Association de Paléontologie de Villers s/Mer – 7 novembre 2020

Th. PIAU – Vallée de l’Eure : introduction à la géoarchéologie

  • Réunion mensuelle de l’APVM


7 novembre  – 18h30
Villers s/Mer

Présentation reportée
en raison de la situation sanitaire

____________________________

Théophile Piau – Approche géoarchéologique multiscalaire et diachronique en vallée de l’Eure : résultats préliminaires et perspectives de recherche

Résumé

Depuis la Table Ronde de Motz (2001) sur les variations paléohydrologiques en France au cours des 15 derniers millénaires dans le cadre du programme CNRS « Environnement, vie et sociétés » (PEVS, 1999-2002), les fenêtres d’observation en contexte fluviatile se sont multipliées. Permises par l’essor de l’archéologie préventive, elles ont sensiblement renouvelé le modèle canonique de l’évolution hydro-géomorphologique des vallées françaises (Rhône, Loire, Seine), à des échelles spatiales (du gisement archéologique au système fluvial) et temporelles variées (de l’évènement hydrologique et historique à l’Holocène). Toutefois, les synthèses produites pour le bassin de la Seine concernent majoritairement les zones de confluence (Yonne, Marne, Oise, Eure), portions de territoire marquées par l’apparente richesse, diversité et « bonne conservation » des témoins matériels des groupes culturels. Cette contribution se propose d’établir un bilan synthétique de l’état actuel des connaissances sur les référentiels chronostratigraphiques des formations sédimentaires holocènes (intra- et hors site archéologiques) du bassin de la Seine afin de poser les fondements de l’approche géoarchéologique du Programme Collectif de Recherche « Vallée de l’Eure : une Rivière, des Territoires », vallée affluente du continuum Séquanien et espace archéologique clé de l’ouest du Bassin de Paris resté en marge des développements récents de la recherche.

De par sa position d’interface entre plusieurs groupes culturels dès le Néolithique (groupes de Gord, de l’Artenac et de Bretagne), la vallée de l’Eure offre un cadre de recherche privilégié pour mettre en œuvre une approche interdisciplinaire et multi-données combinant cartographie géomorphologique, l’analyse de données topographiques à haute résolution (levés LiDAR et photogrammétriques), des prospections géophysiques (tomographie de résistivité électrique) et des carottages sédimentaires dans l’axe d’écoulement des paléochenaux. L’apport des archives sédimentaires fluviatiles est également mis en avant afin de reconstituer la trajectoire hydro-sédimentaire de l’Eure durant l’Holocène. Enfin, l’inventaire du patrimoine archéologique devrait contribuer à définir les futures stratégies de conservation et de valorisation de cet héritage culturel en tenant compte de l’impact des processus géomorphologiques passés et actuels. Parmi les sites à forte valeur géoscientifique et culturelle, on notera le gisement de Saint-Prest (haute terrasse de l’Eure à restes de mammifères et vestiges acheuléens) et la coupe de Chaudon (séquence de lœss-paléosols et vestiges préhistoriques du Paléolithique moyen) qui font figure de référence pour la géologie du Quaternaire et la préhistoire de la vallée de l’Eure.

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search