P Ribbe – H Deconinck – Rapport de Projet tutoré 2021

Paulin Ribbe & Hippolyte Deconinck

Constitution d’une base de données spatiale en géoarchéologie

– Projet tutoré  – L3 Pro MPGE – option 1 (ENSG / Univ. Paris I)

♦ durée du projet : 15 mars-10 mai 2021 ♦ soutenu le 11 mai 2021

 

Résumé

Ce travail a été effectué dans le cadre de la licence professionnelle “Métiers de la Protection et de la Gestion de l’Environnement” dispensée à l’ENSG et Paris 1. Il a été encadré par l’équipe du projet ValEuRT  et de sa plateforme collaborative.

Ce projet avait pour objectif de donner une compréhension des évolutions et des interactions des différents types d’occupation sur l’ensemble du bassin versant de l’Eure, à travers les différentes époques. Au sein de ce projet, notre objectif a été de constituer une base de données à partir des données géomorphologiques et archéologiques acquises sur le terrain. Ce travail a impliqué en amont des analyses de données rasters.

L’équipe qui nous a accompagné était constituée de :
-Fabienne Dugast, archéologue, Cnrs, Umr O&M
-Caroline Font, archéologue spécialiste SIG, Inrap
-Sylvain Rassat, géomaticien, Cnrs
-Théophile Piau, doctorant en géographie-archéologie, Université de Paris
-Pierre Mollard, stagiaire Master archéologie, Sorbonne Université
-François Bétard, géographe, Université de Paris, Umr PRODIG

 

1/ Traitement des MNT

En amont de la création de la base de données, la première partie de notre travail s’est concentrée sur le traitement des données raster liées à la zone d’étude, qui allaient ensuite être intégrées dans la base. Il nous a donc fallu les télécharger puis leur appliquer différents traitements afin que ces dernières puissent être utilisables dans la future base de données. Ces traitements ont aussi permis de mieux préciser les caractéristiques de la zone d’étude (ses reliefs, ses orientations…) dans le cadre des recherches menées et pour de futures prospections.

Schéma et attributs geomorphon

  • Découpage et traitements FME
  • Détermination des types de relief à partir des rasters
  • Utilisation du module Geomorphon
  • Calcul de l’exposition des versants
  • Traitement : redressement de la plaine alluviale de l’Eure

Types de reliefs

Exposition des versants

Comparaison raster – fichier TIN

 

B/ Mise en place de la base de données

Le projet ValEuRT vise à étudier et documenter les paléoenvironnements et l’occupation du bassin versant de l’Eure depuis la préhistoire. L’originalité de ce projet réside dans son approche méthodologique : au lieu de déterminer des caractéristiques géomorphologiques pour enrichir l’analyse de terrains possédant déjà des vestiges archéologiques, la démarche est ici inversée : le but est de mobiliser les données géomorphologiques pour définir des zones de fort potentiel archéologique et donc définir de nouvelles zones de prospection. Cette méthodologie s’incarne dans la création d’une base de données permettant de faire des traitements et des recherches à l’aide du langage SQL, de croiser les données acquises (issues de plusieurs disciplines), ainsi que de connecter facilement cette base à un logiciel SIG comme QGis.

Diagramme de cas d’utilisation de la base de données

Dans ce contexte, la seconde partie de notre travail a consisté à mettre en œuvre cette base de données collaborative, intégrant plusieurs étapes :

 

  • rédaction d’un modèle de cas d’utilisation
  • compréhension de la nature et de l’organisation des données
  • élaboration d’un modèle conceptuel
  • création de la base

Visualisation de l’entité ‘Sondage’ sur QGIS

Sondages à la tarière, description du log sur papier millimétré & coupe transversale, 20/04/21 à Garennes-sur-Eure

C/ Bilan

La création de la base de données a été une étape cruciale. L’enjeu principal de ce travail était de comprendre les données utilisées sur le projet et leurs traitements, afin de les décrire dans un modèle conceptuel. Ces données étant pluridisciplinaires et souvent hors de nos compétences (notamment pour certaines données issues de traitements géomorphologiques et pour les données archéologiques), nous avons multiplié les échanges avec l’équipe pour mieux les comprendre. Dans ce cadre, nous avons été invités à passer une semaine sur le terrain afin de comprendre in situ la nature de ces données et leurs relations. Nous remercions vivement les membres de l’équipe pour le temps qu’ils ont pris avec nous pour nous expliquer tous ces processus.
A travers ce travail, nous avons pu observer toutes les étapes de formalisation d’une base de données, et les échanges collectifs nécessaires à sa conceptualisation. Par ailleurs, nous avons pu expérimenter la création de la base via QGIS.

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search