PCR ValEuRT – Année probatoire 2019 – Rapport d’opérations

 PCR « Vallée de l’Eure : une rivière, des territoires »↵
– Année probatoire 2019 –

Fabienne Dugast, Théophile Piau,  François Bétard
avec la collaboration de Gilles Arnaud-Fassetta, Grégory Chaumet,
Max Laromanière, Isabelle Le Tellier, Benoit Pandolfi, Ingrid Renault,
Vincent Viel, Clément Virmoux, Lydia Yacine

Le secteur d’étude concerné par le PCR « Vallée de l’Eure : une rivière, des territoires », s’inscrit au sein du bassin versant de l’Eure, dans sa portion médiane. Il se place dans la continuité des grands programmes lancés à partir des années 1990 sur l’étude des dynamiques d’organisation spatiale – d’Archéomédès [dir. Fr. Favory] à Rurland [dir. M. Reddé] en passant par des études régionales : les Bituriges [Gandini 2008], la plaine de Caen [Lespez, Germain 2013], à micro-régionales : la vallée de la Deûle [Révillon, Hannois 2003], l’Yonne Moyenne [Nouvelle 2004], etc. –, qui ne cessent de se multiplier pour développer des problématiques autour du rôle des sociétés dans les phénomènes de transmission et de changement des formes spatiales, y intégrant aussi bien des études sur la morphologie des paysages que sur la formation des groupes culturels [Barral 2003] jusqu’à la reconstitution de dynamiques socio-environnementales qu’engendrent au court du temps les interactions entre l’homme et son milieu, entre les sous-systèmes culturel et naturel [Lévêque et al. 2003].

♦ Contexte général du projet

Le projet tel que défini résulte d’une série de réunions informelles tenue auprès des acteurs locaux – pour les principaux, les services archéologiques départementaux d’Eure-et-Loir, de l’Eure et des Yvelines ainsi que l’Inrap – qui y ont relevé d’emblée trois points forts tournant autour de la position historique et de la configuration géographiques de la vallée :

  1. bassin de taille moyenne, elle présente des paysages différents tout au long de son tracé de 80 km de long, de Chartres à Pîtres ;
  2. elle traverse à toutes les époques des territoires différents aux termes mal définis tout en accueillant sur son tracé quatre villes importantes distantes de 25 km chacune : Chartres, Dreux, Évreux, Pîtres ;
  3. surtout, elle traverse une zone peu étudiée jusqu’à présent, témoins la documentation disparate, l’absence d’activités de l’Inrap, un contexte géomorphologique en rupture entre les deux rives… [cf. Annexe 10].

Ce troisième point constitue à la fois un atout et une difficulté puisqu’il conditionne le développement de l’ensemble du projet. Une table ronde inaugurale a par conséquent été organisée au printemps 2018, avec pour objectif de présenter l’état de la recherche depuis ces 20 dernières années, sur les plans archéologique, historique et environnemental sur l’ensemble de la vallée, de manière à apporter un nouvel éclairage sur l’évolution de l’occupation du sol dans ce secteur [cf. Annexe 11]. Dans sa dynamique volontairement exploratoire, elle a ouvert sur des approches pluridisciplinaires (paléontologie, archéologie, géomorphologie, environnement) autant que méthodologiques (géoarchéologie, géomatique), qui ont permis de poser les jalons d’une réflexion croisée sur la manière d’aborder un espace original encore peu connu sur le plan géo-archéologique et historique. Dans cette perspective, et en raison du contexte général du secteur, le projet s’est focalisé en 2019, dans le cadre d’une première année probatoire, sur l’interprétation de l’environnement géomorphologique des sites archéologiques.

♦ Hypothèse de travail

La plupart des approches menées sur les dynamiques d’occupation du sol et les interactions homme/milieu privilégie tout naturellement des secteurs riches en documentations archéologiques de première main et en potentiel, en s’intéressant à des « terroirs favorisés » ou considérés comme tels en raison de conditions favorables à la fois à l’installation humaine du fait de la présence de l’eau et à une bonne conservation des vestiges [Leman-Delerive 2003].

Le bassin versant de l’Eure, ouvert à l’ouest du Bassin parisien, entre Seine et Loire, forme aujourd’hui un petit bassin agricole moyennement peuplé, composé de plateaux faiblement ondulés et de quelques vallées encaissées, propice a priori à une telle étude. Or, en-dehors de la confluence Seine / Eure au nord et des agglomérations de Chartres au sud et d’Évreux à l’ouest, ce bassin se distingue par une apparente absence et mauvaise conservation de vestiges archéologiques du fait de la déstabilisation morpho-sédimentaire dès l’époque antique (crise érosive), mais également de son statut majoritairement agricole qui ne donne lieu qu’à très peu de projets d’aménagement et par conséquent d’opérations archéologiques préventives.

Pour autant, sur le plan paléogéographique, l’Eure se caractérise par la diversité et l’omniprésence des formations superficielles (argiles à silex, lœss, colluvions et alluvions) dont les potentialités géoarchéologiques sont élevées. D’autre part et du point de vue historique, la vallée connaît, de par sa position géographique, une occupation humaine plurimillénaire qui se manifeste en divisions territoriales successives dès la période antique, voire protohistorique, qui se prolonge jusqu’à la période moderne, voire contemporaine, à l’interface du « Grand Ouest » et du bassin de Paris.Vue en direction du nord-est de la vallée de l’Eure depuis le plateau en rive droite en aval de la Chaussée-d’Ivry

L’intérêt d’une étude de cette vallée secondaire réside par conséquent dans les moyens à mettre en œuvre – en termes d’efficacité et de pertinence – pour mettre en évidence ses réelles capacités documentaires, notamment dans le cadre actuel de la recherche en matière non seulement de dynamique de peuplement et d’organisation spatiale des territoires, mais aussi de l’évolution des paysages. Il s’inscrit en ce sens dans les lignes de force de la programmation nationale du CNRA en focalisant sur « la détection des séquences archéosédimentaires pour faciliter la découverte des sites mais aussi plus largement la compréhension de leurs contextes géomorphologiques et leur intégration dans les paysages à large échelle » et sur un secteur où apparaissent des « hiatus documentaires afin de bénéficier d’une vision exhaustive des modalités de peuplement du territoire, d’occupation des espaces ou d’autres phénomènes inscrits sur la longue durée » [CNRA 2016, 21].

♦ Attendus scientifiques

Le maigre corpus de données archéologiques disponibles ouvre d’emblée sur la question de la conservation et de la visibilité dans le paysage des traces anthropiques et des processus géomorphologiques à l’origine de leur fossilisation ou de leur démantèlement. L’absence d’un véritable corpus de sites identifiés et le peu de données matérielles amènent de fait à s’interroger sur notre capacité à repérer, sur le terrain, les témoins de ces transformations au cours du temps et impose plus qu’ailleurs de les considérer sous tous leurs aspects, qu’ils résultent de processus sédimentaires ou diagénétiques qui affectent la distribution spatiale des vestiges autant que leur intégrité.

De ces phénomènes d’ordre naturel, n’est pas étranger le contexte géologique et géomorphologique régional. L’objectif du PCR – envisagé sur 3 ans (1 [2019] + 3) – est par conséquent de développer une approche géoarchéologique multiscalaire sur la portion médiane de la vallée de l’Eure. En s’appuyant sur l’interprétation de l’environnement géomorphologique des sites archéologiques anciens à modernes (visée diachronique) et la reconstitution des trajectoires socio-environnementales de la vallée à l’échelle de l’Holocène, il vise à déterminer le poids de la contrainte fluviale dans les dynamiques du réseau d’occupation et la part des forçages climatiques et anthropiques dans l’évolution des paysages. De manière plus globale, il s’agit de prendre en compte les influences combinées qui s’exercent entre les différents niveaux d’échelles spatio-temporels, y compris à travers l’évaluation de l’approche régressive (phénomènes de résilience, réappropriation, etc.).

♦ Attendu technologique

Le PCR se place également dans une démarche exploratoire et prospective à travers la mise en place d’une plateforme Web-SIG dont l’objectif est non seulement de centraliser la collecte des données, mais aussi d’aider à la caractérisation et à l’analyse prédictive de l’espace étudié.

La plateforme vise d’une part à promouvoir un cadre pour assurer la qualité des données dans l’interdisciplinarité et leur valeur ajoutée potentielle ; d’autre part à faire émerger le dialogue et les projets entre les parties prenantes – chercheurs, acteurs professionnels ou non, et en ce sens à rassembler une équipe de chercheurs et opérateurs pluridisciplinaires et pluri-institutionnels selon les modalités envisagées.

L’objectif à terme sera de valider une approche et un outil d’aide à la décision par la construction de modèles prédictifs, sous la forme d’une plateforme collaborative accessible en ligne, ouvrant sur une nouvelle dimension interdisciplinaire intégrant géographes et environnementalistes, voire juristes et aménageurs dans le cadre des problématiques actuelles du développement du territoire. L’objectif sera également de développer la réflexion sur la projection temporelle des données en sciences humaines (aspects méthodologiques et épistémologiques).

***
***          ***

Le projet a reçu un avis favorable de la CTRA Ouest réunie les 5, 6 et 7 mars 2019 pour une année probatoire. Il s’inscrit dans le cadre des programmes de recherche menés au sein de l’Umr Orient & Méditerranée (Umr 8167) et de l’équipe Antiquité classique et tardive : axe 1. « Paysages ruraux et urbains dans l’Antiquité : sources, repères, transitions ». Il s’appuie sur une étroite collaboration de l’Umr PRODIG (Umr 8586), ainsi que des enseignants-chercheurs de Sorbonne Université – Lettres et Science & ingénierie (ex-UPMC) –, de l’Université de Paris (ex-Paris-Diderot), des ingénieurs de la plateforme Plemo3D de SU et d’ArScAn (Umr 7041), mais aussi des acteurs locaux – services départementaux de l’archéologie d’Eure-et-Loir (SAD28), de l’Eure (MADE 27) et des Yvelines (SADY 78), de l’Inrap, et du Service régional de l’archéologie DRAC Normandie. Il s’associe également aux habitants et aux associations locales actives : Archéo27, SHADT (Société d’histoire et d’archéologie du Drouais et du Thymerais), SHARY (Société historique et archéologique de Rambouillet et de l’Yveline).

Soutenu par les Umr O&M et PRODIG partant au projet, son financement s’appuie sur des appels à projets : Institut OPUS, « Projets exploratoires » 2017 ; DIM-MAP Ile-de-France, « Profils de stage » 2018 et 2019 ; SRA-DRAC Normandie, PCR 2019- ; RNMSH-TGIR Huma-Num, « Approches qualitatives des données en SHS et humanités numériques » 2019 ; Inrap 2020.

______________________________

Voir le rapport complet ici [Archive HAL-SHS]↵

______________________________

♦ Bilans et perspectives

La première étape du PCR lancée en 2019 année probatoire – a permis de consolider ses objectifs premiers en confirmant le potentiel archéologique du secteur d’étude et en abordant les premiers développements d’une approche géomorphologique et géoarchéologique en collaboration avec l’Umr 8586 PRODIG (Université de Paris).  À l’inverse des approches courantes en effet, elle a tendu à considérer les arguments pertinents que peuvent apporter l’archéologique et l’étude de la morphologie du territoire dans une stratégie d’acquisition et de traitement des données. Elle a ainsi permis non seulement de reprendre les données archéologiques disponibles (F. Dugast, B. Pandolfi, I. Renault) mais également d’effectuer une analyse du contexte géomorphologique sur le secteur de la moyenne vallée de l’Eure (G. Arnaud-Fassetta, Fr. Bétard, Th. Piau, V. Viel), de manière à pouvoir réaliser une première étude sur les impacts des processus géomorphologiques quaternaires dans la distribution actuelle des gisements archéologiques (Th. Piau) et un premier zonage des potentialités géoarchéologiques et paléoenvironnementales (Th. Piau, B. Pandolfi). En parallèle, une zone atelier a été sélectionnée pour une étude à échelle plus locale, dans la plaine d’inondation de l’Eure en rive droite et à proximité du sanctuaire d’époque romaine de Garennes s/Eure, repéré en photographie aérienne par Archéo27. La cartographie régionale des formations superficielles couplée à l’analyse d’un modèle numérique de terrain à haute résolution (RGE alti 1 m et relevés LiDAR) a mis en évidence, à proximité immédiate du sanctuaire, plusieurs paléoformes fluviales, témoins d’un fort potentiel géoarchéologique susceptible de permettre d’interpréter l’environnement géomorphologique du site archéologique (contexte topographique d’implantation) et d’éclairer les interrelations entre le sanctuaire (périodes de transition, de rupture et de continuité dans l’occupation du site), la plaine d’inondation de l’Eure (risques passées, exploitation et gestion des ressources durant l’Antiquité) et d’autres indices d’occupation proche, contemporaine ou postérieure (tumulus ?, villa ?, biefs et moulins), voire d’envisager ces mêmes interrelations avec un autre « complexe » similaire en bordure du plateau du Mantois. Les résultats de cette première étape a fait l’objet d’une présentation aux Rencontres Géosciences-Archéologies (Strasbourg, juin 2019), actuellement sous presse dans la revue en ligne Archimède (expertises positives, janvier 2020).

À l’issue de cette première année, des pistes exploratoires ont pu se dessiner à partir du zonage provisoire des potentialités archéologiques, géoarchéologiques et paléoenvironnementales identifiées à partir de la carte géomorphologique. Elles ouvrent sur trois volets nécessairement interconnectés : géomorphologie, archéologie, géosciences, qui auront pour objectif de compléter l’analyse géomorphologique par une modélisation des paléoreliefs de la moyenne vallée et d’établir l’évolution diachronique du tracé en plan du réseau hydrographique et des liens spatiaux et temporels entre les niveaux de terrasses cartographiés et les vestiges archéologiques connus, dans une perspective taphonomique. L’objectif sera de documenter et de dater les jalons de l’histoire géomorphologique et paléoenvironnementale de l’Eure dans sa moyenne vallée en lien avec les différentes phases de l’occupation humaine (à Garennes s/Eure et à Croth notamment) et de les mettre en perspective avec celles obtenues plus en aval près de la confluence avec la Seine (Louviers, Incarville, Val-de-Reuil). À échelle plus locale, il sera intéressant d’analyser la temporalité des dynamiques érosives et de quantifier la redistribution de sédiments au cours de l’Holocène au sein du sous-bassins du Radon en rive droite. L’ensemble de ses approches devra permettre de cibler les opérations de prospection archéologiques qui pourront être doublés de relevés ponctuels à l’aide de capteurs montés sur drone. L’objectif final étant de décrire les dynamiques d’implantation de l’habitat, sa résilience ou non sur le temps long (occupations successives de formes et d’époques différentes, qui se chevauchent ou non), l’anthropisation et le contrôle de l’espace, la gestion du milieu et son impact environnemental, l’analyse régressive sera également mise à contribution associant les dimensions descriptives traditionnelles (photo-interprétation, topographie et cartographie historiques, toponymie), la modélisation et les analyses quantitatives.

Le projet se place ainsi volontairement dans le développement d’une approche intégrée dont l’objectif est de faciliter les transgressions disciplinaires et institutionnelles pour ouvrir sur des thématiques de recherches en lien avec les diversités de réponses selon les domaines et techniques sollicités. Aux termes de cette année probatoire, de nouvelles collaborations se font jour pour mieux intégrer la dimension diachronique (jusqu’à nos jours) dans une volonté d’analyse régressive, en renforçant les spécificités de chaque discipline : implications de paléontologues et de paléoenvironnementalistes, d’antiquisants et de médiévistes, de géographes et d’environnementalistes. Lui sont en outre adossés une thèse de doctorat en géoarchéologie [Théophile Piau, contrat doctoral Université de Paris] et un master 2 en géomorphologie [Lydia Yacine, stage DIM Île de France, Matériaux anciens et patrimoniaux, projet TAlEGAr (Les terrasses alluviales de l’Eure : pour une approche géoarchéologique)].

 

* * *

Le projet a reçu un avis favorable de la CTRA Ouest réunie en mars 2019.

Son financement 2019 s’est appuyé sur le SRA-DRAC Normandie (PCR 2019 Année probatoire),

ainsi que sur un appel à projets du DIM-MAP Ile-de-France, « Profils de stage » 2019.

 

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search