– Laurent Costa – ArScAn

  • Residences_LouisXI
  • Itinéraire_JeanII_CharlesV-VI
  • Sejours_PhilippeVI
  • Résidences_PhilippeVI
  • PhilippeVI

Les référentiels géohistoriques et leur mise en œuvre dans le cadre du Consortium Huma-num Paris Time Machine

Séminaire TechnicoTop 2020-2021 • Techniques émergentes appliquées au monde de la recherche en histoire et archéologie

Communication annulée

La thématique prévue lors de la séance du 5 mars 2021 devait tourner autour de l’optimisation des ressources numériques – ou optimisation numérique des ressources, que l’on a tendance à globaliser sous la dénomination Humanités numériques.

L’objectif était de présenter deux champs différents : l’archéologie – dont c’est l’essence depuis bien longtemps –, mais aussi l’histoire, moins souvent concerné par des développements « numériques ».

Si l’archéologie est très sensibilisée aux techniques d’enregistrement et de traitement de données – peut-être du fait qu’elle crée elle-même ses propres données brutes et doit distinguer entre les enregistrements systématiques (sur le terrain), qui doivent rester pérennes, et leur interprétation qui dépend de chacun et peut évoluer –, ce n’est pas vraiment le cas de l’histoire qui travaille sur des données d’archives existantes, accessibles à tous par définition.

La spatialisation de l’information (SIG) en particulier est de plus en plus considérée comme une composante majeure de la recherche actuelle, dans la mesure où elle permet non seulement de présenter des cartographies, résumés d’analyses diverses, mais de faire émerger de nouvelles connaissances.

Les outils informatiques de structuration de données – globalement appelés bases de données, ou dans un environnement plus complexe, système de bases de données relationnelles, quel que soit le support –, de traitement et d’analyse de l’information spatialisée, de traitement statistique ou de spatialisation de données textuelles, apparaissent clairement comme une possibilité de mutualiser le travail de recherche, de comprendre les liens sous-jacents dans des données complexes, mais aussi de pérenniser les données créées et de valoriser visuellement les résultats de la recherche. Ces outils induisent la mise en place de nouvelles logiques de recherche, au croisement de l’informatique, des mathématiques appliqués et de l’analyse statistique.

L’un des projets récents auquel participe Laurent Costa est en apparence très simple : il s’agit de cartographier les itinéraires royaux médiévaux (de Philippe Auguste à Louis XI – 12e-15e s.) à partir des sources historiques. Ce qui s’est fait jusque-là à l’aide de descriptions fastidieuses commence à prendre forme de manière concrète et visuelle, dans l’espace et dans le temps, à l’aide d’un traitement des données sous SIG. Il en résulte pour les historiens des interrogations nouvelles sur la véritable résidence des rois de France sur Paris, la pérennité de certains itinéraires qui se dévoilent de manière plus forte qu’à travers leurs descriptions, sur les croisements de certains d’entre eux avec des mouvements de population, des soi-disant nécessités politiques – mais aussi sur l’hétérogénéité des sources elles-mêmes, leur fiabilité – entre contradictions, faisabilité, etc.

Boris BOVE, « Les rois médiévaux sont-ils Parisiens ?Essai de synthèse des itinéraires royaux médiévaux de Philippe Auguste à Louis XI (1180-1483) »

 

  • pour en savoir plus sur les travaux de Laurent
    [Ingénieur en représentations de données à références spatiales (SIG) – archéologue et géomaticien, Laurent a développé un certain nombre de plateformes qui concernent pour l’essentiel l’archéologie du bassin parisien, rassemblées et accessibles sur le carnet d’Archéofab = la fabrique numérique au service de la recherche archéologique]
  • pour en savoir plus sur les travaux de Boris

 

♦ Pour citer cette article :

« Les référentiels géohistoriques et leur mise en œuvre : l’exemple des itinéraires royaux (Boris Bove) », TechnicoTop. Techniques émergentes appliquées au monde de la recherche en histoire et archéologie, séminaire organisé par A. Charpentier, F. Dugast, J. Masquelier-Loorius, E. Neri (Umr Orient & Méditerranée) et présenté en visioconférence, 5 mars 2021.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search