie.

Thématiques abordées :

  • Géomorphologie de la vallée
  • Structuration du territoire et tissu de peuplements aux différentes périodes
  • Dynamique d’occupation et construction des paysages
  • Production, diffusion et réseaux d’échanges
  • Lieux de culte, croyances, pratiques funéraires
  • Architecture privée et monumentale

… pour la constitution d’une documentation de qualité

L’hétérogénéité des sources, pour la plupart inédites, mérite d’être réexaminées, confrontées, complétées par des recherches de terrain (prospections, sondages, fouilles, relevés) à l’aide de méthodes et d’outils en phase avec le projet de recherche.

♦ Cadre logistique

Fanum de Guainville en vallée de l’Eure (© Archéo27)

L’investigation des gisements s’effectue à l’aide d’un géoréférencement tel que les technologies actuelles d’acquisition, de stockage, de traitement et de diffusion des données le permettent. L’archéomatique donne la possibilité de confronter les données, de réaliser une analyse spatiale et de la traduire : elle est une aide à la compréhension des phénomènes identifiés, aux tests d’hypothèses et à l’interprétation.

Les outils d’investigation :

  • imagerie numérique, capteurs sous drone
  • traitement d’images, modélisation, infographie
  • traitement du mobilier, archéométrie
  • analyses paléoenvironnementales
  • enregistrement des données (SGBD)
  • traitement cartographique et géomatique (SIG)

Vous aimerez aussi...