– Odile Daune-Le Brun – ArScAn

  • Odile4
  • Odile5
  • Odile6
  • Odile10
  • Odile11

– Structuration de systèmes d’information en archéologie et archives numériques

Séminaire TechnicoTop 2020-2021 • Techniques émergentes appliquées au monde de la recherche en histoire et archéologie

Résumé

L’intérêt de structurer une base de données – notamment en archéologie mais pas seulement – est double : il s’agit avant tout de faciliter l’acquisition, la gestion, l’interrogation et l’analyse des données – de terrain pour l’archéologie, ou d’un domaine particulier – de manière à permettre aux membres de l’équipe de recherche de disposer de l’ensemble de l’information recueillie sur un site (ou un sujet) donné. La base de données doit en effet regrouper l’ensemble de la documentation recueillie – au cours de la fouille –, ainsi que celle issue des recherches spécifiques des chercheurs. Il ne s’agit pas d’élaborer une base documentaire réunissant une série d’inventaires mais de s’appuyer sur la structure du modèle de données pour concevoir un système de gestion efficace et dynamique qui permette des requêtes d’analyse croisée ainsi que l’analyse statistique et spatiale des données rattachées aux différentes phases de l’occupation du site.

La présentation s’appuie sur le système de fouille et d’enregistrement utilisé et développé par la mission française sur le site de Khirokitia (Chypre) à la fin des années 1950 par Jean Perrot (1920-2012). Ce système a été conçu dans le souci de distinguer, autant que possible, les données brutes (faits observés), enregistrées d’une manière systématique, et leur interprétation par le fouilleur – interprétation susceptible d’être remise en question par le fouilleur lui-même ou par tout autre chercheur.

Son originalité réside dans les modalités d’application de ce principe de séparation, données brutes/interprétation, dans la préférence accordée à la description graphique par rapport à la description textuelle, plus subjective, et à une gestion centralisée de l’enregistrement sur le terrain.

L’enregistrement repose principalement sur l’association de deux documents :

  • le journal graphique – plan quotidien du chantier sur lequel figurent les structures (ou locus) ainsi que la surface (hachures) et l’altitude d’arrêt de chaque zone fouillée (ou levée) dans les limites du même locus ; y sont également portés sous forme graphique des observations stratigraphiques, les relevés faits ainsi que les photographies prises. Locus et levée font chacun l’objet d’une numérotation continue mais indépendante l’une de l’autre ;
  • le catalogue de fouille – comprend, pour chaque numéro de zone fouillée (levée), une description des sédiments et le décompte du matériel ainsi que le numéro du locus (structure domestique, mur, construction, espace extérieur, sondage…).

L’informatisation entreprise à partir de 1986 pour la gestion et l’analyse de ces données ainsi que le programme de numérisation des archives et leur diffusion sur le Web (2008-2009) répondent à une même volonté : mettre l’ensemble de la documentation recueillie à la disposition des chercheurs participant aux recherches conduites sur ce site et, plus largement de la communauté archéologique intéressée, et en faciliter ainsi l’exploitation scientifique, l’interprétation et la réinterprétation ainsi que la valorisation.

 

  • pour en savoir plus sur les travaux d’Odile

 

♦ Pour citer cette communication :

Odile Daune-Le Brun, « Structuration de systèmes d’information en archéologie et archives numériques », TechnicoTop. Techniques émergentes appliquées au monde de la recherche en histoire et archéologie, séminaire organisé par A. Charpentier, F. Dugast, J. Masquelier-Loorius, E. Neri (Umr Orient & Méditerranée) et présenté en visioconférence, 5 mars 2021.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search