Commission du Patrimoine géomorphologique – 11 décembre 2021

Séance thématique « Les temps du géopatrimoine »

– Th. Piau, F. Bétard & F. Dugast – « Les temps historiques et préhistoriques du géopatrimoine : une approche par les géoarchéosites en moyenne vallée de l’Eure (Bassin de Paris, France) »

 

Résumé

Le concept de « géoarchéosites » a été introduit en 2009 par E. Fouche & M. Rasse  en tant que « archaeological sites located within geomorphosites » (Fouache & Rasse 2009*) et par G. Lena pour définir «quei luoghi del paesaggio aventi alto interesse ambientale, antropico, storico- archeologico e paesaggistico, in cui la componente geologica e quella antropica ne siano le componenti fondamentali e abbiano la stessa importanza» (Lena 2009**).

Depuis 2009 en effet, les études de cas mobilisant de près ou de loin le concept de « géoarchéosite » abondent dans la littérature scientifique. Les directives méthodologiques élaborées à des fins de conservation et/ou de valorisation patrimoniale font néanmoins encore défaut. Les mesures de conservation/valorisation restent notamment rares dans le Bassin parisien : pour la plupart initiées à partir de 2007 suite à l’Inventaire National du Patrimoine Géologique (INPG), elles mettent peu en valeur la charge culturelle, archéologique et/ou historique au profit de la valeur géo(morpho)logique qui reste centrale. Il apparaît ainsi nécessaire de mener une réflexion sur le choix et la définition des critères d’évaluation de la composante archéologique de tels sites.

C’est à ce titre que nous proposons de donner au concept de « géoarchéosite » un sens plus large comme résultant de la contraction de sites « géo+archéologique». Ils se définissent ainsi prioritairement par l’unité de lieu particulièrement favorable à la compréhension des interactions sociétés anciennes/ environnement à l’échelle des temps quaternaires et/ou historiques ; les composantes archéologiques et géomorphologiques ont le même niveau d’importance dans le processus d’inventaire et d’évaluation ; ils supposent une imbrication des temporalités (géologiques, préhistoriques, historiques) à différentes échelles spatiales.

Un exemple d’application est proposé en moyenne vallée de l’Eure qui permet de distinguer 5 grandes catégories :

  • les coupes dans les formations superficielles quaternaires (alluvions, lœss, biefs à silex) recelant des vestiges préhistoriques (matériels lithiques, restes fauniques) ;
  • les sites défensifs d’âge protohistorique, antique et/ou médiéval (éperons barrés, mottes castrales, forts) en position géomorphologique dominante ;
  • les anciennes carrières d’extraction de matériaux à usage traditionnel ou historique (carrières de calcaire lutétien et de meulière, crayères, marnières) ;
  • les grottes calcaires et abris sous roche sur les rebords de plateau et les versants ;
  • les sites archéologiques d’âges variés situés en fond de vallée, plus ou moins articulés avec des systèmes de chenaux fluviatiles (sanctuaires, enclos fossoyés, moulins).

Nous proposons également d’adapter la notion de « disconnected geomorphosite » (Reynard 2004*** & 2009****), défini comme la somme scientifiquement articulée mais spatialement disjointe de témoins matériels archéologiques et d’objets géo(morpho)logiques. En ce sens, il s’agit de reconnaître les relations chronologiques et/ou fonctionnelles qui contribuent à rehausser la valeur scientifique globale du géoarchéosite, et de replacer, à plus large échelle, des lieux d’intérêt ponctuel dans un « réseau » d’agencement des territoires anciens afin de les rendre plus intelligibles.

____________

* E. Fouche & M. Rasse – « Archaeology, geoarchaeology and geomorphosite management: towards a typology of geoarchaeosites », dans E. Reynard, P. Coratza, G. Regolini-Bissig (dir.), Geomorphosites, Pfeil, Münich, p. 213–223.

** G. Lena  – « Geositi e archeologia », Geologia dell’ambiente 2, p. 7-10.

*** E. Reynard – « Geosites », dans A. Goudie (dir.), Encyclopedia of Geomorphology. Routledge, Londres, p. 440.

**** E. Reynard – « Geomorphosites: definitions and characteristics », dans  E. Reynard, P. Coratza, G. Regolini-Bissig (dir.), Geomorphosites, Verlag Dr. Friedrich Pfeil, Munnich, p. 9-20.

 

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search