– Jérémie Schiettecatte – O&M (Umr 8167)

  • Jeremie1
  • Jeremie2
  • Jeremie3
  • Jeremie4
  • Jeremie5

Le SIG à l’échelle régionale : un outil pour l’étude des dynamiques de peuplement, culturelles et linguistiques sur le temps long à partir d’études de cas arabique

Séminaire TechnicoTop 2020-2021 • Techniques émergentes appliquées au monde de la recherche en histoire et archéologie

Résumé

Le SIG (Système d’information géographique) est un outil aujourd’hui largement utilisé en archéologie et notamment dans l’approche des territoires. Il rassemble un ensemble de méthodes, d’instruments et de données à référence spatiale utilisés pour saisir, conserver, cartographier, analyser et simuler les phénomènes et les processus distribués dans l’espace géographique. Le découpage en une série de couches cartographiques dynamiques – de type raster (images satellitaires, modèles numériques de terrain…) ou vecteur (voies, villes, frontières représentées sous la forme de points, lignes ou polygones) – qui se superposent les unes aux autres selon une hiérarchie définie, permet non seulement l’archivage des données mais surtout leur exposition à l’aide de requêtes, d’analyses, voire de modélisations.

Accompagné d’un système de gestion de bases de données, le SIG permet d’exposer un phénomène ou une tendance géographique en filtrant les données et en jouant sur l’expression visuelle de l’information. Il permet ainsi de générer des cartographies thématiques en attribuant à un tableau de données une représentation spécifique à l’aide de la variation des couleurs ou de plages de valeurs. A ce titre, le SIG constitue une aide précieuse pour toute analyse des dynamiques de peuplement, culturelle et linguistiques sur le temps long. Les prospections archéologiques au sol menées en Éthiopie sur le plateau du Tigray ont ainsi permis de mieux saisir l’évolution de l’économie et du mode de vie d’un secteur périphérique, entre le 8e siècle avant notre ère et le 12e siècle de notre ère. Celles menées en Arabie dans l’oasis d’al-Khajr ont permis de mieux appréhender le déploiement des structures funéraires dans l’espace défini. Enfin, le SIG permet de produire des schémas théoriques d’organisation d’un territoire et, par l’analyse des écarts au modèle, de valider ou invalider ce dernier en mettant en avant des phénomènes locaux et/ou atypiques.

 

  • pour en savoir plus sur les travaux de Jérémie

 

♦ Pour citer cette communication :

Jérémie Schiettecatte, « Le SIG à l’échelle régionale : un outil pour l’étude des dynamiques de peuplement, culturelles et linguistiques sur le temps long à partir d’études de cas arabique », TechnicoTop. Techniques émergentes appliquées au monde de la recherche en histoire et archéologie, séminaire organisé par A. Charpentier, F. Dugast, J. Masquelier-Loorius, E. Neri (Umr Orient & Méditerranée) et présenté en visioconférence, 9 avril 2021.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search