– Charlotte Denoël – BnF

  • Sans titre8b
  • Sans titre13b
  • Sans titre14b
  • Sans titre3b
  • Sans titre12

De la conservation à la médiation scientifique : exploitation des données d’analyses sur les matériaux de la couleur dans les enluminures –

Séminaire TechnicoTop 2020-2021 • Techniques émergentes appliquées au monde de la recherche en histoire et archéologie

Résumé

Les collections de manuscrits enluminés conservés au sein de la BnF font l’objet de campagnes d’analyses physico-chimiques menées in situ par le laboratoire de la conservation de la Bnf mais également par des équipes de chercheurs rattachés à des laboratoires extérieurs français et étrangers : l’IRAMAT, le C2RMF, l’Université du Piémont oriental (Italie), le Fitzwilliam Museum (Angleterre) ou encore la Walters Art Gallery (États Unis). L’objectif de ces analyses est avant tout de déterminer l’état de conservation d’une œuvre et d’identifier la nature physico-chimique des couches altérées (notamment les pigments) pour comprendre le processus de leur dégradation et étudier les moyens de les stabiliser.

Deux types d’analyses sont menées : chimique – pour la caractérisation des constituants (colles, pigments, colorants, liants, encres, métaux) et la qualité des matériaux – et biologique – pour contrôler les processus de biocontamination (présence de micro-organismes ou d’insectes) et l’environnement. Différents phénomènes sont en cause dans l’altération des pigments et des colorants : la lumière, l’humidité, la présence de polluants mais aussi les manipulations. L’aspect de surface et l’état de conservation de la couche picturale sont obtenus par photographie et macrophotographie (microscope HIROX) ; l’identification des éléments constitutifs des pigments inorganiques et des minéraux est obtenue par spectroscopie, méthode non invasive – fluorescence rayons X (XRF) et spectrocolorimétrie – ou méthode invasive – spectroscopie infrarouge (ATR).

La présence de couleurs vertes est particulièrement délicate dans la mesure où elle peut provenir de l’altération d’un matériau particulier (cuivre, laiton) qu’il est important d’identifier pour savoir si une stabilisation est possible.

Ces études permettent également de localiser les œuvres – par comparaison avec d’autres spécimens de même origine –, de différencier les mains à l’œuvre, les habitudes d’un artiste ou d’un atelier, ou encore de documenter la circulation des pigments et des colorants à une époque et une région données : a pu ainsi être identifié pour la première fois l’utilisation (parcimonieuse) du bleu égyptien dans l’Évangéliaire de Charlemagne [NAL 1203] ou encore la substitution du pourpre par le folium. Elles ouvrent sur des recherches plus ciblées comme l’étude de la sémantique de la couleur en documentant les relations entre une zone iconographique, une couleur et un matériau au sein de l’image.

Ces analyses ont ouvert ainsi la voie au lancement d’un programme à 3 ans, « La couleur : artefacts, matière et cognition ». Son objectif est de mettre à disposition de la communauté scientifique et du grand public un instrument de recherche sur les analyses des matériaux de la couleur dans les œuvres d’art. Ce projet se développe en partenariat avec l’Inha, l’École nationale des Chartes et le C2RMF, avec à terme la création d’un référentiel d’autorité (une ontologie) sur les matériaux et les couleurs applicable à des techniques, des époques et des aires géographiques très différentes.

 

  • pour en savoir plus sur les travaux de Charlotte

 

♦ Pour citer cette communication :

Charlotte Denoël, « De la conservation à la médiation scientifique : exploitation des données d’analyses sur les matériaux de la couleur dans les enluminures », TechnicoTop. Techniques émergentes appliquées au monde de la recherche en histoire et archéologie, séminaire organisé par A. Charpentier, F. Dugast, J. Masquelier-Loorius, E. Neri (Umr Orient & Méditerranée) et présenté en visioconférence, 5 février 2021.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search