PCR ValEuRT – Rapport d’opérations 2020

PCR « Vallée de l’Eure : une rivière, des territoires »↵
– Rapport d’opérations 2020 –

Fabienne Dugast, François Bétard, Caroline Font, Théophile Piau
avec la collaboration de Gilles Arnaud-Fassetta, Grégory Chaumet, Bruno Desachy,
Max Laromanière, Isabelle Le Tellier, Sylvain Rassat, Vincent Viel, Clément Virmoux, Lydia Yacine

♦ Attendus scientifiques

L’année 2020 visait dans ce cadre à compléter l’analyse géomorphologique amorcée en 2019 par une modélisation des paléoreliefs de la moyenne vallée et à établir l’évolution diachronique du tracé en plan du réseau hydrographique et des liens spatiaux et temporels entre les niveaux de terrasses cartographiés et les vestiges archéologiques connus, dans une perspective taphonomique. L’objectif était de documenter et de dater les jalons de l’histoire géomorphologique et paléoenvironnementale de l’Eure dans sa moyenne vallée en lien avec les différentes phases de l’occupation humaine et de les mettre en perspective avec celles obtenues plus en aval près de la confluence avec la Seine (Louviers, Incarville, Val-de-Reuil). À échelle plus locale, il était envisagé d’analyser la temporalité des dynamiques érosives et de quantifier la redistribution de sédiments au cours de l’Holocène au sein de deux sous-bassins – le Radon et la Vesgres. L’ensemble de ses approches devait être accompagné de vérifications au sol (prospections pédestres et analyses de mobilier) et de relevés ponctuels à l’aide de capteurs montés sous drone. Enfin, il était envisagé de mener une étude ciblée du contexte général d’implantation et d’abandon du sanctuaire de Bellevue, dans la plaine d’inondation de l’Eure, et de celui de Guainville sur le plateau du Mantois, tous deux d’époque romaine, et de mettre ces études en parallèles avec d’autres secteurs analogues du bassin versant de l’Eure (amont/aval).

♦ Attendus technologiques

L’année 2020 visait dans ce cadre à mettre à l’épreuve une démarche prospective à l’appui d’interventions non invasives sur le terrain, en s’appuyant sur une analyse de la représentativité des données selon leurs origines – géographiques, géologiques, géomorphologiques, archéologiques, historiques, environnementales… –, et à tester une approche régressive et évolutive des transformations (phénomènes de résilience, réappropriation…) à l’aide de référentiels et d’indicateurs pertinents.

♦ Circonstances des opérations année 2020

La situation sanitaire particulière due à la pandémie de COVID-19 qui sévit depuis début mars 2020 a quelque peu perturbé la conduite des opérations de terrain envisagées sur l’année 2020 et, par voie de conséquence, les objectifs attendus. Pour des questions de faisabilité incertaine, la stratégie d’acquisition de données a dû être partiellement redéfinie et certains volets abandonnés provisoirement pour être reportés sur l’année 2021, voire 2022. Les actions se sont tout naturellement concentrées sur l’étude des données primaires disponibles obtenues à l’aide de MNT à haute résolution (RGE Alti, relevés LiDAR). Cette approche a permis de délimiter et cartographier les divers niveaux de terrasses alluviales le long de la vallée de l’Eure, d’explorer une seconde zoneatelier sur la commune de Saussay au lieu-dit Croth (au sud), venant étayer la démarche réflexive engagée sur l’organisation et la structuration diachronique du réseau de peuplement dans la portion moyenne de l’Eure, enfin de reconnaître les géoarchéosites et les conditions de leur évolution en lien avec l’analyse de la structuration des territoires [Partie II]. À défaut de pouvoir développer sereinement une stratégie d’opérations de vérification sur le terrain et d’échantillonnages comme il était envisagé, les résultats issus des études cartographiques ont conduit à davantage développer la réflexion sur l’organisation d’un espace de travail virtuel
commun destiné à recevoir les jeux de données des différentes disciplines en présence – sciences historiques et sciences de la Terre – en vue de les faire dialoguer entre eux pour une meilleure appréhension des différents phénomènes interconnectés à observer [Partie III].

______________________________

Voir le rapport complet ici [Archive HAL-SHS]↵

______________________________

♦ Bilans et perspectives

La production de données primaires a été certes plus modeste que prévu en raison des contraintes sanitaires dues à la pandémie de Covid-19, mais le bilan 2020 s’avère tout de même positif et riche d’enseignements.

Les opérations menées durant l’année 2020 ont en effet permis de faire un point sur la documentation disponible concernant le système d’étagement des nappes alluviales de la vallée de l’Eure. Ce travail de recherche préparatoire doit permettre, à terme, de replacer dans un cadre chronostratigraphique robuste les gisements préhistoriques mis au jour jusqu’à présent.

Par ailleurs, la diversité des paléoformes fluviales tardiglaciaires et/ou holocènes préservées dans les terroirs alluviaux de la zone-atelier de Saussay invite à poursuivre les investigations de terrain en 2021 sur ce site. En complément de l’interprétation paléohydrographique du MNT RGE Alti 1 m de l’IGN, il conviendra de produire une cartographie géomorphologique détaillée du secteur au 1/25 000. La spatialisation des formes d’érosion fluviatiles et des formations d’accumulation permettra d’apporter des éléments de réponse sur le rôle d’un éventuel biais taphonomique dans la distribution actuelle des anomalies d’origine anthropique repérées par photointerprétation. Dans un deuxième temps, une campagne de prospection géophysique (tomographie de résistivité électrique) sera conduite afin de reconstituer la géométrie 2D des paléochenaux et de leurs remplissages sédimentaires. Dans un troisième temps, des carottages seront implantés dans le remblaiement des paléochenaux afin de préciser l’architecture et l’âge des unités sédimentaires préalablement individualisées sur les profils géophysiques. Des analyses sédimentologiques en laboratoire (granulométrie, paramètres texturaux et image CM) couplées à des datations radiocarbones (14C, Accelerated Mass Spectrometry) viendront étayer les observations texturales et structurales des unités sédimentaires sur le terrain. Ces données contribueront à caractériser les moments et les milieux de sédimentation fluviatile associés, et finalement préciser les conditions paléohydrologiques [Piau et al. 2019].

L’année 2021 devra également développer les réflexions et la mise en place d’un outil interdisciplinaire qui permettra de centraliser la collecte de données primaires aux différentes échelles d’observation en vue d’aider à la caractérisation et à l’analyse prédictive de l’espace étudié. Une équipe a été mise en place dans cette optique, en lien avec l’ENSG (École nationale des sciences géographiques), habituée de ce type de projet. L’un des enjeux majeurs de l’outil est d’une part d’intégrer la variable géologique et géomorphologique aux recherches archéologiques, d’autre part de faciliter la lecture et l’ajout de nouvelles informations aux données anciennes, de manière à mettre en lumière les déplacements, les ruptures et les continuités, témoins de l’évolution diachronique du secteur étudié sur le temps long. Il est également de structurer et de référencer les données pour qu’elles soient interrogeables facilement en fonction des besoins et objectifs de chacun. Cet outil se place également dans une démarche d’inventaire du patrimoine géoarchéologique qui viendra l’alimenter et
dont la finalité, à plus long terme, est la fabrique d’un « commun » numérique territorial.

S’il devrait permettre en amont d’évaluer le risque ou l’opportunité de rencontrer une occupation humaine à un instant T dans un espace S, un tel outil ne peut toutefois faire l’économie d’une validation in situ à l’aide de prospections pédestres ou de télédétecteurs montés sous drone eg. Ces opérations – nécessaires pour le bon déroulement du projet – sont envisagées sur les deux prochaines années, comme attendu : elles devront néanmoins suivre l’évolution des contraintes sanitaires en vigueur.

 

* * *

Le projet a reçu un avis favorable de la CTRA Ouest réunie les 21 et 22 avril 2020.

Son financement 2020 s’est appuyé sur le SRA-DRAC Normandie (PCR 2020-2022)
et sur l’Inrap (@gir 2020),

ainsi que sur les appels à projets

  • du DIM-MAP Ile-de-France, « Profils de stage » 2019 ;
  • du RnMSH-TGIR Huma-Num, « Approches qualitatives des données en SHS et humanités numériques » 2019-2020.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search