Association nationale pour l’archéologie territoriale – 19-20 novembre 2020

F. DUGAST et al.L’apport des nouvelles méthodes d’analyse…

XIIIes Journées de l’ANACT
19-20 novembre 2020
Bayeux

 

Fabienne Dugast, François Bétard, Théophile Piau, Sylvain Rassat
L’apport des nouvelles méthodes d’analyse dans l’approche d’un territoire peu étudié : la moyenne vallée de l’Eure (Eure-et-Loir, Eure, Yvelines) –

 

Journées reportées
en raison de la situation sanitaire

____________________________

 

Résumé

Présentation avec la collaboration de Gilles Arnaud-Fassetta1, Grégory Chaumet2,
Max Laromanière3, Isabelle Le Tellier4,  Benoit Pandolfi5, Vincent Viel1, Clément Virmoux6

Inscrite au sein du Bassin parisien, la vallée de l’Eure reste un secteur encore assez peu étudié sur le plan archéologique et historique (notamment sa section médiane), propice à engager une réflexion sur les moyens à mettre en œuvre en termes d’efficacité et de pertinence pour aborder l’étude des dynamiques de peuplement et de l’organisation spatiale des territoires dans un contexte de faible documentation.

L’absence d’un véritable corpus de sites identifiés et le peu de données matérielles du secteur a ainsi ouvert d’emblée sur la question de la conservation et de la visibilité dans le paysage des traces anthropiques et des processus géomorphologiques à l’origine de leur fossilisation ou de leur démantèlement. À cette fin, différentes opérations ont été combinées dans une approche pluridisciplinaire : analyse cartographique et géomatique pour établir un premier modèle théorique de l’occupation historique du sol ; cartographie géomorphologique pour établir un zonage des potentialités géoarchéologiques et paléoenvironnementales et évaluer les biais taphonomiques ; prospections géophysiques (Tomographie de résistivité électrique et Géoradar) et sondages par carottage pour une reconstitution 2D de l’architecture du remblaiement des remblaiements alluviaux au voisinage des sites archéologiques de fond de vallée ; prospections au sol pour évaluer le potentiel archéologique et circonscrire les témoins de l’évolution de l’occupation humaine ; télédétection à l’aide de capteurs montés sous drone (photogrammétrie, LiDAR, thermique) et analyse des nuages de points pour une restitution microtopographique de certains secteurs clés. Les premiers résultats obtenus montrent les limites de certaines approches mais permettent d’ouvrir sur des perspectives nouvelles, que ce soit en matière de recherche scientifique ou de valorisation patrimoniale.

1 Umr 8586 PRODIG, Université Paris Cité
2 Umr 8150 Centre André Chastel, Sorbonne Université
3 UFR GHES Pôle Travaux pratiques, Université Paris Cité
4 AirD’Eco Drones
5 Umr 8596 Centre Rolland Mousnier, Sorbonne Université
6 Umr 8591 LGP, Cnrs

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search