– Patricia Roger – IRAMAT (Orléans)

  • PatriciaRoger1a
  • PatriciaRoger1b
  • PatriciaRoger1c
  • PatriciaRoger1d
  • PatriciaRoger1e
  • PatriciaRoger1f

Au fil des études : l’exploration des sources de la couleur dans les manuscrits

Séminaire TechnicoTop 2020-2021 • Techniques émergentes appliquées au monde de la recherche en histoire et archéologie

Résumé

L’étude d’un manuscrit constitue un ensemble d’objets de recherche, qui ne se limitent pas à son contenu et à son contexte historique mais concernent également sa matérialité, comme les pigments et les encres. Celle-ci met en œuvre des méthodes d’observation et d’analyse non destructrices, dans le respect de l’intégrité des objets et de leur conservation : la stéréo-microscopie, la spectométrie d’absorption en réflexion diffuse sous fibre optique (FOARS), la spectrométrie de fluorescence X(XFR).

Ces analyses se basent sur un référentiel – ou courbes de références – établi à partir de différents types de pigments et de leurs modifications en fonction des supports sur lesquels ils ont été appliqués mais aussi de leurs composantes. Trois spectres ont par exemple pu être établis pour trois pigments bleu : le lapis-lazuli (aluminosilicate de sodium polysulfuré), l’azurite (carbonate de cuivre), l’indigo (indigonite et indirubine).

Ce type d’analyses concerne aussi bien des sites du paléolithique que des manuscrits et des enluminures – comme ceux de l’abbaye de Fleury (VIIIe-XIIIe siècles) ou encore et dans le monde arabe, les corans (celui de Gwailor et celui de Muley Zaidan), caractérisés par un choix binaire bleu/doré, mais où le bleu de smalt (ou cobalt) n’est pas naturel. Les analyses effectuées sur des manuscrits carolingiens ont permis de façon similaire de retrouver la composition de la couleur pourpre : la cochenille (connu dans l’Occident médiéval sous le nom d’écarlate), l’orseille de terre (notamment rocella tinctoria connue depuis l’Antiquité d’après Pline) et de mer (lasallia pustula), le folium (chrozophora tinctoria) cité dans les textes médiévaux…, jusqu’à permettre de reconstituer le procédé de fabrication de la teinture.

 

  • pour en savoir plus sur les travaux de Patricia

 

♦ Pour citer cette communication :

Patricia Roger, « Au fil des études : l’exploration des sources de la couleur dans les manuscrits », TechnicoTop. Techniques émergentes appliquées au monde de la recherche en histoire et archéologie, séminaire organisé par A. Charpentier, F. Dugast, J. Masquelier-Loorius, E. Neri (Umr Orient & Méditerranée) et présenté en visioconférence, 7 mai 2021.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search