Contribution des vestiges du Canal Louis XIV aux continuités écologiques actuelles et passées

Éléments du projet Connect-Eure (2021)

Projet LabEx DynamiTe –
♦ Porteurs du projet :
François Bétard (PRODIG)
Clélia Bilodeau (Ladyss)

Le projet « Connect-Eure » (Contribution des vestiges du Canal Louis XIV aux continuités écologiques actuelles et passées – 2021-2023) vise à étudier la contribution des vestiges du Canal Louis XIV (Eure-et-Loir) à la biodiversité et aux continuités écologiques actuelles et passées. Ce programme de recherche, piloté par François Bétard (Université Paris-Cité, Umr Prodig) et Clélia Bilodeau (Université Paris-Cité, Umr Ladyss), bénéficie du soutien financier du LabEx DynamiTe (ANR-11-LABX-0046) dans le cadre du programme « Investissements d’Avenir ». Il s’inscrit aussi dans le cadre plus large des recherches géoarchéologiques et environnementales sur la vallée de l’Eure.

♦ Contexte de la recherche

Le Canal de l’Eure, ou Canal Louis XIV, est un ouvrage hydraulique inachevé (1685-1694) qui était destiné à compléter l’alimentation en eau des fontaines du château de Versailles, grâce au captage d’une partie des eaux de l’Eure près de Pontgouin, à l’ouest de Chartres (Eure-et-Loir). Plus de trois siècles après l’abandon des travaux, de nombreux vestiges de ce canal sont encore visibles grâce à leur inscription géomorphologique et paysagère : reliefs en creux (i.e., vestiges du canal lui-même) et reliefs en saillie (i.e., remblais et « terrasses ») s’ajoutent aux ouvrages d’art – dont le célèbre Aqueduc de Maintenon – pour reconstituer le tracé de ce canal long de 80 km (fig. 1). L’empreinte humaine laissée sur le milieu est considérable, que ce soit au niveau du relief, des sols ou de l’hydrologie, ce qui a conduit à une modification profonde des écosystèmes. Avec de larges portions laissées en libre évolution après son abandon par l’Homme (cas des remblais et du sommet de l’aqueduc), le Canal Louis XIV apparaît ainsi comme un remarquable exemple de nature férale qui reste à étudier sur un plan spatial et temporel. Deux types de continuités écologiques, partiellement superposés, peuvent être distingués en relation directe avec les vestiges du Canal Louis XIV :

1 – Tracé du Canal Louis XIV et localisation de la zone d’étude (=Terrasses et Aqueduc de Maintenon)

  • une « trame verte » liée à la recolonisation végétale des vestiges du canal (boisements spontanés des « terrasses », fruticées inexplorées du sommet de l’aqueduc de Maintenon) au sein d’une matrice paysagère à dominante agricole ;
  • une « trame bleue » associée au réseau de mares et de zones humides situées dans l’emprise du canal (mares forestières situées de part et d’autre des « terrasses », portions encore en eau du canal).

Si la dimension historique et archéologique du canal est relativement bien connue et a fait l’objet de valorisations diverses (scientifiques et patrimoniales) auprès d’un large public, la dimension écologique demeure peu étudiée et n’est actuellement pas ou peu prise en compte dans les documents de planification régionale sur la Trame Verte et Bleue (TVB). Le projet revêt ainsi à la fois un enjeu de connaissance – trajectoire écopaysagère du canal depuis trois siècles et sa contribution à la biodiversité actuelle – et un enjeu sociétal débouchant sur une recherche opérationnelle, afin de mieux prendre en compte ces vestiges en tant qu’éléments participant – positivement ou non – aux continuités écologiques actuelles (gestion de la TVB).

Dans le cadre de ce projet exploratoire, la zone d’étude retenue se limitera au secteur des « Terrasses » et de l’aqueduc de Maintenon (fig. 1), soit une superficie de 118 km². Les nombreux vestiges et les continuités écologiques observées empirement sur cet espace en feront un « laboratoire de terrain » idéal pour tester nos hypothèses. Ce projet constituera donc un premier test pour, à l’issue des deux années, proposer un projet interdisciplinaire de plus grande envergure, dans lequel la méthodologie éprouvée pourra être appliquée à une échelle plus large (i.e. sur l’ensemble du linéaire du canal Louis XIV et à l’échelle du département de l’Eure-et-Loir).

2 – Architecture générale du projet et subdivision en Workpackages (WP) et en tâches

♦ Objectifs

L’objectif scientifique central du projet est d’évaluer, par le biais d’une modélisation spatiale, l’apport d’une infrastructure hydraulique abandonnée à la connectivité fonctionnelle en termes d’habitats disponibles pour les espèces cibles, de corridors facilitant leurs déplacements entre les habitats, ou au contraire de barrières limitant les déplacements. De façon sous-jacente, il s’agira de comparer nos résultats avec la TVB actuelle, telle qu’elle a été définie dans le SRCE (échelle régionale) et dans le plan vert de Chartres Métropole (échelle locale). En lien avec cet objectif principal, plusieurs sous-objectifs sont à atteindre, ce qui a conduit à scinder le projet en cinq Workpackages (WP) (fig. 2).

♦ Problématique et thématiques développées

Territorialement ancré et impliquant les acteurs locaux euréliens (collectivités territoriales, associations, entreprises spécialisées), le projet s’inscrit également dans un cadre interdisciplinaire, à l’interface entre archéologie, histoire, biogéographie et écologie du paysage. Seule une démarche intégratrice au croisement de ces différentes disciplines est en mesure de répondre aux objectifs visés plus haut, compte-tenu du caractère « hybride » des objets étudiés (vestiges du canal en tant qu’habitats et corridors pour la faune et la flore, nature férale, trajectoire historique et paysagère d’une friche hydraulique, etc.).

♦ Méthodologie

La méthodologie suit l’architecture générale définie pour le projet et son organisation en cinq WP, eux-mêmes subdivisés en plusieurs tâches (fig. 2) :

  • WP 1 : Caractérisation des milieux boisés: l’acquisition d’une orthophotographie haute résolution obtenue par drone (relevé effectué par la société AIRD’ECO-Drone, partenaire du projet) permettra, après traitement photogrammétrique, une caractérisation plus fine des peuplements végétaux du sommet de l’aqueduc de Maintenon (1 km de long), non accessible en prospection pédestre (tâche 1.1). En complément des données naturalistes mises à disposition par Eure-et-Loir Nature et par la DREAL (données du SINP), des inventaires floristiques et faunistiques de terrain (incluant la pose de pièges-photos) permettront de caractériser les boisements occupant les « Terrasses » de Maintenon, puis de sélectionner les espèces-cibles pour la modélisation de la sous-trame forestière (tâche 1.2).
  • WP 2 : Caractérisation des milieux humides : la cartographie complète des mares forestières situées dans l’emprise du canal sera réalisée à partir du traitement du signal des données LiDAR (relevé déjà effectué sur la partie ouest des « Terrasses » et mis à disposition par la société AIRD’ECO-Drone pour le projet) et sera complétée par croisement des données cartographiques et des prospections de terrain (tâche 2.1). L’une des innovations du projet sera le recours aux techniques de l’ADN environnemental (protocole VigiDNA®) afin d’identifier les espèces d’amphibiens vivant dans les mares forestières pour une meilleure calibration/validation du modèle (tâche 2.2).
  • WP 3 : Modélisation des réseaux écologiques actuels : celle-ci nécessitera d’abord de s’appuyer sur une cartographie fine de l’occupation du sol (<10 m) qui sera réalisée à partir de l’assemblage de données existantes (carte OSO du CESBIO, BDTopo de l’IGN) et de données récoltées dans le cadre de ce projet (tâche 3.1). La modélisation spatiale des réseaux écologiques, basée sur la théorie des graphes, se fera à l’aide du logiciel libre Graphab, aussi bien pour la sous-trame des milieux boisés (tâche 3.2) que pour celle des milieux humides (tâche 3.3). Les résultats des modélisations seront ensuite analysés, confrontés aux données d’inventaires faunistiques et comparés aux documents de planification existants (SRCE, plan vert de Chartres Métropole).
  • WP 4 : Analyse géohistorique : afin d’ajouter une profondeur temporelle à la dimension spatiale et comprendre la trajectoire écopaysagère du Canal Louis XIV depuis son abandon, il s’agira d’abord de constituer une base de données spatiales des documents historiques existants sur la zone d’étude (cartes de Cassini et d’Etat-Major, planches du cadastre napoléonien, etc.) (tâche 4.1). L’utilisation de ces documents historiques à différentes dates permettra non seulement de reconstituer l’évolution du couvert végétal et de l’occupation du sol depuis trois siècles (tâche 4.2), mais aussi de modéliser les continuités écologiques passées pour la sous-trame forestière par reproduction de la méthode utilisée pour les réseaux écologiques actuels (tâche 4.3).
  • WP 5 : Diffusion, valorisation, vulgarisation : la valorisation de la recherche se fera aussi bien sous forme d’articles dans des revues impactées (Landscape Ecology, Environmental Archaeology) et de communications dans des colloques (congrès EGU, IGU) (tâche 5.1) que par des actions de diffusion et de transfert en direction du grand public et des acteurs locaux (conférences grand public, valorisation des images/vidéos prises par drone pour une restitution vidéo en ligne) (tâche 5.2).

♦ Résultats attendus

Les résultats attendus (sur la zone d’étude retenue pour le projet) peuvent être résumés en 4 points :

  • Premier inventaire floristique « féral » du sommet de l’aqueduc de Maintenon par drone ;
  • Premier inventaire batracologique des mares, entièrement réalisé par traçage ADN environnemental ;
  • Cartes des réseaux écologiques du Canal Louis XIV pour les sous-trames « milieux boisés » et « milieux humides » et évaluation de leur apport pour la gestion de la Trame Verte et Bleue ;
  • Cartographie diachronique de l’occupation du sol sur trois siècles d’évolution du Canal Louis XIV.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search